Togo Afrique Monde
Togo  -

François Boko soutient la lutte du peuple togolais


Dans sa parution N° 298 du 8 au 14 avril 2018 l’hebdomadaire panafricain ‘’Jeune Afrique’’ a rappelé au bon souvenir des Togolais ce qu’est devenu François Boko depuis son départ en exil en 2005. Dans la rubrique « Comme le temps passe, ils étaient sur le devant de la scène. Que sont-ils devenus ? », l’auteur revient sur le parcours de cet officier qui, en 2005, a osé dire non au prix de sa vie.

« En 2005, François Boko, alors ministre de l’Intérieur du Togo, avait démissionné pour protester contre la tournure que prenait la transition après le décès de Gnassingbé Eyadema. Il s’était réfugié en France. Les autorités de son pays ayant refusé de lui renouveler ses papiers d’identité, il a fini par être naturalisé français et par reprendre ses activités. Ce Saint-cyrien, par ailleurs docteur en sciences politiques de l’université de Paris-I, a fondé en novembre 2005 JID-Avocats, un cabinet établi à Paris qui a passé des contrats avec l’UE et l’AFD pour conseiller plusieurs Etats d’Afrique sur la réforme de leurs systèmes judiciaires. Actuellement à Niamey, dans le cadre du Projet d’appui à la justice et à la sécurité du Niger, il sera en mai au Maroc, où l’UE finance des reformes identiques à hauteur de 75 millions d’euros. Même s’il exclut de revenir en politique et n’affiche pas ses liens avec l’opposition togolaise, Boko 53 ans, suit de près ses activités et dit « épouser la cause de son peuple ».

A travers ces lignes, on peut retenir quelques enseignements. Le premier, c’est le refus de renouveler à François Boko ses papiers d’identité. C’est un fait d’une extrême gravité qui révèle la vraie face du régime de Faure Gnassingbé qui fonctionne exactement comme son père malgré sa profession de foi : « Lui c’est lui, moi c’est moi ». Refuser de renouveler les papiers d’identité à un citoyen togolais juste pour ses opinions politiques est une violation de la Constitution togolaise et même des conventions internationales sur les droits de l’homme. Comment peut-on en arriver jusque-là lorsqu’on projette ou tente de projeter dans l’opinion l’image d’un dirigeant qui veut faire croire que le Togo a tourné les pires pages de la dictature? Même en France où le débat sur la déchéance de la nationalité est d’actualité, il est impensable de priver un citoyen français de papiers, même si ce dernier a posé des actes contre son pays. Mais au Togo, les dirigeants ont la rancune tenace et sont prêts à aller loin dans leur volonté de nuire et de priver un adversaire politique de ses documents d’identité.

Cette privation de ses droits fondamentaux a contraint François Boko à se naturaliser français. C’est donc au titre de citoyen français qu’il mène depuis quelques années ses activités et missions sur le continent africain. Ceci implique indubitablement une protection de son pays d’adoption. En d’autres termes, ceux qui au sein du système RPT-UNIR avaient tenté de l’assassiner lors d’une de ses missions au Benin et dans une moindre mesure au Tchad, doivent se rendre à l’évidence qu’ils n’ont plus à faire à un citoyen togolais, mais français, a cause de leurs turpitudes.

D’ailleurs lorsqu’il a été sollicité pour être consulté par le Président ghanéen, Facilitateur de la crise togolaise, il a fallu un accord de la France pour que François Boko se rende à Londres. La sobriété du communiqué qu’il a rendu public à l’issue de cette rencontre de plusieurs heures laisse transparaitre l’obligation de réserve liée à ses activités professionnelles.

Enfin, il est tout de même curieux qu’après avoir privé François Boko de ses papiers d’identité, posé des actes attentatoires à sa vie, harcelé les membres de sa famille et ses proches, le régime tente hypocritement à travers plusieurs émissaires, de le convaincre de rentrer au pays sans passer par ceux qui lui ont accordé la protection, à savoir la France.

La deuxième leçon, c’est la nouvelle vie professionnelle de l’ancien ministre de l’Intérieur qui force l’admiration. Docteur en Sciences politiques, diplômé de l’Ecole des Avocats de Paris, militaire Saint-cyrien, François Boko avec son profil s’est vite relancé vers d’autres horizons à travers son cabinet JID-Avocats établi à Paris. Très sollicité sur le continent, il apporte son expertise pour la réforme des systèmes judiciaires de plusieurs pays. Au Benin, au Tchad, au Cameroun, à Madagascar, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Niger, au Maroc, etc. il ne cesse d’impressionner lors de ses différentes missions et laisse la marque d’un homme dense et rigoureux dans le travail.

Le Président Nana Akufo-Addo, après plusieurs séances de travail à Londres, ne s’est pas privé de manifester toute son admiration à l’homme tout en s’offusquant qu’une telle compétence soit hors du Togo et au service des autres pays que le sien. Un pays aux mains des médiocres et où tous les secteurs sont pourris et gangrenés par la corruption, le népotisme, les violations massives des droits de l’homme, l’évasion fiscale, la clochardisation de l’éducation, etc.

Enfin, le troisième enseignement est exprimé en une phrase dans l’article de ‘’Jeune Afrique’’, à savoir : « épouser la cause de son peuple ». Il ne peut en être autrement lorsqu’on se rappelle l’acte téméraire qu’il a posé en avril 2005 en refusant systématiquement de cautionner les massacres planifiés par le régime et les fraudes électorales pour imposer Faure Gnassingbé. François Boko, par cet acte rare au Togo, s’est positionné dès le départ comme un opposant à la succession dynastique au Togo.

En 2010, il s’est délié de ses obligations de réserve pour apporter un soutien majeur à la classe politique en initiant la rencontre de Paris qui a abouti à la création du FRAC (Front républicain pour l’alternance et le changement).

Il a toujours été disponible pour donner son avis, ses conseils à ceux qui le sollicitent. C’est finalement un homme qui prend beaucoup de hauteur et de dignité en ce qui concerne la situation de son pays. C’est l’essentiel de ce qu’il faut retenir dans cet article de ‘’Jeune Afrique’’ paru cette semaine sur l’ancien ministre de l’Intérieur François Akila-Esso Boko


Togo  - 5ème édition du Female Tech Camp à Kara : une vingtaine de jeune fille formées aux TICs AfreePress - [4/24/2018]

Une vingtaine de jeunes filles participe depuis ce lundi 23 avril 2018 à Kara (420 km de Lomé), à la 5ème édition du Female Tech Camp.


Togo  - Un cadre de la CDPA déclare qu'UNIR n'est rien sans l'armée iciLome - [4/24/2018]

Le Secrétaire national adjoint chargé des affaires politiques de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) est très remonté contre le parti présidentiel incarné par Faure Gnassingbé.


Togo  - Port de Lomé : Vincent Bolloré placé en garde à vue en France iciLome - [4/24/2018]

« corruption d’agents publics étrangers », ainsi est stipulé le chef d’accusation contre le milliardaire breton, seigneur des ports africains. C’est d’ailleurs deux de ces port (Lomé et Conakry) qui font l'objet de ses ennuis judiciaires dans sa France natale où la justice ne semble pas fléchir aux humeurs des Hommes d’affaires très liés aux chefs d’Etats comme c’est le cas dans le Tiers-Monde.


Togo  - Faure Gnassingbé est arrivé au CHU S.O iciLome - [4/24/2018]

Le chef de l'Etat vient de faire son entrée au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio où il va lancer la contractualisation.


Togo  - Le président de la FTF confiant en l’avenir des Eperviers juniors iciLome - [4/24/2018]

Malgré leur victoire 2-1 sur le Gabon, les Eperviers juniors sont éliminés de la course qualificative pour le Niger 2019. Le président du Comité exécutif de la Fédération togolaise de football reste optimisme pour la suite.


Togo  - Bob Atikpo libéré iciLome - [4/24/2018]

Bob Atikpo, l’un des responsables du mouvement « Nubuéké » arbitrairement arrêté le 23 janvier dernier à Kpalimé, puis condamné le 2 mars dernier à 12 mois de prison dont 9 avec sursis, a été remis en liberté lundi après-midi.


Togo  - Le Front Citoyen Togo Debout montre la voie à suivre à la Cédéao iciLome - [4/24/2018]

Dix jours après le communiqué final ayant sanctionné la session extraordinaire de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao, tenue le 14 avril dernier à Lomé, s’agissant de la crise togolaise, le Front Citoyen Togo Debout à l’institution de l’espace communautaire la position de société civile, lui rappelle son devoir d’implication dans la résolution de la crise au Togo, puis propose des voies de solution.


Togo  - Les grévistes attendent Faure Gnassingbé ce matin au CHU de Lomé iciLome - [4/24/2018]

Dans l’escalade des inaugurations pour le compte du 58ème anniversaire de l’indépendance du Togo, le fils du Général Eyadema fait tout en grandes pompes. Y compris un controversé accord de contractualisation des Centres hospitaliers comme celui de Lomé. Le mouroir de la capitale sera confié à une structure privée pour une gestion supervisée par l’Etat.


Togo  - Célébration du 58ème anniversaire de l'Indépendance du Togo : Un programme riche en activités pour le Président Faure Gnassingbé AfreePress - [4/24/2018]

Le Togo prépare activement le 58ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Le gouvernement a rendu public, le programme officiel des activités inscrites au programme de la célébration de cet anniversaire qui a débuté samedi dernier avec l’opération « Togo Propre » et la « Course de l’Indépendance », le lendemain.


Togo  - Basket Promotion Week 6ème édition iciLome - [4/24/2018]

L’association LEADING YOUTH, SPORT&DEVELOPMENT (LYSD) organise du 20 au 29 avril 2018 au Togo, la 6ème édition de sa tournée dédiée au basket-ball (Basket Promotion Week-BPW).


Togo  - 6em anniversaire de Unir: le message de Mgr Dénis Amuzu-Dzakpah aux cadres du parti iciLome - [4/23/2018]

Le parti présidentiel, Union pour la République (UNIR) célèbre son 6ème anniversaire. Après les prières musulmanes vendredi à la grande mosquée de Lomé, une grande messe d’action de grâce a été célébrée dimanche à la Cathédrale Sacré Cœur Junior de Lomé pour marquer l’événement. Ladite messe a été célébrée par Mgr Dénis Amuzu-Dzakpah devant plusieurs personnalités politiques et cadres du parti Unir.


Togo  - Un braquage mortel hier dimanche à Dapaong iciLome - [4/23/2018]

Alors que les unités des forces de l’ordre et de sécurité étaient mobilisées ce weekend à Lomé dans la torture et le rançonnage des citoyens sous un prétexte de contrôle de pièces d’identités, des brigands ont profité pour opérer un braquage à Dapaong.


Togo  - Revue de presse du 23 avril 2018 iciLome - [4/23/2018]

Les manifestations prochaines de la Coalition des 14 interdites à Kara. Certains journaux parus ce matin sont abondamment revenus sur l’interdiction des manifestations de l’opposition dans la ville de Kara.


Togo  - L’opposition rejette l’itinéraire des marches imposé par Boukpessi Bayadowa iciLome - [4/23/2018]

Informé du projet de nouvelles manifestations les 25, 26 et 28 avril prochains, le gouvernement remet le disque de l’interminable dialogue et se trouve de « nouveaux prétextes » pour menacer les nouvelles manifestations, tout en imposant un itinéraire que l’opposition qualifie de « retranché/Caché » et rejette en bloc.


Togo  - Le Secrétaire général de l’UGSL n’est plus iciLome - [4/23/2018]

Mathias Hlomador, Secrétaire général de l’Union générale des syndicats libres (UGSL) est décédé dans la matinée du samedi dernier, suite à une crise, apprend-on.


Togo  - Alerte : La grippe aviaire de retour au Togo iciLome - [4/23/2018]

Les autorités gouvernementales ont confirmé dans un communiqué la découverte du virus H5N1 le 14 avril dernier après analyse d’un échantillon de 3.629 volailles mortes dans une ferme dans la préfecture des Lacs, au Bas-Togo.


Togo  - Université de Lomé : Le retour des Parcours Masters iciLome - [4/23/2018]

Deux ans après, le parcours Master revient à l’Université de Lomé, selon le site de l’institution. Près de 50 Masters dont 3 Masters d’Ingénieur ; 40 Masters de Recherche et 6 Masters Professionnels vont pouvoir reprendre pour le compte de l’année académique 2018-2019.


Togo  - L’ACAT-Togo dénonce la répression des manifestants de l’opposition iciLome - [4/23/2018]

L’Association des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture au Togo (ACAT-Togo) s’indigne de la répression des manifestations de la Coalition des 14 partis de l’opposition les 11 et 14 avril 2018.


Togo  - Prof. Komi Wolou était dans une tanière de loups à 420Km de Lomé iciLome - [4/23/2018]

La région de la Kara, précisément la préfecture de la Kozah, fait l’objet d’un embargo politique inédit depuis des mois. Samedi, les loups défendant cette localité ont réédité la démonstration de leur aversion pour tout ce qui est initiative d’un membre de l’opposition, sur la personne du leader du Pacte Socialiste pour le Renouveau, PSR.


Togo  - La Direction des transports routiers et ferroviaires met en garde iciLome - [4/23/2018]

La Direction des transports routiers et ferroviaires (DTRF) rappelle aux populations que circuler avec un engin non immatriculé « est une infraction ».


Togo  - La finale de la Coupe de l’indépendance oppose Gomido à Koroki iciLome - [4/23/2018]

Au soir du samedi 21 avril, l’affiche de la finale de la Coupe de l’indépendance 2018 est connue. Gomido et Koroki, deux clubs du championnat d’élite, s’affrontent pour le bouquet final.


Togo  - Les Eperviers juniors éliminés de la course pour Niger 2019 iciLome - [4/23/2018]

Le Togo ne poursuivra pas la course qualificative pour la CAN U20 2019. Hier, les Eperviers n’ont pu arracher le ticket du tour suivant, malgré leur victoire 2-1 sur les panthreaux.


Togo  - PARTI DES TOGOLAIS : Communiqué relatif à l'arrestation de Mr Gnimdewa Atakpama iciLome - [4/23/2018]


Togo  - La Voix du Peuple du 21 Avril 2018 Kanal K - [4/22/2018]


Togo  - Palmes pour le Togo : Paroles d'artistes et d'intellectuels iciLome - [4/22/2018]


Togo  - La STT observe une nouvelle grève de 48 heures les 25 et 26 avril prochains iciLome - [4/21/2018]

Le protocole d'accord signé jeudi entre le gouvernement et les syndicats d'enseignants pour rétablir le climat d'apaisement et relancer les activités pédagogiques, n'engage pas la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) qui tient toujours à sa plateforme revendicative. En assemblée générale vendredi à Lomé, la base a décidé d'observer une nouvelle grève de 48 heures les 25 et 26 avril prochains.