Togo Afrique Monde
Togo  -

Négociations ACP-UE : Interviews du Ministre Robert Dussey


ACP : « LE PROCHAIN ACCORD DEVRA REMÉDIER AU DÉSÉQUILIBRE COMMERCIAL EN FAVEUR DE L’EUROPE »

Le groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) et l’Union européenne ont entamé de longues négociations pour établir un nouveau partenariat en 2020 pour une période de 20 ans.

Le cycle de négociations entre la commission de l’Union européenne et les 79 pays du groupe des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) sur l’avenir de l’Accord de Cotonou a été ouvert à New York en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Les discussions sérieuses sur ce partenariat politique, économique et sécuritaire mais aussi migratoire reprendront à Bruxelles, le 18 octobre, afin d’être conclues avant l’été 2019.

Le négociateur en chef de l’UE est Neven Mimica, commissaire chargé de la Coopération internationale et du développement.

Celui pour les ACP, Robert Dussey, ministre des Affaires étrangères et de la coopération du Togo, s’est confié au quotidien français l’Opinion.

Les négociations en vue de la signature d’un nouvel accord de partenariat ACP-UE ont commencé début octobre. Comment vont-elles se dérouler ?

Ces négociations, vous l’avez dit, conduiront à terme au renouvellement de l’accord de partenariat ACP-UE. L’objectif étant de les finir avant l’été 2019, elles doivent être menées à un rythme soutenu et dans un sens élevé de responsabilité. Logiquement la première phase des négociations permettra aux deux parties, c’est-à-dire à la partie européenne et au Groupe ACP, d’accorder leurs violons sur la structure du futur accord et surtout sur le format de l’organisation et la tenue des différentes séquences des négociations.

La deuxième phase des négociations portera sur le socle commun de l’accord envisagé, précisément sur les questions et sujets à y inscrire. Elle permettra aux parties de s’entendre sur les principes directeurs, les objectifs généraux et les priorités générales de leur partenariat. La troisième phase des négociations aura pour objet les trois piliers ou partenariats régionaux à savoir le pilier Afrique, le pilier Caraïbes et le pilier Pacifique. La dernière phase des négociations sera celle de la consolidation de tous les acquis du processus, du réexamen de toute question ou sujet en suspens et de la conclusion des négociations. Comme vous l’aurez constatez vous-même le processus s’annonce un peu long mais nous y arriverons.

Au regard de la géographie et des disparités, est-ce que cela a encore un sens de négocier au nom du bloc ACP ?

Nous nous sommes posé la même question et elle a fait l’objet de débat au sein du bloc ACP. Au finish, nous avons décidé de rester ensemble pour négocier le nouvel accord dans une démarche unitaire. Cette volonté et décision de demeurer ensemble au niveau du Groupe ACP tient cependant compte, et il s’agit là d’une évolution positive, de la géographie et des disparités dont vous parlez dans la mesure où elle laisse une certaine autonomie à chaque zone géographique des ACP, à savoir l’Afrique, les Caraïbes et le Pacifique, dans la négociation des trois partenaires régionaux spécifiques de l’accord. La structure même de l’accord envisagé constitue une réponse à cette préoccupation. Mieux, l’un des enjeux du futur accord, c’est d’arriver à un accord de partenariat ACP-UE qui tient vraiment compte des réalités et des priorités stratégiques de chacune des trois sphères géographiques du Groupe ACP.

Quel bilan faites-vous de l’Accord de Cotonou ?

L’accord de Cotonou qui a relayé les Conventions de Lomé dans l’histoire du partenariat ACP-UE est globalement positif en matière d’aide au développement. Cependant, il n’a pas tenu ses promesses sur le plan des échanges commerciaux, des investissements et du progrès économique. Le commerce bilatéral entre les ACP et l’UE est aujourd’hui largement déséquilibré au profit de l’Europe. Cette vérité de fait, on n’a pas besoin d’être un économiste ni sortir de l’Université de Harvard pour le savoir. Mieux, les deux parties ont conscience de cette vérité.

Quelles évolutions voulez-vous voir prises en compte dans le prochain accord ?

Le prochain accord devra remédier à ce déséquilibre. Nous le voulons plus juste, équitable et responsable. Il devra aussi réellement prendre en compte le droit légitime des peuples ACP au développement, la réalisation des Objectifs du développement durable, l’Accord de Paris sur les changements climatiques et l’Agenda 2 063 de l’Union Africaine. Les pays africains déplorent les conditionnalités imposées par l’UE et veulent purement et simplement la suppression de l’article 8 de l’accord de Cotonou qui donne la possibilité à la Commission de l’UE de leur imposer des sanctions en cas de problème de gouvernance. Les ACP, en particulier l’Afrique veut avoir un partenariat totalement décomplexé avec l’Europe et estiment que cet article n’aura plus à place dans le futur accord. Les ACP souhaitent aborder les questions politiques, relatives aux droits l’homme et aux libertés publiques dans le seul espace de concertation réservé aux dirigeants politiques et j’espère que les négociations permettront aux deux parties de se mettre d’accord sur la meilleure formule. Le monde a évolué. Un partenariat sans paternalisme ne peut qu’être à l’avantage des deux parties. Tenir compte de cette réalité dans les négociations est important.

La possibilité d’un partenariat spécial entre les ACP et la Grande Bretagne n’est pas exclue

Craignez-vous une baisse des aides européennes avec le Brexit quand on sait que la Grande-Bretagne finance le Fonds européen de développement à hauteur de 17 % ?

La question d’aide au développement est une question très délicate et vous devez savoir que les ACP sont très bien conscients aujourd’hui que l’aide au développement n’est pas une panacée. L’aide au développement est bon, mais plus d’investissement européen dans les pays ACP et de justice dans les échanges commerciaux serait meilleur. Les ACP ont besoin plus d’investissement européen et de justice commerciale que d’aide. Pour revenir à votre question, il faut d’emblée dire que nous n’avons rien à craindre. Mieux, nous ne connaissons pas encore l’issue du Brexit. Au moment venu le Groupe ACP prendra acte de l’issue du Brexit quelle qu’elle soit. La possibilité d’un partenariat spécial entre les ACP et la Grande-Bretagne n’est pas à mon sens exclue, mais tout ceci doit être décidé et discuté au sein du Groupe ACPqui veut se positionner aujourd’hui comme une véritable institution de service aux peuples ACP.

Les Accords de partenariat économique (APE, entre l’UE et les blocs régionaux) ont-ils une chance d’aboutir alors que les 54 pays de l’Union africaine projettent de mettre en place une grande zone de libre-échange continentale ?

Les APE risquent d’être dépassés par la Zone de libre-échange continentale (Zlec). Quand cette zone se mettra en place, les APE disparaîtront d’eux-mêmes. Nous devrons renégocier un accord de partenariat économique pour toute l’Afrique sur la base d’une discussion franche. Cela devrait prendre du temps.

Que deviennent les pays d’Afrique du nord qui ne font pas partie des ACP dans ce dispositif ?

Les pays du Maghreb ne sont pas concernés par le partenariat ACP-UE et ont leur propre dispositif de coopération avec l’Union européenne. Mais ces pays ont vocation à intégrer la Zlec. Nous allons devoir trouver une solution. L’objectif, c’est d’arriver, lorsque la Zlec sera effective, à un partenariat unique entre l’Europe et l’Afrique. Dans les années à venir, il n’est pas exclue que cela devienne une réalité. En tout cas, je suis optimiste et le temps nous en dira plus.

L’Europe compte beaucoup sur l’Afrique pour enrayer la crise migratoire. Quelles sont vos propositions ?

La question de la migration africaine vers l’Europe est avant tout une question africaine parce ce sont les jeunes africains qui meurent en mers et/ou précarisent leurs vies. Nous allons faire des propositions aux Européens, notamment en termes de mobilité interafricaine, d’octroi de plus d’opportunités aux jeunes dans nos pays en Afrique, de gestion concertée des flux de migrants et de réfugiés, et de droits des migrants. Nous envisageons aussi développer des stratégies de communication à visée pédagogique pour encourager nos jeunes à rester et à se réaliser en Afrique puisque l’une des causes incontestables de la migration de nos jeunes vers l’Europe, ce sont les préjugés et les idées reçues sur l’Europe. Tout compte fait, nos experts sont en train de travailler sur ses propositions et nous en discuteront avec la partie européenne au moment venu.

Quel partenariat préconisez-vous en termes de paix et de sécurité ?

Les questions relatives à la paix et à la sécurité vont occuper une bonne place dans le nouvel accord de partenariat ACP-UE. Les questions de sécurité et de lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme seront discutées lors des négociations et les deux parties feront en sorte que le partenariat UE-UE soit un partenariat au service de la cause la paix et de la sécurité. Les deux parties savent bien que la paix et la sécurité font partie de la liste des « capabilités fonctionnelles de base » dont nos pays ont besoin pour travailler efficacement à leur développement et progrès économique.

Le type de partenariat en termes de paix et de sécurité qui serait le mieux adapté est celui qui est en phase avec le travail endogène des ACP au service de la paix et la sécurité. En Afrique, en particulier ce partenariat doit être en phase avec le travail des organisations régionales (CEDEAO, CEEAC, SADC, etc.) et de l’Union africaine dans le domaine de la paix et de la sécurité. Le partenariat ACP-UE doit participer à l’effort de guerre contre l’extrémisme violent et le terrorisme en Afrique et dans le monde.

L’Europe n’est-elle pas en train de se faire dépasser par des pays comme la Chine ?

La question ne pose pas en ces termes. Il faut plutôt prendre acte du fait que le monde a changé et prendre en compte cette évidence au plan des conduites à tenir. L’Europe doit travailler davantage à fidéliser ses partenaires ACP et africains. Le marché de la coopération en Afrique aujourd’hui est un marché de rudes concurrences. Tenir compte de cette évidence est un défi pour l’Union européenne.

L’Europe doit composer avec la présence chinoise en Afrique comme une réalité historique qui l’invite à faire évoluer qualitativement et considérablement son partenariat avec le Groupe ACP et surtout avec l’Afrique. L’Europe ne doit pas perdre de vue la volonté clairement exprimée par les pays africains et l’Union africaine de traiter avec elle dans un strict rapport d’égalité. En restant attentive à l’Afrique en qui ce concerne cette exigence, l’Europe, je crois, pourra conserver sa position dominante.


Togo  - UNIR par sa gourmandise du pouvoir humilie la CEDEAO iciLome - [11/19/2018]

Un bilan objectif de la mise en oeuvre de la feuille de route de la CEDEAO à ce jour reste tristement nul. N'allez pas chercher loin le responsable; il s'agit bien du pouvoir de Lomé.


Togo  - Eric Goulignac, DG CIMTOGO : « L’importance de développer notre responsabilité sociétale » - - [11/19/2018]

La société SCANTOGO a inauguré le mercredi 08 Novembre à Woungbal, localité située à 35 Km à l’Ouest de Guérin-Kouka, dans la préfecture de Dankpen, deux forages, un bâtiment pour un directeur d’école et une maison de relogement au profit d’une famille installée dans le périmètre de la carrière d’exploitation de calcaire de Namon.


Togo  - L’écrivain français Thomas Dietrich témoigne sa solidarité au peuple togolais en lutte iciLome - [11/19/2018]

Les peuples, surtout africains en lutte pour la conquête de plus d’espace de liberté et de démocratie, ne peuvent vivre en autarcie. Ils ont nécessairement besoin des soutiens extérieurs bien que la grande partie du « job » doit se faire par eux-mêmes. Aussi est-il évident que les causes de ces peuples qui croupissent sous des dictatures féroces, sont souvent méconnues par les militants pro-démocratie occidentaux qui prennent sur eux de mener des plaidoyers auprès des instances décisionnelles. Malgré leur volonté, leurs actions restent superfétatoires.


Togo  - Elim CAN 2019 : La leçon des Fennecs aux Eperviers iciLome - [11/19/2018]

Concentrés, efficaces, pragmatiques, les Algériens ont donné une véritable leçon de football aux Togolais ce dimanche 18 novembre au stade omnisports de Lomé. Avec une victoire nette de 4-1, les Fennecs sont qualifiés pour la prochaine CAN au Cameroun.


Togo  - Chronique de Kodjo Epou : Les sirènes du cercle vicieux iciLome - [11/19/2018]

Les diplomates du groupe des 5, ont-ils aussi vu ce que nous avons vu à Lomé ce samedi 17 novembre? Voici pour eux quelques questions de bon sens: à quoi bon précipiter les élections avec des listes truffées de mines? Lorsqu’on sait que le verdict peut être aisément manipulé, trafiqué, pourquoi alors pousser les Togolais à accepter un processus qui est synonyme, pour eux, d’un abattoir infaillible? Par quel coup de baguette magique, le groupe des 5 et la CEDEAO, croient-ils que la vérité pourra triompher des urnes avec des institutions monolithiques, viciées que nous avons au Togo? Est-il possible à ces fonctionnaires de nous citer, parmi les pays qu’ils représentent à Lomé, un seul exemple où les électeurs vont voter en fermant les yeux sur un découpage électoral tordu qui fait la part belle au pouvoir? Ont-ils déjà oublié les ruines de fémurs et crânes calcinés de 2005? Enfin, se demandent-ils pourquoi, en Afrique, c’est toujours au Togo qu’on compte un nombre considérable de morts à chaque élection?Les dignes fils du Togo veulent savoir.


Togo  - Éducation : Un réseau Wifi haut débit pour le Lycée moderne de Sokodé AfreePress - [11/18/2018]

Les premiers responsables de l’association Synergie Plus ont procédé vendredi 16 novembre 2018 à l’inauguration du réseau Wifi haut débit du Lycée moderne de Sokodé (400 km au nord de Lomé), a appris l’Agence de presse AfreePress.


Togo  - Fenêtre sur l'Afrique du 17 novembre 2018 sur radio Kanal K Kanal K - [11/18/2018]


Togo  - Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson : « Le peuple a montré aujourd’hui qu’il est toujours déterminé » iciLome - [11/17/2018]

La Coordinatrice de la Coalition des 14 partis de l’opposition, organisatrice de la manifestation de ce jour, vient de confirmer que les forces de l’ordre ont empêché des gens qui veulent rallier la marche.


Togo  - Nathaniel Olympio : « Les positions de la CEDEAO ne correspondent pas aux attentes des Togolais » iciLome - [11/17/2018]

Les chants et les slogans hostiles au régime de Faure Gnassingbé continuent de se faire entendre dans les rues de Lomé, avec la manifestation de la Coalition des 14. Actuellement, les deux cortèges se sont rejoints au carrefour Agip de Bè-Kpota.


Togo  - Jean-Pierre Fabre : « C’est avec beaucoup de déterminations que nous reprenons les manifestations » iciLome - [11/17/2018]

La manifestation vient de commencer. Les deux cortèges arpentent déjà les rues de la capitale, en présence des leaders de la Coalition des 14 dont le chef de file de l’opposition, Jean-Pierre Fabre. Pour ce dernier, la mobilisation populaire est la seule arme de l’opposition contre les « atermoiements » du régime de Faure Gnassingbé.


Togo  - Une forte mobilisation dans les rues ce samedi iciLome - [11/17/2018]

Une mobilisation impressionnante aux points de rassemblement de la marche de ce samedi. Les populations ont entendu l'appel de la Coalition des 14 partis de l’opposition. Les Togolais, par cette mobilisation, montrent leur rejet du processus électoral conduit unilatéralement par le régime de Faure Gnassingbé.


Togo  - Marche de la Coalition des 14 : Les points de rassemblement s’animent déjà iciLome - [11/17/2018]

Ils arrivent par dizaine aux lieux de rassemblement de la manifestation de ce jour organisée par la Coalition des 14 partis de l’opposition pour dénoncer le coup de force électoral en préparation par le régime de Faure Gnassingbé.


Togo  - HCRRUN/ 2e phase d’indemnisation : Des journalistes outillés pour un meilleur accompagnement du processus AfreePress - [11/17/2018]

« Permettre aux professionnels des médias de faire un accompagnement efficace de la mise en œuvre du programme de réparation et d’indemnisation des victimes de violences sociopolitiques au Togo ». Tel est l’objectif d’un atelier de formation initié les 15 et 16 novembre 2018 à Lomé par le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) à l’endroit des médias nationaux.


Togo  - La journée nationale de l’ingénieur repoussée au 7 et 8 décembre prochain iciLome - [11/17/2018]

La Journée Nationale de l'Ingénieur au Togo initialement prévue pour les 23 et 24 Novembre à l’hôtel 2 Févier, est repoussée au 7 et 8 décembre prochains. Placée sous le thème: "L'ingénieur dans le développement du Togo", cette journée verra la participation de plus de 400 ingénieurs du Togo et de la diaspora. Plusieurs activités sont inscrites au menu de cet évènement historique au Togo. Entre autres activités: des ateliers thématiques sur l’ingénierie et sa contribution au développement du Togo, des expositions des œuvres et réalisations des ingénieurs du Togo et de la diaspora et une soirée de gala. Dans une interview accordée à la Rédaction, Marius Bagny, président du comité d'organisation, revient sur les raisons du report de cette journée nationale de l'ingénieur. Bonne écoute!


Togo  - Lutte contre le chômage au Togo : Quand le gouvernement s’embrouille Fraternité - [11/17/2018]

Il y a quelques semaines, le concours pour le recrutement des enseignants a levé un peu plus le voile sur le problème de chômage au Togo. Alors qu’on attendait recruter 2000 enseignants, le nombre de candidats avoisine les 20. 000.


Togo  - Voici le rapport de l'expert de la CEDEAO iciLome - [11/17/2018]

L'expert constitutionnaliste de la CEDEAO, le Professeur Alioune Badara Fall a remis son rapport sur le projet de texte en vue des réformes constitutionnelles au Togo. C'est un avant-projet de réformes constitutionnelles portant modification des articles 59, 60 et 100 de la Constitution. Voici la proposition de l'expert de l'institution communautaire.


Togo  - Le MPL-ABLODEVIWO remonté contre la CEDEAO et le Groupe des 5 iciLome - [11/17/2018]

Le Mouvement du Peuple pour la Liberté (MPL-Ablodeviwo) est remonté contre la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et le Groupe des 5 ambassadeurs au Togo. C'est en tout cas ce qui ressort de sa déclaration rendue publique lors de sa rencontre avec la presse vendredi à Lomé. Lecture!


Togo  - Crise politique/Grande marche : La C14 convie le peuple à dire non au complot international Lalternative-togo.com - [11/17/2018]

La situation sociopolitique entre encore dans une zone de turbulences. La chance donnée à la facilitation par la C14 a volé en éclat à la suite de la déclaration de Conakry. Célérité du processus électoral sur fond d’alibi de la date du 20 décembre, caution tacite de la CEDEAO et du Groupe des 5 au pouvoir cinquantenaire dans l’organisation bancale des élections, etc. la C14 n’a nullement vacillé face à tout cela. Au contraire, elle maintient sa position et appelle ses militants à descendre dans les rues demain.


Togo  - Nicolas Lawson: 'Notre économie est au bord du gouffre' iciLome - [11/17/2018]

Dans un communiqué du presse rendu public jeudi, Nicolas Lawson, président du Parti pour le Renouveau et de la Rédemption (PRR) pose un diagnostic de la situation socioéconomique et politique du Togo. Selon lui, la société togolaise est profondément atteinte et son économie est au bord du gouffre. Suivez plutôt!


Togo  - Revue de presse de vendredi 16 novembre 2018 iciLome - [11/16/2018]

Trois (03) parution à parcourir ce vendredi. Le quotidien LIBERTE, le bihebdomadaire L’ALTERNATIVE enfin l’hebdomadaire NOUVEL ECHO. Le rapport du Professeur Alioune Badara Fall, l’expert constitutionnaliste commis par la CEDEAO, la non-application par le pouvoir de la feuille de route de la CEDEAO et l’impuissance de l’organisation communautaire, la marche de la C14 prévue pour ce samedi sont, entre autres sujets traités.


Togo  - Brigitte Adjamagbo Johnson : « Nous maintenons l’appel au boycott du recensement » iciLome - [11/16/2018]

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, la Coalition des 14 n’accorde pas d’importance à l’appel au recensement lancé par le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD). Intervenant ce vendredi matin sur la radio Victoire FM, Brigitte Adjamagbo Johnson a estimé que cette position du parti de Me Tchassona Traoré relève d'une "anomalie" que la Coalition des 14 prendra grand soin de corriger. "C'est une affaire qui recevra un traitement adéquat au niveau de la Coalition. Il vaut mieux, dans l’intérêt du changement pour lequel nous nous battons, que personne ne joue à ce jeu", prévient la Coordinatrice de la C14. Par ailleurs, elle invite tous les Togolais à se mobiliser pour la grande marche de demain samedi à Lomé. Bonne écoute.


Togo  - Nicolas Lawson: 'Je suis triste pour le Togo et pour les Togolais' iciLome - [11/16/2018]

Nicolas Lawson, président du Parti pour le Renouveau et de la Rédemption (PRR), a été l'invité ce vendredi matin dans l'émission "Taxi-Média Show" sur la radio Taxi FM. L'homme politique a donné son point de vue sur les derniers développements de l'actualité sociopolitique du pays. Il a également réagi par rapport à la proposition de loi de l'expert de la CEDEAO pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo. Il est très triste pour le peuple togolais. " Où est notre souveraineté ? Où est notre dignité ? Pourquoi aujourd'hui on nous amène des gens qui ne connaissent pas notre affectivité, notre histoire et qui laissent présenter un texte comme cela ? Ce texte est indigne de nous, c'est une insulte à notre intelligence, ça fait mal. J'ai beau retenir ma colère, ma déception. Je suis triste pour le Togo et pour les Togolais. On ne peut pas nous honnir comme cela. On ne peut pas piétiner la souveraineté de notre peuple. Il y a des gens intelligents au Togo et c'est ça qui fait de la peine", regrette Nicolas Lawson. Écoutez plutôt!


Togo  - Gilbert Bawara à Tikpi Atchadam iciLome - [11/16/2018]

Dans une interview accordée à la radio Deutsche Welle jeudi, Gilbert Bawara, ministre de la Fonction publique, est revenu sur la situation politique du pays. Selon lui, les élections doivent nécessairement avoir lieu le 20 décembre prochain conformément à la feuille de route de la CEDEAO. "Nous ne pouvons pas rester éternellement dans cette situation d'attentisme et d'incertitude. L’intérêt du Togo, c'est de sortir de cette situation-là, c'est d'avoir une stabilité, de se concentrer sur le développement économique et social", a-t-il déclaré. Sur la question d'exil de Tikpi Atchadam, le porte parole du régime de Faure Gnassingbé estime que le président du PNP ne fait pas l'objet de poursuite. "Je ne crois pas que M Tikpi Atchadam soit beaucoup plus important que les autres membres de la Coalition des 14 qui sont sur le terrain et prennent des risques. Je crois que le courage c'est également un élément déterminant en politique. Si on n'a pas suffisamment de courage pour affronter des situations difficiles et des défis, alors là, il faudrait faire une autre chose", a clashé le ministre. Suivez plutôt!


Togo  - Le Mouvement Patriotes Togolais appelle les populations à participer massivement à la marche de demain iciLome - [11/16/2018]

La mobilisation pour la marche de la Coalition des 14 partis de l’opposition dans les rues de Lomé demain samedi se poursuit. Le Mouvement Patriotes Togolais se joint à la Coalition et appelle les populations à sortir massivement. Lire le communiqué !


Togo  - Café littéraire : Le lycée d’Agbodrafo accueille l’écrivain Théo Ananissoh - - [11/16/2018]

Le vendredi 30 novembre prochain, le romancier togolais sera à l’honneur au lycée d’Agbodrafo. Initiative de la plateforme « Les Amis du CEG d’Agbodrafo » qui regroupe les anciens élèves de cet établissement, Théo Ananissoh parlera de son dernier roman « Delikatessen ». Un ouvrage qui, au-delà de son ton engagé, fait voyager à Porto Seguro, l’ancien nom du village.


Togo  - La Coalition des 14 n’accorde pas d’importance à l’appel du MCD iciLome - [11/16/2018]

Mercredi, le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) a appelé ses militants et sympathisants à aller se faire recenser du 16 au 18 novembre 2018, pour la session de rattrapage du recensement électoral décidé par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Cette décision de l'institution en charge de l'organisation des élections fait suite à la rencontre à Conakry entre l’un des facilitateurs de la crise togolaise, le président guinéen Alpha Condé.