Togo Afrique Monde
Togo  -

Gerry Taama: « Notre lettre de démission de la CENI est prête depuis le 24 septembre »


Il est sans aucun doute l’acteur politique qui sillonne le plus le pays du nord au sud et de l’est à l’ouest. C’est au retour d’une énième tournée dans les plateaux avec certains de nos confrères que M Gerry TAAMA nous a accordé cette interview exclusive. Lisez plutôt.

M Gerry TAAMA, vous revenez encore d’une tournée à l’intérieur du pays, dites-nous où vous êtes allé et la raison de ce déplacement ?

Gerry Taama : j’ai visité les préfectures de Zio, de Haho et d’Est-Mono. Je voulais d’une part effectuer le recensement puisque je suis originaire d’Elavagnon et aussi me faire une idée assez précise de la situation sur le terrain. J’étais dans la même zone il y a quatre jours. Donc comparer mes observations.

Et quelles conclusions en tirez-vous ?

Gerry Taama : La mobilisation est celle des recensements précédents. Les dysfonctionnements du matériel ont créé des soucis importants dans les premiers jours, mais tout est à présent maitrisé. Les populations de ces zones ont vite compris la nécessité d’avoir une carte électorale comme un parapluie en saison des pluies. S’il ne pleut pas, ce n’est pas grave, mais s’il peut, on est bien content de l’avoir avec soi. C’est la même chose pour les élections. Avoir sa carte d’électeur est une garantie. Et les populations l’ont très bien compris. Nous aurions souhaité une rallonge de 72h pour rattraper les premiers jours perdus, mais la CENI en rallongeant les périodes d’ouverture des bureaux de recensement, en créant d’autres CRV peut désormais réaliser toute l’opération avec juste 24h supplémentaires. On le verra de toutes les façons avec la taille du fichier électoral, comparativement à celui de 2015.

En parlant justement du fichier électoral, la CENI chargée de le constituer est toujours incomplète, voire illégitime, comme le dit la C14. Pourquoi le NET est-il toujours présent à cette CENI ?

Gerry Taama : Posez plutôt cette question à la C14 ou au tandem c14-Unir. C’est eux qui sont à l’assemblée nationale et il revient à cette dernière de procéder à l’l’élection des membres des partis-extra-parlementaires censées prendre la place de nos représentants. Pour le moment, les conditions manifestement ne sont pas encore remplies. Ce n’est pas la faute aux partis extra-parlementaires, qui ne sont pas à l’assemblée, il va sans dire.

M Gerry Taama, des rumeurs ont couru sur un courrier que vous auriez envoyé à l’assemblée nationale pour affirmer que vous maintenez votre représentant à la CENI. N’est-ce pas contraire à la position du NET lors de la conférence de presse du 24 septembre, où vous aviez affirmé être prêt à quitter la CENI ?

Gerry Taama : Oui, nous avons envoyé un tel courrier pour préciser un élément qui semble échapper à beaucoup de nos compatriotes. On ne renvoie pas quelqu’un de la CENI, il démissionne. Point. Nous avons ainsi précisé à l’Assemblée nationale que notre démission était nécessaire avant toute recomposition de la CENI. Il ne s’agissait pas, comme certains ont tenté de le montrer, d’une expulsion de la CENI pour cause d’illégitimité mais d’une sortie volontaire de notre part pour l’intérêt du peuple togolais.

M Gerry Taama, êtes-vous toujours disposé à quitter la CENI ?

Gerry Taama : Bien sûr, nous n’attendons juste que l’assemblée nationale organise la plénière d’élection des nouveaux membres. Notre lettre de démission est prête depuis le 24 septembre 2018.

Mais pourquoi vous ne démissionnez pas tout de suite, comme le souhaitent certains.

Gerry Taama : La CENI n’est pas une cour de récréation. C’est un travail très sérieux qui se fait là-bas. Et notre représentant y a de grandes responsabilités. Il faut assurer la continuité du service, et surtout des opérations électorales qui s’y font actuellement. L’assemblée nationale programme le vote des nouveaux membres, nous envoyons notre démission, ils sont élus, ils prêtent serment à la cour constitutionnelle et on fait la passation de charges. C’est ainsi que ça se passe dans tous les pays. Je rappelle que notre démission doit permettre de régler un problème, et non d’en créer de nouveaux.

M Gerry Taama, que pensez-vous de la position de l’UFC qui refuse de quitter la CENI

Gerry Taama : L’argument présenté par les différentes parties pour justifier la recomposition de la CENI, c’est l’existence accords internes à l’assemblée qui permettent aux députés des deux mouvances de se partager les places des autres non présents à l’assemblée. Entre nous, c’est une belle fumisterie parce que dans ce cas, il aurait été plus simple que les partis parlementaires s’accordent 8 places chacun et on en parle plus. D’autant plus qu’il s’agit de dispositions qui ne figurent nulle part dans nos lois. Alors que le Togo dispose de plus de 100 partis politiques et que la présence des partis extra parlementaires devrait permettre de diversifier ainsi les courants politiques à la CENI, les parlementaires qui semblaient ne pouvoir s’entendre sur rien, arrivent à s’unir dans la violation de nos textes. Remarquez qu’ils s’étaient aussi entendus pour doubler leurs rémunérations. Donc, si vous êtes un parti extraparlementaire, il faut vous faire chapeauter par un parti parlementaire. C’est une hérésie intellectuelle. Le comble, c’est quand on demande à la société civile, pourtant supposée neutre, de s’aligner elle aussi. C’est au Togo qu’on peut voir pareilles aberrations.

Pour revenir à votre question, si on s’appuie sur ces accords secrets des parlementaires, il faut aller jusqu’au bout. En 2013 comme en 2015, ces accords avaient permis à l’UFC d’être à la CENI au titre de l’opposition parlementaire. Les textes n’ont pas changé. Il faut cesser de faire une chose et son contraire.

M Gerry Taama, d’après vous l’actuelle CENI est légale, pourquoi acceptez-vous en sortir ?

Gerry Taama : Comme nous l’avons déjà dit, c’est pour donner une chance à l’apaisement. Vous savez, en septembre 2017, quand l’assemblée nationale a appelé les partis politiques à envoyer des candidatures pour mettre en place la CENI chargée d’organiser les élections législatives, la C14 a refusé de le faire, prétextant que la crise n’autorisait pas une quelconque organisation d’élections là où le peuple exigeait le départ de Faure Gnassingbé, le retour à la constitution de 92, le vote de la diaspora et la libération sans conditions des prisonniers politiques. Nous, nous avons répondu à l’appel à candidature, comme 14 autres partis politiques extraparlementaires. Donc, nous sommes toujours dans la légalité, en vertu de l’article 12 du code électoral. Mais aujourd’hui, nous apprenons que la C14 veut rentrer à la CENI. C’est sans doute que les conditions qui ont justifié leur rejet de septembre 2017 sont dorénavant réalisées. Je n’en sais rien, il faudra leur demander.

M Taama, si votre démission est prête, quelle est la prochaine étape ?

Gerry Taama : C’est à l’assemblée nationale de s’exécuter. On nous a dit que l’entrée de la C14 avec 8 représentants allait équilibrer la CENI, en ne précisant pas que le quorum est de 9 sur 17 à la CENI pour qu’elle fonctionne et que UNIR avec le représentant de l’administration feront de toutes les façons ce quorum et que les nouveaux entrants ne pourrons pas bloquer les activités de la CENI. Vous savez, en septembre 2017, les députés de l’UFC avaient quitté l’assemblée nationale avec leurs camarades de la C14 pour ne pas voter les réformes constitutionnelles proposées par le gouvernement. Plusieurs députés UFC, comme nous d’ailleurs, ont été aperçus dans les manifestations. Au lieu de faire de l’UFC un allié sur qui compter dans cette CENI, on en fait un adversaire à priori. Mais à mon sens, il sera difficile de faire quitter l’UFC à la CENI, elle y est de son plein droit. Donc, on en arrive à 7 sur 17 pour la C14. Difficile de parler de parité et difficile aussi de montrer qu’une entrée actuelle de la c14 pourrait changer quoi que ce soit à la CENI. Tout ça résulte de calculs politiques malsains.

Nous sommes aujourd’hui le 8 octobre 2018. Vous comprendriez que la coalition rejoigne la CENI dans la semaine ?

Gerry Taama : Bien sûr que non. De toute façon, toute entrée de la c14 à la CENI actuellement ne serait que pour organiser le recensement dans la zone 2. Pour la zone une, c’est fini et les résultats sont plutôt bons. Ils ont parié et perdu. Maintenant comme je l’ai dit, il y a des calculs mesquins derrière. Ils vont peut-être accompagner Unir à organiser le recensement dans la zone 2. Libres à eux. Nous, nous sommes prêts à passer le témoin.

Dernière question : Comment voyez-vous l’avenir de ce pays, monsieur Taama ?

Gerry Taama : Je suis plutôt triste parce que toutes les années, nous assistons au même scénario. L’opposition refuse tout compromis, et finit par se compromettre. Actuellement, il ne me semble pas que la CEDEAO demande l’arrêt du processus, donc il s’agit encore d’un faux calcul. Nous avons un peuple qui aspire au changement, mais il ne trouve pas encore les leaders politiques capables de porter ces aspirations. Il faut un renouvellement de la classe politique togolaise. Unir a amorcé sa mue. C’est au niveau des partis traditionnels de l’opposition que ça coince. Des Gerry Taama sont encore minoritaires au Togo. Jeunesse du Togo, prenez le pouvoir qui vous revient. Plus de 50% de la population togolaise a moins de 35 ans, et ils sont moins de 1% dans les instances décisionnelles des partis politique. Il faut que ça change.

Je vous remercie.

Gerry Taama : Moi de même.


Source: Focusinfos.net


Togo  - Violences sur les stades : Foli-Bazi promet des sanctions contre les auteurs iciLome - [2/20/2019]

Le 10 février dernier, les stades de Kabou et de Dapaong ont été le théâtre des violences lors de la 16e journée du championnat national de la première division. Un spectacle qui a indigné plus d’un, parce que occasionnant de nombreux blessés dont une arbitre assistante dans le coma. Une semaine après, les mêmes scènes se sont produites à Badou avec les mêmes conséquences. La situation a fait réagir le gouvernement.


Togo  - ESMC : Les 150 premiers consommateurs de la plateforme bénéficient de leur 1ère bon AfreePress - [2/20/2019]

L’Entreprise Sociale de Marché Commun (ESMC) a procédé mardi 19 février 2010 lors d’une rencontre organisée à Lomé, au lancement de son premier programme d’Objectif de Développement Durable (ODD) dans le canton d’Amoutiévé (banlieue de Lomé).


Togo  - Le diplomate Robert Dussey dresse le bilan du Togo à la tête de la CEDEAO AfreePress - [2/20/2019]

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l'intégration africaine, Prof Robert Dussey a rendu public mardi 19 février 2019, son tout dernier ouvrage intitulé : « Togo 2017-2018 Présidence en exercice de la CEDEAO ».


Togo  - L’essentiel de ce mardi 19 février 2019 sur iciLome.com iciLome - [2/19/2019]

Des sujets sociopolitiques dominent l’actualité du jour sur iciLome.com.


Togo  - Me Jean Dégli : « Je crois que la C14 gagnerait en participant aux élections locales » iciLome - [2/19/2019]

La Coalition des 14 va-t-elle encore appeler les Togolais au boycott des prochaines élections locales ? La question brûle actuellement les lèvres des observateurs de la scène politique togolaise.


Togo  - Qui pour sauver le CHU Sylvanus Olympio ? iciLome - [2/19/2019]

Cette question, les Togolais se la posent depuis plusieurs décennies. Elle revient avec acuité ces derniers jours, surtout lorsqu’avec un tapage médiatique sans pareil, on annonce la construction d’un hôpital de référence dans 12 mois, pendant qu'ici et maintenant, les gens continuent de mourir dans les centres de santé au Togo.


Togo  - Phénomène des filles qui tombent en syncope : Le gouvernement rassure la population de Sokodé iciLome - [2/19/2019]

Il y a quelques semaines, la ville de Sokodé (300 km au nord de Lomé) a connu un phénomène inexpliqué qui y a créé une panique générale. Plusieurs filles dans une salle de classe, tombent évanouies, et au même moment. Diverses interprétations ont été faites de cette situation plus qu’inquiétante, notamment la sorcellerie, l’envoutement, les effets secondaires des vaccinations, et autres.


Togo  - Djimon Oré: « La France est l'ennemie du peuple togolais » iciLome - [2/19/2019]

Lundi, Djimon Oré du Front des patriotes pour la démocratie (FPD) a été l'invité dans l'émission "Audi-Actu" sur la radio Victoire FM.


Togo  - Appel du MMLK à la manifestation contre le F CFA et la France ce samedi 23 février à Lomé iciLome - [2/19/2019]

La manifestation du mouvement « AFRO RÉVOLUTION » contre le « Franc CFA et la France » aura bel et bien lieu ce samedi 23 février devant l’Ambassade de France à Lomé.


Togo  - Prof. Magloire Kuakuvi : « Ceux qui parlent du F CFA comme si c’était une générosité se trompent » iciLome - [2/19/2019]

Le débat autour du F CFA prend toujours de l’ampleur au Togo. Intervenant dimanche dans l’émission « D12 » sur la radio Pyramide FM, Prof. Kuakuvi Magloire s’est prononcé sur le sujet.


Togo  - Gouvernement : Bientôt quelqu’un pour le portefeuille des enseignements ? iciLome - [2/19/2019]

En tout cas, c'est la promesse que les enseignants ont ramené, après une rencontre jeudi dernier avec certains membres du gouvernement. Mais n'empêche que le dialogue de sourd rend difficile cette collaboration entre les syndicats des enseignants et le gouvernement.


Togo  - Les Togolais dans les rues ce samedi… iciLome - [2/19/2019]

Les Togolais sont appelés à descendre dans les rues ce samedi 23 février 2019. Cette manifestation n’a rien à voir avec la crise sociopolitique que connaît le pays depuis août 2017. Elle concerne plutôt le Franc CFA qui se retrouve aujourd’hui au cœur de tous les débats, que ce soit au Togo, en Afrique et partout ailleurs dans le monde. Cette manifestation est portée par le Mouvement Afro Révolution dont le Coordonnateur national est le Pasteur Edoh Komi.


Togo  - Sécurité et sûreté aérienne : Huit pays africains renforcent leurs capacités à Lomé sur les normes de l’OACI AfreePress - [2/19/2019]

Les cadres des aviations civiles de huit pays africains dont le Togo, prennent part depuis lundi 18 février 2019 à Lomé, à un atelier de formation sur la gestion de la conformité aux normes et pratiques recommandées pour la sécurité et la sûreté de la navigation aérienne. La formation est organisée par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) en collaboration avec la République Populaire de Chine.


Togo  - Ambassadeur des États-Unis au Togo : David Gilmour, fait ses adieux au chef du gouvernement et au patron de la diplomatie togolaise AfreePress - [2/19/2019]

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou a reçu lundi 18 février 2019 en audience, l’Ambassadeur des États-Unis d’Amérique au Togo, David Gilmour. En fin de mission au Togo, le diplomate américain est allé faire ses adieux au Chef du gouvernement.


Togo  - Coopération Sud-Sud : Le Togo dispose désormais d'une ambassade au Costa-Rica AfreePress - [2/19/2019]

Frédéric Hegbe, nouvel ambassadeur du Togo au Costa-Rica, a officiellement présenté ses lettres de créances au président costaricien, Carlos Alvarado a appris l'Agence de presse AfreePress.


Togo  - L’essentiel de ce lundi 18 février 2019 sur iciLome.com iciLome - [2/18/2019]

Sur iciLome.com ce lundi, l’actualité est essentiellement consacrée à la politique.


Togo  - Diplomatie : Faure Gnassingbé invité au « Sommet Russie-Afrique » en Russie AfreePress - [2/18/2019]

Le ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolais de l’Extérieur, Prof. Robert Dussey a échangé samedi 16 février 2019 avec son homologue de la Fédération de Russie, Serguei Lavrov.


Togo  - Revue de presse du lundi 18 février 2019 iciLome - [2/18/2019]

A la Une : la pose de la première pierre, le 15 février dernier, de l’hôpital dit de référence dénommé Saint Pérégrin à Lomé ; la C14-1 et ses errements.


Togo  - Antoine Folly : « La différence entre le régime et la C14, c’est que la C14 essaie de tenir compte des aspirations des Togolais » iciLome - [2/18/2019]

Antoine Folly, Délégué national de l'Union pour la Démocratie Sociale (UDS-Togo), a été l'invité dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana FM ce lundi 18 février 2019.


Togo  - Une forte pollution anthropique dans le canal lagunaire de Lomé iciLome - [2/18/2019]

Une étude physicochimique réalisée en Mai 2015 sur le système lagunaire de Lomé a révélé une forte insalubrité dus à des éléments chimiques et micro-organismes potentiellement pathogènes qui peuvent être à l’origine de nuisances environnementales et de risques sanitaires significatifs.


Togo  - Djomon Oré : « Faure Gnassingbé n'a qu'à réfléchir à comment sortir par la grande porte » iciLome - [2/18/2019]

Le Conseil des ministres délocalisé mercredi dernier à Tabligbo, dans la préfecture de Yoto, suscite encore des réactions.


Togo  - Agriculture : Un nouveau fonds de FIDA pour accompagner les producteurs ruraux AfreePress - [2/18/2019]

Le Conseil des gouverneurs des États membres du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) a procédé vendredi 15 février 2019 à Rome au déblocage dy « Fonds d'investissement pour l'entrepreneuriat agricole (Fonds ABC) ».


Togo  - Fulbert Attisso: 'Il est important que notre peuple reste éveillé et qu'il puisse continuer la lutte' iciLome - [2/18/2019]

Les responsables du parti politique "Le Togo Autrement" poursuivent leur meeting de sensibilisation et d'information des populations togolaises.


Togo  - L’alternance ne concerne que les Togolais, selon Nana Akufo-Addo iciLome - [2/18/2019]

Intervenant ce dimanche dans un entretien avec Radio France internationale (RFI), TV5 Monde et le journal « Le Monde », le chef de l’Etat ghanéen a fait un feedback sur la crise sociopolitique qui prévaut au Togo. Pour lui, les discussions continuent toujours dans le but de trouver un compromis, lequel servira l’intérêt du peuple togolais.


Togo  - La communauté salésienne pleure le Père César Fernandez iciLome - [2/18/2019]

C’était dans une atmosphère lourde que les fidèles catholiques ont rendu un hommage au Père César Fernandez samedi dernier à la Maison de Don Bosco à Akodessewa (Lomé).


Togo  - Lancement officiel de la campagne « Aux Filles l’Égalité » de Plan International Togo AfreePress - [2/18/2019]

L'ONG Plan International Togo a officiellement lancé vendredi 15 février 2019 à Lomé, sa campagne dénommée « Aux Filles l’Égalité ». Une campagne qui va permettre à cette organisation d’œuvrer plus efficacement pour un monde plus juste qui protège et fait progresser les droits des enfants et des jeunes, encourage l’égalité entre les garçons et les filles et contribue à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD).