Répression des manifestations : Amnesty International dénonce les violences militaires et demande justice
Les derniers événements survenus à Lomé et dans plusieurs autres villes du pays (notamment Sokodé) indignent Amnesty International. L'ONG dénonce les violences militaires et demande que justice soit faite. Lisez plutôt le communiqué !
AMNESTY INTERNATIONAL
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
13 décembre 2018

Togo : L’escalade de la violence et la loi répressive sur la cybersécurité frappent le pays en prévision des élections législatives contestées
- Au moins quatre morts lors de manifestations en moins d’une semaine, dont trois par arme à feu

- Une vidéo vérifiée confirme l’endroit où un garçon de 12 ans a été abattu

- La nouvelle loi sur la cybercriminalité restreint indûment la liberté d’expression

Amnesty International a exhorté les autorités togolaises à enquêter comme il se doit et à sanctionner tous les responsables d’une série de morts survenues au cours des manifestations de la semaine dernière.
Depuis le 8 décembre, au moins quatre personnes ont été tuées dans des actes de violence liés aux manifestations, dont un garçon de 12 ans qui a reçu une balle dans la tête. Des affrontements entre manifestants et forces de sécurité ont été signalés dans tout le pays. De nombreux manifestants ont été blessés par balles dans la capitale Lomé et dans la ville de Sokodé, au nord du pays. Les manifestants ont également brûlé des pneus et érigé des barricades dans la rue. Quatre membres des forces de sécurité ont été blessés.

«Même après la mort d’un enfant, les autorités togolaises continuent d’alimenter la violence en déployant des militaires armés sur des sites de protestation, ce qui risque d’exacerber une situation déjà tendue, a déclaré Evelyne Petrus Barry, directrice du programme Afrique occidentale et centrale d’Amnesty International.

«Alors que les pressions s’intensifient à l’approche des élections, nous exhortons les autorités à respecter le droit de réunion pacifique et à prendre toutes les mesures nécessaires pour que ces affrontements ne fassent plus de victimes. Ils doivent également mener des enquêtes approfondies, indépendantes et impartiales sur la mort des manifestants et veiller à ce que tous les responsables soient traduits en justice.»
Les experts en vérification numérique d’Amnesty International ont pu authentifier une série de vidéos de sites de démonstration qui semblent avoir été filmés le 8 décembre.

Une vidéo a confirmé que le garçon de 12 ans a été tourné dans le quartier de Togblékopé, à environ 5 km au nord de la capitale Lomé. Une autre vidéo montre un membre des forces de sécurité dans une camionnette noire visant un groupe de manifestants avec un fusil à lunette.

Le Ministère de la sécurité et de la protection civile a par la suite reconnu que des membres des forces armées, y compris le chef d’état-major militaire, étaient montés à bord du véhicule. Deux autres personnes ont été tuées à Sokodé le 10 décembre et des dizaines d’autres ont été blessées.

Amnesty International s’est entretenue avec un homme de 19 ans de Sokodé qui a reçu une balle dans le pied. Il l’a dit à Amnesty International :
«Le 10 décembre, j’étais assis sur la place publique quand j’ai vu des gens courir. Quand je me suis levée, j’ai senti une brûlure et j’ai réalisé que du sang sortait de mon pied gauche. (...) Quand on m’a amené à l’hôpital, on m’a retiré des choses[granules] de mes plaies...»

Au début du mois, un groupe de 14 partis d’opposition a rejeté la date du 20 décembre pour les élections législatives et a appelé à des réformes pour des élections équitables et transparentes.

Les manifestations étaient prévues entre le 8 et le 18 décembre. Le 6 décembre, le ministre de l’Administration territoriale a publié une déclaration interdisant les manifestations, faisant état d’un «risque très élevé de graves atteintes à l’ordre public».

Amnesty International considère que les manifestations dans le pays ont été interdites pour des motifs vagues et arbitraires et contreviennent aux obligations internationales du Togo de respecter le droit de réunion pacifique. Malgré l’interdiction, l’opposition a décidé de poursuivre les manifestations, qui ont ensuite été dispersées par les forces de sécurité.
Ces violences s’inscrivent dans le contexte d’une intensification de la répression du droit à la liberté d’expression au Togo.

Le 7 décembre, l’Assemblée nationale du Togo a adopté une loi sur la cybersécurité qui restreint considérablement la liberté d’expression. Elle érige notamment en infraction pénale la publication de fausses informations avec une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement, les atteintes à la moralité publique avec une peine pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et la production, la diffusion ou le partage de données qui portent atteinte à «l’ordre, la sécurité publique ou la dignité humaine».

La loi contient également de vagues dispositions relatives au terrorisme et à la trahison, qui sont assorties de lourdes peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement et qui pourraient facilement être utilisées à mauvais escient contre les dénonciateurs et autres personnes dénonçant des violations des droits humains. La loi accorde également des pouvoirs supplémentaires à la police, notamment en matière de surveillance des équipements de communication ou informatiques, sans contrôle judiciaire adéquat.

«Les autorités devraient abroger ou amender substantiellement cette loi pour s’assurer qu’elle est conforme au droit et aux normes internationales en matière de droits humains «, a déclaré Evelyne Petrus Barry.

Pour de plus amples informations, veuillez contacter le service de presse d’Amnesty International : press@amnesty.org ou téléphoner au : +221 33 869 82 31 ; +221776586227.

Twitter : AmnestyWARO



Actualité Immobilier Boutique


HOME

Nos services
Reportages
Publicité
Soumettre un article

Sites web partenaires
Azizo.net
LomeChrono.com
AfricaHotNews


Contactez-nous
Termes et conditions
@iciLome 2019