Togo Afrique Monde
Togo  -

Dans le bastion du régime, l’opposition sous pression


Avant les élections de mi-décembre, habitants et militants du Nord racontent leur quotidien fait d’intimidations et de passages à tabac par les troupes du gouvernement de Faure Gnassingbé, dont la famille est au pouvoir depuis plus de cinquante ans.

Chaque soir, le cavalier et sa monture reçoivent une volée de balles. La statue, construite à la gloire des «guerriers bâtisseurs» de l’ethnie Tem, est devenue un symbole honni par le pouvoir togolais. Elle a été érigée en 2013 sur la place centrale de Kparato, à côté du baobab sacré. Aujourd’hui, le cheval s’effrite sous les balles des soldats, des trous gros comme le poing sont visibles sur sa croupe et ses jambes arrières menacent de flancher. Kparato est le village natal de Tikpi Atchadam, l’homme qui a réveillé l’opposition l’an dernier en déclenchant un vaste mouvement de contestation à travers le pays. L’emblème de son Parti national panafricain (PNP) est un cheval cabré.

«Les militaires sont venus à sept véhicules dimanche soir. Ils ont ouvert le feu sur la statue, ils espéraient certainement provoquer une réaction des villageois», raconte un habitant qui refuse de donner son nom «par peur des conséquences». Ce mercredi matin, dans l’enfilade d’un couloir où circule un courant d’air frais, il a installé deux chaises en plastique à l’abri des regards, derrière l’une des mosquées de Kparato. «Nous sommes restés calmes. Après la prière, on a demandé aux gens de rentrer chez eux, et aux jeunes de ne pas parler aux soldats, poursuit-il. L’an dernier, les militaires s’étaient carrément installés ici, ils frappaient au hasard, tout le village a fui pendant un mois.» Cette fois, Tikpi Atchadam, réfugié au Ghana voisin, a diffusé un message audio dénonçant «une pièce de théâtre macabre» et appelant ses partisans à la retenue.

Manifestations géantes

Un autre symbole avait déclenché la fureur du régime quelques jours auparavant. A cinq kilomètres de Kparato, dans la ville de Sokodé, le PNP a installé son siège dans l’ancien cinéma Imperial, une grande bâtisse carrée connue de tous. «C’est un lieu historique, ce fut la première salle du Nord-Togo, décrit un jeune proche de l’opposition. Pour le pouvoir, c’est un affront, il ne tolère pas cet affichage. Pendant la nuit du 24 octobre, ils ont repeint les murs pour effacer les couleurs du PNP [rouge et noir, ndlr]. Le 26, le siège du parti présidentiel [Unir] a connu un incendie : ils ont accusé l’opposition. Depuis, les militaires tirent en l’air tous les soirs pour terroriser la ville.»

Le militant a donné rendez-vous dans un hôtel discret, au milieu des champs de maïs. L’endroit est désert mais il ne peut s’empêcher de baisser la voix : «Sokodé est la ville la plus surveillée du Togo. Il y a une tradition de contestation et de détermination chez les Tem. Tout le pays sait que quand Sokodé sort dans les rues, ça devient sérieux.»

Le président Faure Gnassingbé en a parfaitement conscience. Il a succédé à son père, Eyadema, en 2005 (lui-même au pouvoir pendant trente-huit ans), avant d’être réélu en 2010 et 2015 lors de scrutins entachés d’irrégularités. Si le Sud-Togo a toujours été une terre d’opposition, le Nord est considéré comme le bastion du régime : aucune dissidence n’y est tolérée. En réveillant les populations septentrionales l’an dernier, le PNP a changé la donne.

«Comme beaucoup de jeunes Togolais, j’adorais la politique mais je n’étais pas actif. Tikpi Atchadam m’a galvanisé, raconte le jeune homme. J’ai connu cinq présidents français, mais dans le même temps, ici, une seule famille règne ! Quand je vois les pays voisins, qui ont tous peu à peu conquis la démocratie, j’ai honte pour le Togo.»

L’armée a été immédiatement déployée à Sokodé pour étouffer la contestation. Les militaires ont pris leurs quartiers dans une ancienne brasserie réquisitionnée. «Sokodé, ville de paix et de prospérité, vous souhaite la bienvenue», indique une pancarte à l’entrée de la ville. «Jamais le pouvoir n’aurait imaginé une telle mobilisation. Il a été surpris, nous aurions dû en profiter davantage», regrette notre habitant, qui parle d’une «occasion manquée». Après six mois de crise, la coalition des partis d’opposition (C14) a accepté l’ouverture de négociations, sous l’égide de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), en début d’année. Les manifestations géantes ont cessé à Lomé. Une feuille de route a été tracée, devant mener à des élections locales et législatives les 16 et 20 décembre.

«On me salue seulement la nuit»

Depuis plusieurs mois, le «dialogue» entre l’opposition et le pouvoir s’était doucement enlisé – une constante de la politique togolaise – jusqu’à l’annonce du recensement électoral. Selon la feuille de route, l’opération devait être organisée par une Commission électorale nationale indépendante (Céni) comprenant autant de membres de la C14 que de l’Unir. Or cette instance paritaire n’est toujours pas entrée en fonction. Dénonçant un recensement «biaisé», l’opposition a appelé au boycott. «Les militaires, qu’on ne voyait plus dans les rues, ont refait leur apparition, décrit l’habitant de Sokodé. Soi-disant pour sécuriser les volontaires qui veulent se faire recenser. La tension est remontée d’un coup. On sait que jusqu’aux élections, la ville va être bouclée.»

De l’autre côté de la montagne d’Alédjo, 70 kilomètres plus au nord, le long de la RN1 qui sert de colonne vertébrale au Togo, un autre opposant en a fait les frais. Essowè Passou, 42 ans, est membre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC, le principal parti d’opposition) et le représentant de la C14 à Kara. Sur le seuil de sa maisonnette, il fait un signe de la main au visiteur. L’intégralité de sa jambe droite est plâtrée, un hématome recouvre son tibia gauche, quelques cicatrices sont visibles sous ses cheveux ras. En boitillant, il referme la porte de sa cour, calme son chien excité, et s’assoit à l’ombre.

«Nous devions distribuer des tracts appelant au boycott du recensement électoral, explique-t-il. C’était le 15 octobre. Le soir, un individu est entré chez moi en sautant le mur. Le chien a aboyé, je suis sorti avec mon coupe-coupe. Au même moment, une dizaine de personnes ont défoncé la porte en tôle de la concession. Je me suis réfugié dans le garage. Ils ont cassé la fenêtre, m’ont assommé avec une planche, m’ont tiré dans la cour pour me tabasser.» Essowè Passou est formel : ses assaillants étaient des miliciens du régime. «J’en ai reconnu plusieurs», dit-il.

Kara est le fief du pouvoir. Le berceau de la famille Gnassingbé, Piya, est à moins de 20 kilomètres. Ici plus qu’ailleurs, l’opposition n’a pas droit de cité. Aucune manifestation n’a pu s’y dérouler l’an dernier. Par le passé, le délégué de l’ANC dit avoir déjà été menacé de mort, arrêté et fouetté par des policiers, étranglé par des supporteurs zélés du régime. «On me salue seulement la nuit, je suis pestiféré», avoue-t-il. Après son hospitalisation, qui a duré douze jours, et malgré les témoignages de soutien envoyés par les poids lourds de la C14, Essowè Passou a songé à quitter Kara pour de bon. «Ça m’a traversé l’esprit, mais pour aller où ? Je n’ai pas de ressources, je suis simple clerc d’avocat.» La violence de la répression est un signe, selon lui, de l’inquiétude du clan présidentiel. «Ils reviennent aux méthodes brutales car ils se sentent vraiment menacés.» Toujours plus au nord, la petite ville de Kandé, carrefour planté au milieu des tecks, a aussi été portée à ébullition récemment.

Le mouvement de contestation, porté par une poignée de jeunes militants, a pris une forme inédite. Pendant deux semaines, les vendeurs du marché ont mené une grève des taxes. «Il fallait trouver quelque chose de nouveau. Notre marche, le 25 août, avait été dispersée par des tirs de gaz lacrymogènes, raconte Crépin Gnanta, 29 ans, ancien leader étudiant. Nous dénoncions le sous-développement de Kandé, oublié du pouvoir central. Il n’y a aucune usine dans la région : tous les jeunes partent chercher du travail au Nigeria ou bien vendent de l’essence de contrebande. L’hôpital est vétuste, les infrastructures font défaut…»

La troisième semaine, les collecteurs des impôts sont venus accompagnés de gendarmes et de policiers au marché de Kandé, tandis que l’armée s’installait dans les artères de la ville. «Nous avons suspendu le mouvement, nous voulons rester pacifiques, explique Crépin Gnanta, assis devant l’atelier d’informatique qu’il a ouvert en début d’année. Nous nous concentrons désormais sur la sensibilisation de la population aux élections locales. Le dernier scrutin date de 1986 ! Nous ne donnons aucune consigne de vote, nous disons simplement aux gens : "Votez en fonction des projets de développement, pas en fonction des dons de riz, de spaghetti ou de savon."» Par la grâce des réseaux sociaux, le mouvement de Kandé a eu un retentissement national. «Plusieurs groupes de jeunes nous ont contactés pour nous demander comment répliquer l’expérience chez eux, affirme Crépin Gnanta. On leur dit de s’organiser d’abord localement et surtout, on les met en garde : il y aura des menaces, des intimidations, des pressions familiales, etc.»

«Il n’y a pas de problème politique»

A 500 kilomètres de là, dans la capitale, le secrétaire exécutif du parti présidentiel, Aklesso Atchole, balaye ces épisodes de protestation d’un revers de la main. «A Kandé, la RN1 est en réfection, les travaux ont pris un peu de retard, c’est vrai, mais il n’y a pas de problème politique.» L’administration de l’Unir est curieusement installée sous une immense tente climatisée dressée au milieu d’un terrain nu, dans le centre de Lomé. Le patron reçoit dans son bureau, entre deux audiences : «Ce que nous appelons crise politique au Togo, c’est une exagération, les institutions fonctionnent bien, explique-t-il. Le recensement s’est déroulé dans la sérénité la plus complète. La participation est au-delà de nos attentes.»

Mais la querelle autour de la composition de la Céni ? «Aucune chance que cela fasse dérailler le processus électoral», rassure Aklesso Atchole. Les troubles à Sokodé ? «Les propriétaires du local du PNP ont voulu repeindre leur bien, c’est un choix de la famille…»

La bastonnade dont a été victime Essowè Passou? «Un fait divers, que le militant essaye de maquiller en acte politique !» Le patron de l’Unir raccompagne aimablement le visiteur à l’entrée de la tente : «Le Togo a l’habitude de voir du politique partout, c’est une tradition, sourit-il. Pendant ce temps, le Président, lui, est toujours à l’écoute de la population.»

Source: Libération.fr/Célian Macé envoyé spécial au Togo


Togo  - UNIR par sa gourmandise du pouvoir humilie la CEDEAO iciLome - [11/19/2018]

Un bilan objectif de la mise en oeuvre de la feuille de route de la CEDEAO à ce jour reste tristement nul. N'allez pas chercher loin le responsable; il s'agit bien du pouvoir de Lomé.


Togo  - Eric Goulignac, DG CIMTOGO : « L’importance de développer notre responsabilité sociétale » - - [11/19/2018]

La société SCANTOGO a inauguré le mercredi 08 Novembre à Woungbal, localité située à 35 Km à l’Ouest de Guérin-Kouka, dans la préfecture de Dankpen, deux forages, un bâtiment pour un directeur d’école et une maison de relogement au profit d’une famille installée dans le périmètre de la carrière d’exploitation de calcaire de Namon.


Togo  - L’écrivain français Thomas Dietrich témoigne sa solidarité au peuple togolais en lutte iciLome - [11/19/2018]

Les peuples, surtout africains en lutte pour la conquête de plus d’espace de liberté et de démocratie, ne peuvent vivre en autarcie. Ils ont nécessairement besoin des soutiens extérieurs bien que la grande partie du « job » doit se faire par eux-mêmes. Aussi est-il évident que les causes de ces peuples qui croupissent sous des dictatures féroces, sont souvent méconnues par les militants pro-démocratie occidentaux qui prennent sur eux de mener des plaidoyers auprès des instances décisionnelles. Malgré leur volonté, leurs actions restent superfétatoires.


Togo  - Elim CAN 2019 : La leçon des Fennecs aux Eperviers iciLome - [11/19/2018]

Concentrés, efficaces, pragmatiques, les Algériens ont donné une véritable leçon de football aux Togolais ce dimanche 18 novembre au stade omnisports de Lomé. Avec une victoire nette de 4-1, les Fennecs sont qualifiés pour la prochaine CAN au Cameroun.


Togo  - Chronique de Kodjo Epou : Les sirènes du cercle vicieux iciLome - [11/19/2018]

Les diplomates du groupe des 5, ont-ils aussi vu ce que nous avons vu à Lomé ce samedi 17 novembre? Voici pour eux quelques questions de bon sens: à quoi bon précipiter les élections avec des listes truffées de mines? Lorsqu’on sait que le verdict peut être aisément manipulé, trafiqué, pourquoi alors pousser les Togolais à accepter un processus qui est synonyme, pour eux, d’un abattoir infaillible? Par quel coup de baguette magique, le groupe des 5 et la CEDEAO, croient-ils que la vérité pourra triompher des urnes avec des institutions monolithiques, viciées que nous avons au Togo? Est-il possible à ces fonctionnaires de nous citer, parmi les pays qu’ils représentent à Lomé, un seul exemple où les électeurs vont voter en fermant les yeux sur un découpage électoral tordu qui fait la part belle au pouvoir? Ont-ils déjà oublié les ruines de fémurs et crânes calcinés de 2005? Enfin, se demandent-ils pourquoi, en Afrique, c’est toujours au Togo qu’on compte un nombre considérable de morts à chaque élection?Les dignes fils du Togo veulent savoir.


Togo  - Éducation : Un réseau Wifi haut débit pour le Lycée moderne de Sokodé AfreePress - [11/18/2018]

Les premiers responsables de l’association Synergie Plus ont procédé vendredi 16 novembre 2018 à l’inauguration du réseau Wifi haut débit du Lycée moderne de Sokodé (400 km au nord de Lomé), a appris l’Agence de presse AfreePress.


Togo  - Fenêtre sur l'Afrique du 17 novembre 2018 sur radio Kanal K Kanal K - [11/18/2018]


Togo  - Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson : « Le peuple a montré aujourd’hui qu’il est toujours déterminé » iciLome - [11/17/2018]

La Coordinatrice de la Coalition des 14 partis de l’opposition, organisatrice de la manifestation de ce jour, vient de confirmer que les forces de l’ordre ont empêché des gens qui veulent rallier la marche.


Togo  - Nathaniel Olympio : « Les positions de la CEDEAO ne correspondent pas aux attentes des Togolais » iciLome - [11/17/2018]

Les chants et les slogans hostiles au régime de Faure Gnassingbé continuent de se faire entendre dans les rues de Lomé, avec la manifestation de la Coalition des 14. Actuellement, les deux cortèges se sont rejoints au carrefour Agip de Bè-Kpota.


Togo  - Jean-Pierre Fabre : « C’est avec beaucoup de déterminations que nous reprenons les manifestations » iciLome - [11/17/2018]

La manifestation vient de commencer. Les deux cortèges arpentent déjà les rues de la capitale, en présence des leaders de la Coalition des 14 dont le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre. Pour ce dernier, la mobilisation populaire est la seule arme de l’opposition contre les « atermoiements » du régime de Faure Gnassingbé.


Togo  - Une forte mobilisation dans les rues ce samedi iciLome - [11/17/2018]

Une mobilisation impressionnante aux points de rassemblement de la marche de ce samedi. Les populations ont entendu l'appel de la Coalition des 14 partis de l’opposition. Les Togolais, par cette mobilisation, montrent leur rejet du processus électoral conduit unilatéralement par le régime de Faure Gnassingbé.


Togo  - Marche de la Coalition des 14 : Les points de rassemblement s’animent déjà iciLome - [11/17/2018]

Ils arrivent par dizaine aux lieux de rassemblement de la manifestation de ce jour organisée par la Coalition des 14 partis de l’opposition pour dénoncer le coup de force électoral en préparation par le régime de Faure Gnassingbé.


Togo  - HCRRUN/ 2e phase d’indemnisation : Des journalistes outillés pour un meilleur accompagnement du processus AfreePress - [11/17/2018]

« Permettre aux professionnels des médias de faire un accompagnement efficace de la mise en œuvre du programme de réparation et d’indemnisation des victimes de violences sociopolitiques au Togo ». Tel est l’objectif d’un atelier de formation initié les 15 et 16 novembre 2018 à Lomé par le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) à l’endroit des médias nationaux.


Togo  - La journée nationale de l’ingénieur repoussée au 7 et 8 décembre prochain iciLome - [11/17/2018]

La Journée Nationale de l'Ingénieur au Togo initialement prévue pour les 23 et 24 Novembre à l’hôtel 2 Févier, est repoussée au 7 et 8 décembre prochains. Placée sous le thème: "L'ingénieur dans le développement du Togo", cette journée verra la participation de plus de 400 ingénieurs du Togo et de la diaspora. Plusieurs activités sont inscrites au menu de cet évènement historique au Togo. Entre autres activités: des ateliers thématiques sur l’ingénierie et sa contribution au développement du Togo, des expositions des œuvres et réalisations des ingénieurs du Togo et de la diaspora et une soirée de gala. Dans une interview accordée à la Rédaction, Marius Bagny, président du comité d'organisation, revient sur les raisons du report de cette journée nationale de l'ingénieur. Bonne écoute!


Togo  - Lutte contre le chômage au Togo : Quand le gouvernement s’embrouille Fraternité - [11/17/2018]

Il y a quelques semaines, le concours pour le recrutement des enseignants a levé un peu plus le voile sur le problème de chômage au Togo. Alors qu’on attendait recruter 2000 enseignants, le nombre de candidats avoisine les 20. 000.


Togo  - Voici le rapport de l'expert de la CEDEAO iciLome - [11/17/2018]

L'expert constitutionnaliste de la CEDEAO, le Professeur Alioune Badara Fall a remis son rapport sur le projet de texte en vue des réformes constitutionnelles au Togo. C'est un avant-projet de réformes constitutionnelles portant modification des articles 59, 60 et 100 de la Constitution. Voici la proposition de l'expert de l'institution communautaire.


Togo  - Le MPL-ABLODEVIWO remonté contre la CEDEAO et le Groupe des 5 iciLome - [11/17/2018]

Le Mouvement du Peuple pour la Liberté (MPL-Ablodeviwo) est remonté contre la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et le Groupe des 5 ambassadeurs au Togo. C'est en tout cas ce qui ressort de sa déclaration rendue publique lors de sa rencontre avec la presse vendredi à Lomé. Lecture!


Togo  - Crise politique/Grande marche : La C14 convie le peuple à dire non au complot international Lalternative-togo.com - [11/17/2018]

La situation sociopolitique entre encore dans une zone de turbulences. La chance donnée à la facilitation par la C14 a volé en éclat à la suite de la déclaration de Conakry. Célérité du processus électoral sur fond d’alibi de la date du 20 décembre, caution tacite de la CEDEAO et du Groupe des 5 au pouvoir cinquantenaire dans l’organisation bancale des élections, etc. la C14 n’a nullement vacillé face à tout cela. Au contraire, elle maintient sa position et appelle ses militants à descendre dans les rues demain.


Togo  - Nicolas Lawson: 'Notre économie est au bord du gouffre' iciLome - [11/17/2018]

Dans un communiqué du presse rendu public jeudi, Nicolas Lawson, président du Parti pour le Renouveau et de la Rédemption (PRR) pose un diagnostic de la situation socioéconomique et politique du Togo. Selon lui, la société togolaise est profondément atteinte et son économie est au bord du gouffre. Suivez plutôt!


Togo  - Revue de presse de vendredi 16 novembre 2018 iciLome - [11/16/2018]

Trois (03) parution à parcourir ce vendredi. Le quotidien LIBERTE, le bihebdomadaire L’ALTERNATIVE enfin l’hebdomadaire NOUVEL ECHO. Le rapport du Professeur Alioune Badara Fall, l’expert constitutionnaliste commis par la CEDEAO, la non-application par le pouvoir de la feuille de route de la CEDEAO et l’impuissance de l’organisation communautaire, la marche de la C14 prévue pour ce samedi sont, entre autres sujets traités.


Togo  - Brigitte Adjamagbo Johnson : « Nous maintenons l’appel au boycott du recensement » iciLome - [11/16/2018]

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la Coalition des 14 n’accorde pas d’importance à l’appel au recensement lancé par le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD). Intervenant ce vendredi matin sur la radio Victoire FM, Brigitte Adjamagbo Johnson a estimé que cette position du parti de Me Tchassona Traoré relève d'une "anomalie" que la Coalition des 14 prendra grand soin de corriger. "C'est une affaire qui recevra un traitement adéquat au niveau de la Coalition. Il vaut mieux, dans l’intérêt du changement pour lequel nous nous battons, que personne ne joue à ce jeu", prévient la Coordinatrice de la C14. Par ailleurs, elle invite tous les Togolais à se mobiliser pour la grande marche de demain samedi à Lomé. Bonne écoute.


Togo  - Nicolas Lawson: 'Je suis triste pour le Togo et pour les Togolais' iciLome - [11/16/2018]

Nicolas Lawson, président du Parti pour le Renouveau et de la Rédemption (PRR), a été l'invité ce vendredi matin dans l'émission "Taxi-Média Show" sur la radio Taxi FM. L'homme politique a donné son point de vue sur les derniers développements de l'actualité sociopolitique du pays. Il a également réagi par rapport à la proposition de loi de l'expert de la CEDEAO pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo. Il est très triste pour le peuple togolais. " Où est notre souveraineté ? Où est notre dignité ? Pourquoi aujourd'hui on nous amène des gens qui ne connaissent pas notre affectivité, notre histoire et qui laissent présenter un texte comme cela ? Ce texte est indigne de nous, c'est une insulte à notre intelligence, ça fait mal. J'ai beau retenir ma colère, ma déception. Je suis triste pour le Togo et pour les Togolais. On ne peut pas nous honnir comme cela. On ne peut pas piétiner la souveraineté de notre peuple. Il y a des gens intelligents au Togo et c'est ça qui fait de la peine", regrette Nicolas Lawson. Écoutez plutôt!


Togo  - Gilbert Bawara à Tikpi Atchadam iciLome - [11/16/2018]

Dans une interview accordée à la radio Deutsche Welle jeudi, Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique, est revenu sur la situation politique du pays. Selon lui, les élections doivent nécessairement avoir lieu le 20 décembre prochain conformément à la feuille de route de la CEDEAO. "Nous ne pouvons pas rester éternellement dans cette situation d'attentisme et d'incertitude. L’intérêt du Togo, c'est de sortir de cette situation-là, c'est d'avoir une stabilité, de se concentrer sur le développement économique et social", a-t-il déclaré. Sur la question d'exil de Tikpi Atchadam, le porte parole du régime de Faure Gnassingbé estime que le président du PNP ne fait pas l'objet de poursuite. "Je ne crois pas que M Tikpi Atchadam soit beaucoup plus important que les autres membres de la Coalition des 14 qui sont sur le terrain et prennent des risques. Je crois que le courage c'est également un élément déterminant en politique. Si on n'a pas suffisamment de courage pour affronter des situations difficiles et des défis, alors là, il faudrait faire une autre chose", a clashé le ministre. Suivez plutôt!


Togo  - Le Mouvement Patriotes Togolais appelle les populations à participer massivement à la marche de demain iciLome - [11/16/2018]

La mobilisation pour la marche de la Coalition des 14 partis de l’opposition dans les rues de Lomé demain samedi se poursuit. Le Mouvement Patriotes Togolais se joint à la Coalition et appelle les populations à sortir massivement. Lire le communiqué !


Togo  - Café littéraire : Le lycée d’Agbodrafo accueille l’écrivain Théo Ananissoh - - [11/16/2018]

Le vendredi 30 novembre prochain, le romancier togolais sera à l’honneur au lycée d’Agbodrafo. Initiative de la plateforme « Les Amis du CEG d’Agbodrafo » qui regroupe les anciens élèves de cet établissement, Théo Ananissoh parlera de son dernier roman « Delikatessen ». Un ouvrage qui, au-delà de son ton engagé, fait voyager à Porto Seguro, l’ancien nom du village.


Togo  - La Coalition des 14 n’accorde pas d’importance à l’appel du MCD iciLome - [11/16/2018]

Mercredi, le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) a appelé ses militants et sympathisants à aller se faire recenser du 16 au 18 novembre 2018, pour la session de rattrapage du recensement électoral décidé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Cette décision de l'institution en charge de l'organisation des élections fait suite à la rencontre à Conakry entre l’un des facilitateurs de la crise togolaise, le président guinéen Alpha Condé.