Togo Afrique Monde
Togo  -

Exclu avec Innocent Kagbara du PDP, parti membre du regroupement des Centristes: « Au niveau du Centre, nous sommes dans le réalisme et le rapport de force ne nous permet pas de demander le départ imm


L’impasse du dialogue inter-togolais ouvert en février dernier et ses conséquences inquiètent plus d’uns. Au moment où certains états majors politiques coalisent, dans d’autres, ce sont des voix se lèvent déjà soit pour faire un diagnostic de la situation, soit pour proposer des pistes de solutions afin d’aboutir le plutôt possible à une sortie de crise. Innocent Kagbara, jeune cadre influent du Parti Démocratique Panafricain (PDP, parti membre du regroupement des Centristes) est l’un de ceux-ci. Votre journal vous propose une interview exclusive qu’il lui a accordé ce mardi 15 mai 2018, dans laquelle plusieurs sujets de l’heure ont été débattu: blocage du 27ème dialogue inter-togolais, positions et approches des centristes pour une sortie de crise, débat sur la candidature ou non de Faure Gnassingbé en 2020, la stratégie de l’opposition togolaise, l’émergence d’une nouvelle jeune classe politique,…, lisez plutôt.

228news: Bonjour monsieur Kagbara Innocent, quelle lecture faites-vous de la situation socio-politique togolaise?

Innocent Kagbara: Bonjour, merci pour l’opportunité que vous nous donnez de nous exprimer sur vos antennes. A vrai dire, la situation socio-politique togolaise est difficile à décortiquer; il est difficile de prévoir ce qui va se passer dans les prochains jours parce que nous sommes dans une situation de blocage et des deux côtés, nous voyons des positions extrêmes qui ne nous permettent pas d’avancer. Pour notre part au niveau du Parti Démocratique Panafricain (PDP, ndlr), puis au niveau du Centre, nous pensons qu’il faut voir la chose autrement et si possible faire de ce dialogue, un dialogue inclusif, car beaucoup de gens qui animent la vie politique de ce pays ont des choses à dire; cela fait des années qu’ils participent à la vie de la nation, qu’ils participent à des élections législatives, présidentielles, il n’est pas normal que deux acteurs, deux blocs antagonistes puissent se retrouver pour parler des affaires de tout un peuple en excluant d’autres, sachant très bien que seuls ces acteurs ne peuvent s’entendre. Ils nous l’ont prouvé par tout ce qu’ils ont fait comme discussions, qui n’ont jamais abouti. Nous nous pensons qu’il faut qu’ils mettent de l’eau dans leur vin et qu’ils reviennent à des positions beaucoup plus réalistes des deux côtés pour que nous puissions aboutir à des résultats probants.

228news: Justement au niveau des Centristes, vous avez récemment animé une conférence de presse. Quelle est votre position dans cette crise et qu’est ce que le Centre proposer pour une sortie de crise?

Innocent Kagbara: Au niveau du Centre, nous sommes dans le réalisme et le rapport de force ne nous permet pas de demander le départ immédiat de Faure Gnassingbé. Il faut qu’on le dise aux gens; c’est vrai que c’est un peu dur à entendre et accepter, mais c’est la réalité. Ceux qui demandent son départ n’ont aucun moyen de pression sur lui. Il a été élu démocratiquement et même si on peut se poser des questions sur la façon dont on organise les élections au Togo, personne parmi ceux qui critiquent, n’a contesté ces élections de 2015. Nous étions l’un des partis membres fondateurs de CAP 2015 (Combat pour l’Alternance Politique, ndlr) à l’époque; à voir là où nous amenait le processus et comment il était conduit, nous avions dit non, que dans ces conditions, on ne pouvait pas battre M. Faure Gnassingbé parce qu’il y avait un problème par rapport au fichier électoral, un problème sur le terrain, mais nos amis de l’opposition dans le temps ne nous ont pas écouté. Ils nous avaient plutôt traité « ‘achetés », ce qui n’est évidemment pas le cas parce que nous savions que les conditions ne permettaient pas de battre Faure Gnassingbé dans les urnes. Et puis pour nous, la priorité ce n’est pas les réformes constitutionnelles, mais plutôt les réformes au niveau du code électoral, mettre les conditions pour pouvoir le battre dans les urnes. Cela a été fait en Gambie et dans d’autres pays où les dictateurs sont partis. Pourquoi pas au Togo? Tout simplement parce que nous n’avons pas une union de l’opposition et que ceux qui se voient forts veulent piétiner les autres. Au Bénin, même des gens qui ne pouvaient pas s’asseoir pour discuter se sont coalisés pour faire partir M. Yayi Boni. Pourquoi ne peut-on pas le faire au Togo?

228news: Dans cet impasse, certains soupçonnent le pouvoir en place de vouloir opérer un passage en force et on sait que généralement au Togo, les élections mal préparées entrainent un cycle de violences meurtrières. Que préconisez-vous pour qu’on ne puisse plus en arriver là cette fois-ci?

Innocent Kagbara: Un mort de plus pour les élections à venir sera un mort de trop. Il faut qu’on fasse tout pour éviter cette situation. Il faut qu’on fasse tout parce que nous rentrons dans un cycle infernal élections-violences-morts-dialogue,… Il faut qu’on en sorte définitivement. Du côté du parti au pouvoir, c’est leur refus de partager; vous ne pouvez pas être seul et penser que vous serez heureux pour tout le monde. C’est leur refus de partager et de faire correctement les choses qui créent cette situation. Nous sommes contre ces pratiques là, et il faudrait qu’ils comprennent que les choses à un certain niveau doivent changer. Au niveau de l’opposition, notamment de nos amis de la Coalition, il y a des gens qui ne sont pas légalistes. Il y a des gens qui n’ont aucun intérêt à perdre ici. Il y a des gens qui vocifèrent mais le jour où çà va se mettre à tirer, ils vont traverser la frontière. Il faut donc qu’on ramène ces gens à des positions beaucoup plus réalistes, qu’ont négocie pour faire des réformes constitutionnelles et électorales pouvant nous garantir de battre Faure Gnassingbé dans les urnes. La question de la candidature de Faure Gnassingbé doit relever d’un accord politique. Il faut qu’on sépare les deux questions. Si on ne le fait pas, en tout cas au Centre, on pense que le dialogue n’aboutira pas.

Revenant au parti au pouvoir, je pense qu’ils sont conscients qu’ils ne pourront pas faire un passage en force. Ils en sont conscients. C’est vrai que la constitution leur permet d’organiser un référendum, ce qu’on ne leur conteste pas. Mais en l’état actuel des choses, est-ce-qu’on peut organiser des élections? Je pense qu’il faut réunisse tous les acteurs et c’est là où la C14 nous met en difficulté. Ils ne sont pas les seuls à participer aux élections. Quel est donc le principe qui le permet d’aller discuter au nom de tout le monde? Citez-moi un seul principe de la constitution qui leur permet d’aller parler au nom des autres? C’est çà qui amène la division qui fait en sorte que nous n’arrivons pas à battre ce qu’il y a en face, alors que nous avons un baobab en face. Nous leur avons dit dès le début du mois d’octobre: « Ecoutez, nous pouvons marcher une fois, deux fois, mais la rue est un moyen de pression sur le régime, elle ne pourra pas faire partir le régime ». On nous a dit d’attendre et de voir en janvier, puis en février, on ouvre un dialogue qui est censé durer dix jours, mais où est-ce qu’on en est maintenant trois mois après?

228news: Tout ceci veut-il dire vous êtes favorables à un quatrième mandat de Faure Gnassingbé?

Innocent Kagbara: Nous n’avons jamais dit que notre parti est favorable à un quatrième mandat de Faure Gnassingbé. Pour nous, la question ne se pose même pas pour le moment; la question pour nous, s’articule autour des réformes politiques, constitutionnelles, institutionnelles et électorales. Est-ce qu’on a les réformes? Si on continue comme cela, Faure Gnassingbé pourra briguer autant de mandats qu’il voudra. Pourra-t-on faire les réformes en état actuel, en 2018, telle est la question que nous nous posons? La candidature de Faure Gnassingbé ne doit pas pour le moment être le débat à mon sens et sa candidature ou non doit être négociée à travers un accord politique qui doit être séparé des réformes politiques, constitutionnelles, institutionnelles et électorales. Vous ne pouvez pas sur une table mettre la non candidature de Faure Gnassingbé et ses lieutenants vont s’asseoir pour discuter avec vous. Nous voulons qu’on sépare les deux débats. 98% du peuple togolais veut ces réformes. Faisons les réformes, puis posons la question à M. Faure Gnassingbé à travers les institutions. On a les institutions avec lesquelles nous pouvons coopérer et ramener M. Faure Gnassingbé à de meilleurs sentiments. Il est un Togolais comme les autres. Mais le problème qui se pose, est que notre constitution actuelle n’a pas de limitation, aussi peut-il se présenter autant de foi qu’il veut. C’est là où réside le danger. Si l’on se souvient de l’accord de Togo Télécom où les gens dits de l’opposition radicale et qui se disent célèbres opposants ont refusé de signer. On devrait considérer la candidature de Faure à l’époque comme la première et à la fin de son mandat actuel, il aurait fini. Mais comme d’habitude, ils ont refusé et où est-ce qu’on en est? On a même l’impression que cette situation leur profite.

228news: Partout en Afrique, c’est l’alternance, la démocratie et cela est beaucoup plus arrivé grâce aux dynamiques des oppositions. Le Togo étant toujours en marge de cette dynamique, peut-on dire aujourd’hui que l’opposition togolaise a démissionné?

Innocent Kagbara: L’opposition togolaise n’a pas démissionné. Au contraire elle a fait un boulot formidable. Les acteurs ont fait un travail remarquable, seulement que l’opposition a de temps en temps péché dans la stratégie face à un pouvoir fin stratège et enraciné. Mais cela ne nous empêche pas aujourd’hui d’avoir foi en l’alternance au Togo, car nul n’est éternel.

228news: La question du rajeunissement de la classe politicien togolaise revient incessamment sur les lèvres. Doit-on s’attendre prochainement à voir M. Innocent Kagbara, candidat aux futures joutes électorales?

Innocent Kagbara: C’est vrai que je suis un cadre du parti et que ces derniers temps, nous avons un peu rajeuni le parti, mais mon ambition n’est pas là. Mon ambition est d’apporter ma petite contribution à l’édifice de notre bien commun qui est le Togo. Ce rajeunissement de la classe politique se ressent également plus du côté du pouvoir en place quand on voit les ministres actuels et les jeunes qui vont dialoguer avec les mêmes acteurs de l’opposition qui ont signé les premiers accords de 1990. je pense qu’il faut faire émerger une jeune classe politique pour le bien du Togo. Merci.

Propos recueillis et retranscris par Démocrate




Togo  - La Coalition des 14 à Accra dimanche iciLome - [12/17/2018]

Au fur et à mesure que le 20 décembre approche, les risques que le Togo bascule dans une violence deviennent plus élevés. Il est clair que personne ne veut revivre la page sombre de l’histoire de ce pays, surtout celle que les populations ont vécue avec plus de 1 000 morts selon le rapport de la Ligue togolaise des droits de l’homme (LTDH), en 2005. Nombreuses sont les personnes de bonne volonté qui s’impliquent dans la crise politique et plaident pour le report de ces élections législatives à haut risque.


Togo  - Seul le départ de Faure Gnassingbé peut résoudre la crise, selon Dr Antoine Randolph iciLome - [12/17/2018]

La diaspora togolaise en France a manifesté samedi dernier devant l’ambassade du Togo à Paris. Une occasion pour Dr Antoine Randolph de livrer son message concernant la crise politique togolaise. Lisez plutôt !


Togo  - Mohamed Madi Djabakaté interpelle l’Ordre des Avocats du Togo sur la crise politique iciLome - [12/17/2018]

Il ne comprend pas le silence de l’Ordre des Avocats du Togo. Mohamed Madi Djabakaté, puisque c’est de lui qu’il s’agit, invite les avocats du Barreau de Lomé à se prononcer sur la crise politique qui secoue le pays depuis août 2017 ou à « se taire à jamais ». Lire sa lettre ouverte !


Togo  - VIDEO / Les femmes africaines en colère et demandent justice pour les crimes commis par Faure Gnassingbé Togovisions.com - [12/16/2018]


Togo  - VIDEO/ Diaspora togolaise a manifesté à Paris ce dimanche - - [12/16/2018]


Togo  - Des élections au bout des armes/Togo Debout à Faure : « Faites arrêter ce chaos ! » Lalternative-togo.com - [12/16/2018]

Quel compromis encore avec le pouvoir de Faure Gnassingbé ? C’est en fait la question qui mérite d’être posée, vu que le régime Rpt/Unir refuse de mettre en œuvre les plusieurs accords signés pour une sortie pacifique de crise. Même dans les pires moments où les Togolais assoiffés d’alternance et du changement démocratique ont été réprimés et massacrés, l’opposition fait des concessions et accepte un dialogue avec le régime cinquantenaire qui a toujours fait montre de mauvaise foi.


Togo  - Crise politique : Une délégation de plusieurs confessions religieuses reçue par Nana Akufo-Addo à Accra Lalternative-togo.com - [12/16/2018]

De retour de son voyage de Japon où il était en visite officielle de trois (03) jours, le Président ghanéen, Nana Akufo-Addo, Facilitateur dans la crise politique togolaise, n’a pas eu le temps de se reposer.


Togo  - Les forces armées et de sécurité votent par anticipation mardi prochain iciLome - [12/15/2018]

C'est un communiqué de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) rendu public ce samedi qui l'a annoncé. Les forces armées et de sécurité voteront par anticipation ce mardi 18 décembre 2018. Lire le communiqué !


Togo  - Lutte contre la prolifération des produits chimiques : l'ANIAC-Togo présente son bilan 2018 AfreePress - [12/15/2018]

L'Autorité nationale pour l'interdiction des armes chimiques au Togo (ANIAC-Togo) a présenté vendredi 14 décembre 2018, son rapport bilan des activités menées au cours de l'année 2018. C'était au cours d'une rencontre organisée à son siège à Lomé en présence des représentants des ministères techniques, des Ambassades et des organisations internationales.


Togo  - Elections législatives du 20 décembre : Les populations promettent plusieurs sièges au PDP iciLome - [12/15/2018]

La campagne électorale en vue des prochaines élections législatives rentrera dans quelques jours dans l'histoire. Mais une nouvelle page de l'histoire risque de s'écrire dans l'histoire politique du Togo avec l'émergence d'une nouvelle et jeune classe politique, selon les responsables du Parti démocratique panafricain (PDP).


Togo  - Exercice raté sur la Télévision nationale : Et Yark «tua» Kadangha ! Fraternité - [12/15/2018]

Le samedi 08 décembre dernier, à Lomé, le Chef d’Etat-Major des Forces Armées Togolaises (Fat), Félix Abalo Kadangha a opéré une décente sur le terrain. Ceci, au moment où la C14 et ses militants bravaient l’interdiction du gouvernement pour manifester, dans toutes les grandes villes du pays, contre le processus électoral en cours. Bilan, plusieurs morts et blessés enregistrés. Au cours d’une tentative de plaidoyer sur la télévision nationale, le ministre de la Sécurité, Gal Yark Damehame, après avoir avoué sa descente sur le terrain, a tenté vainement de sauver Félix Kadangha.


Togo  - Safari macabre d’un haut gradé à Agoè-Zongo : Que cherche-t-on à dissimuler ? Lalternative-togo.com - [12/15/2018]

Depuis le déclenchement des manifestations pacifiques lancées par l’opposition pour dénoncer la mascarade électorale en cours entre UNIR et ses sous-traitants avec la bénédiction de la CEDEAO, une vague de répression, sanglantes s’abat sur les manifestants à travers le pays. Que ce soit à Sokodé, Bafilo, Anié Kpalimé, Agoè et une partie de Lomé, les militaires en tenues de guerre n’hésitent pas à ouvrir le feu à balles réelles sur les manifestants.


Togo  - Godwin Tété à Mgr Philip Kpodzro - - [12/15/2018]

La dernière sortie médiatique de Mgr Philip Fanoko Kpodzro, demandant à Faure Gnassingbé, « son fils bien aimé », le report des législatives du 20 décembre prochain, a vraiment émerveillé Godwin Tété, l’historien togolais qui n’est plus à présenter. Dans une lettre ouverte dont copie nous est parvenue, l’ex-fonctionnaire du système des Nations Unies applaudit le courage et le franc-parler de l’Archevêque Emérite de Lomé. Lire la lettre dans son intégralité.


Togo  - Fiacre Ayao ATSOU de la liste « Bâtir » : « Les jeunes veulent innover, montrer qu’il est possible de faire autrement » iciLome - [12/15/2018]

Lancé depuis quelques mois, le processus de mise en place d’un mécanisme électoral, en vue de la tenue du scrutin législatif se poursuit, pendant que des voix s’élèvent pour demander son report. La campagne électorale, une étape décisive de toute élection, a, elle, démarré timidement depuis le 04 décembre. Et de toute la panoplie de mouvements indépendants qui participent à ce scrutin, un groupe semble sortir du lot. Contrairement aux autres qui semblent crouler dans la monotonie, « Bâtir », puisque c’est de lui qu’il s’agit, tient un discours rassurant et crédible qui prend en compte les aspirations profondes du peuple. La tête d’affiche Fiacre Ayao ATSOU qui, conscient du rôle d’innovation et de conciliation que doit désormais jouer la jeunesse togolaise, revient ici sur leurs réelles motivations et leurs attentes à l’issue de ces élections.


Togo  - Législatives 2018 : Une campagne électorale morose Et huée Fraternité - [12/15/2018]

La campagne pour les élections législatives du 20 décembre prochain a débuté mardi 4 décembre dernier et ce pour 14 jours. Une semaine après le lancement de la campagne, l’ambiance à Lomé comme dans les grandes villes de l’intérieur du pays est loin d’être celle d’une compétition électorale.


Togo  - Marc Bousquet, un mercenaire de la Françafrique pour cautionner la mascarade électorale de RPT/UNIR Lalternative-togo.com - [12/15/2018]

La mascarade électorale qu’organise le régime de Faure Gnassingbé contre et envers tous au prix de plusieurs morts, suscite des appétits gloutons de ces mercenaires français qui ont fait de l’Afrique, plus précisément le Togo, leur vache à lait. Aujourd’hui, on en sait un peu plus sur la fameuse mission d’observation électorale des parlementaires français qui devraient arriver à Lomé pour cautionner la farce électorale du régime RPT/UNIR.


Togo  - Aimé Gogué: 'L'armée, en aucune façon, n'intervient dans la gestion du maintien d'ordre. Encore moins le CEMG' iciLome - [12/15/2018]

Aimé Gogué, président de l'Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI, parti membre de la Coalition des 14) fait des observations relatives aux évènements malheureux survenus samedi derniers à Lomé, lors des manifestations organisée la par l'opposition. Lecture !


Togo  - Prof Komi Wolou aux corps habillés : "Vous avez le choix de dire non aux ordres qui portent atteinte aux droits de l’homme" iciLome - [12/15/2018]

Dans un message adressé aux forces de sécurité et de défense qui tirent sur les populations civiles qui manifestent aux mains nues, le Professeur Komi Wolou, Secrétaire national du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR) les invite à ne pas obéir aux ordres qui porte atteinte aux droits humains. Lire le message !


Togo  - Grande marche de Paris : L’Afrique au chevet du Togo ce samedi LaManchette - [12/15/2018]

La diaspora togolaise en France soutenue par plusieurs autres nationalités africaines, sera dans les rues de Paris le samedi 15 décembre prochain pour soutenir la lutte démocratique du peuple togolais qui ploie depuis des années sous une dictature de père en fils. L’information a été confirmée à la rédaction du journal La Manchette par les organisateurs de la manifestation, entre autres, l’Unité-Dignité-Courage, UDC-France et la Coalition de la diaspora togolaise pour l’alternance et la démocratie (CODITOGO).


Togo  - Violences électorales au Togo : Le G5 est-il enfin satisfait du chaos ? Lalternative-togo.com - [12/15/2018]

La diplomatie, c’est ce qu’il y a de plus pernicieux dans les rapports entre Etats. Elle se passe souvent de morts d’hommes, même quand on se réclame de pays de droits de l’Homme et de démocratie. Sous cet angle, les pays occidentaux fournissent une kyrielle d’exemples de leur position ambivalente quand il s’agit de défendre leurs intérêts. Comme c’est le cas au Togo où le groupe des ambassadeurs réunis au sein du G5 est dans un curieux rôle devant la tragédie que vit le peuple togolais.


Togo  - Mission d’évaluation de l’accord de coopération France BIT iciLome - [12/15/2018]

Marc Vizy, ambassadeur de France au Togo, a rencontré, vendredi 14 décembre 2018, Stéphane Clément, administrateur général au ministère du travail et des affaires sociales, dans le cadre d’une mission d’évaluation de l’accord de coopération France BIT.


Togo  - L’essentiel de ce vendredi 14 décembre 2018 sur icilome.com iciLome - [12/14/2018]

La politique a encore occupé une large partie de l’actualité sur icilome.com ce vendredi 14 décembre 2018.


Togo  - Le CNJ-Togo renforce les capacités des jeunes sur les NTIC’s iciLome - [12/14/2018]

Dans le souci de construire une société responsable, le CNJ-Togo (Conseil National des Jeunes au Togo) a lancé ce vendredi à Lomé, un atelier de renforcement des capacités sur les opportunités et défis liés à l’usage des Nouvelles Technologies de l’Information et de Communication (NTIC’s) et des réseaux sociaux chez les jeunes du 14 au 15 décembre 2018.


Togo  - Répression des manifestations : Amnesty International dénonce les violences militaires et demande justice - - [12/14/2018]

Les derniers événements survenus à Lomé et dans plusieurs autres villes du pays (notamment Sokodé) indignent Amnesty International. L'ONG dénonce les violences militaires et demande que justice soit faite. Lisez plutôt le communiqué !


Togo  - Revue de presse du vendredi 14 décembre 2018 iciLome - [12/14/2018]

La présence de l’armée sur les lieux de manifestations, la réaction d’Amnesty International après la scène macabre offerte samedi dernier dans les rues de Lomé et de l’intérieur, par les hommes en uniforme, la sortie du Groupe des 5 (les Ambassades d’Allemagne, des États-Unis d’Amérique, de France, de la Délégation de l’Union européenne et la Coordination du Système des Nations Unies), le processus électoral en cours, bref la crise togolaise, fait encore la Une des journaux ce matin.


Togo  - Patrick Lawson aux filles et fils de la préfecture des Lacs iciLome - [12/14/2018]

Dans une vidéo qui circule depuis hier jeudi sur les réseaux sociaux, Patrick Lawson, vice-président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) s’adresse aux dignes fils et filles des préfectures des Lacs. Le député, natif du milieu, invite ses frères et sœurs à ne pas tomber sous le charme des "promesses lugubres" que le parti UNIR et ses accompagnateurs aux prochaines législatives leur feront au cours de ces périodes de campagne. L’homme politique exhorte les populations d’Aného à rester mobilisées pour empêcher la tenue des législatives du 20 décembre prochain.