Togo Afrique Monde
Togo  -

Face aux grands signes d’une possible autre Afrique : Faure Gnassingbé, le paradoxe de la mal inspiration


Tout change pour que rien ne bouge. La semaine dernière en Afrique a été marquée par deux événements majeurs qui confirment qu’une autre Afrique est possible. Il s’agit notamment de l’amnistie de 800 détenus politiques en Côte d’Ivoire et la candidature de Emmanuel Ramazani Shadary en République Démocratique du Congo pour le compte de la majorité présidentielle. Ceci dans l’espace de 48 heures. Deux faits majeurs qui ont pour soubassement la volonté affichée du départ du pouvoir. Chose un peu rare dans certains pays d’Afrique dont le Togo.

Ouattara et Kabila, des signes du départ acté

Le lundi 06 août, la veille du 58ème anniversaire de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat est attendu pour la traditionnelle adresse à la nation. Rien ne présageait une grande annonce. Le Président Alassane Dramane Ouattara ayant déclaré quelques jours plus tôt qu’il s’apprêtait à rendre le pouvoir à une jeune génération. Mais voilà que Ouattara, tout bien pesé pour sortir par la grande porte, qui annonce avoir procédé à la signature d’une ordonnance portant amnistie de 800 détenus poursuivis pour des crimes qui ont eu lieu avec la crise postélectorale de 2010-2011, mais aussi pour des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après son investiture le 21 mai 2011 « Sur les 800, environ 500 sont déjà en liberté provisoire ou en exil et verront leur condamnation pénale effacée », at-il précisé. Parmi les personnes concernées par l’amnistie figurent l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, les ex-ministres Lida Kouassi et Assoa Adou, ou encore Souleymane Kamaraté Koné, alias Soul to Soul, le Directeur de Protocole de Guillaume Soro. « Ils seront libérés prochainement », a expliqué le chef de l’État. « Il s’agit là d’une mesure de clémence de la nation entière envers ses filles et ses fils. J’invite tous les bénéficiaires de cette amnistie à faire en sorte que notre pays ne revive plus jamais de tels événements et ne sombre plus jamais dans la violence », a-t-il poursuivi.

Incarcérée depuis avril 2011, Simone Gbagbo avait été condamnée à vingt ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’État. L’ancienne Première dame avait par la suite été innocentée par la Cour d’assises d’Abidjan des accusations de « crime contre l’humanité » et de « crime de guerre ». Néanmoins ce jugement avait été cassé jeudi 26 juillet par la Cour suprême, ouvrant la voie à un nouveau procès.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tous les amnistiés sont dehors tout au plus, 48 heures après la décision du président Ouattara. Les images les plus commentées sont celles de Simone Gbagbo au milieu d’une foule de militants du Front Populaire Ivoirien (FPI). Sans doute, une prochaine libération de Laurent Gbagbo de la Cour Pénale Internationale (CPI) ne serait plus une surprise. Tous les signaux sont au vert et corroborés par l’acquittement de l’autre célèbre prisonnier congolais, Jean-Pierre Bemba qui ajoute aux pronostics d’une libération prochaine de l’ancien président ivoirien. Au-delà de toutes les contingences à l’origine de cette décision historique en Côte d’Ivoire, il est une évidence que Ouattara prépare son départ du pouvoir en 2020. Pour ce faire, il faut s’attirer la grâce de ses adversaires politiques et revenir aux fondamentaux de la réconciliation.

Tout est à son honneur. Si l’ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny nourrissait l’envie d’un 3ème mandat, ce geste de dégel politique ne sera pas d’actualité dans son agenda politique. Vivement que cela puisse inspirer d’autres chefs d’Etat à savoir quitter les choses avant que les choses ne les quittent.

Un peu plus loin de la Côte d’Ivoire, c’est bien Joseph Kabila qui a surpris son monde 48 heures après Ouattara.

C’est au bout d’un suspense devenu intenable pour les prétendants du camp présidentiel que le verdict est tombé. Emmanuel Ramazani Shadary, jusqu’ici Secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, principale formation politique de la coalition au pouvoir), sera le candidat du Front commun pour le Congo (FCC), plateforme électorale de Joseph Kabila, pour la présidentielle du 23 décembre prochain en RDC.

L’annonce a été faite ce mercredi 8 août par le ministre Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, lors d’un point presse longuement retardé : vingt heures après la rencontre entre Joseph Kabila et les représentants des partis et regroupements du FCC.

Originaire de la province du Maniema, dans l’Est de la RDC, Emmanuel Ramazani Shadary est l’un des caciques de la Majorité présidentielle. Surnommé « coup sur coup », cet ancien vice-Premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur fait partie des personnalités congolaises frappées en 2017 par des sanctions de l’Union européenne pour « entraves au processus électoral et violation des droits de l’homme ».

Là encore, c’est un point de marqué pour le fils de LaurentDésiré Kabila. Après 17 ans de pouvoir et au terme de son second mandat réglementaire, Joseph Kabila Kabenge n’a aucunement le droit à un 3ème mandat. Il a longtemps nourri ce rêve à l’origine de plusieurs manifestations meurtrières. Dans un concert de pressions internes et externes, Kabila-fils a fini par céder en désignant son oncle maternel comme dauphin au grand soulagement du peuple congolais épris de justice, de liberté et du changement.

Là encore une fois, en dehors de toutes les pressions, Kabila a mis une dose de volonté politique pour finalement lâcher prise.

Faure Gnassingbé, le paradoxe de la mal inspiration

De ces grands événements de la semaine dernière en Afrique, beaucoup de Togolais se demandaient si cela est aussi possible dans leur pays régenté depuis 51 ans par la famille Gnassingbé. Quand bien même, il faut forcément que le pouvoir togolais tende vers cette réalité, les velléités d’un accrochage au pouvoir tel une chauve-souris, sont encore réelles. Rien qu’à voir les premiers faits et gestes au lendemain du sommet de la CEDEAO du 31 juillet à Lomé notamment le traficotage de la feuille de route et le nouveau coup de passage en force de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Pourtant, tout semble à portée de Faure Gnassingbé pour sortir par la grande porte comme Ouattara et surtout Kabila qui a inauguré la dynastie dans une république en 2001 en RD Congo. Il suffit pour Gnassingbé-fils d’amnistier tous les prisonniers politiques y compris son demi-frère Kpatcha et s’atteler à désigner son dauphin à la présidentielle de 2020. Malgré les crimes qui lui sont reprochés, la libération des otages politiques et la décision de renonciation au pouvoir en 2020 peuvent tout effacer. Le Togolais n’étant pas rancunier. Mieux encore, les recommandations de la CEDEAO tombent à pic et Faure Gnassingbé peut bien s’abriter derrière les balises de l’institution régionale pour opérer sa mue. Le contraire, comme le montre les tentatives de la CENI bancale ne peut conduire le Togo qu’à l’irréparable. Pendant que les bons exemples sont là fraîchement, l’autre héritier, incarnation de la dynastie « républicaine » doit entendre raison pour une sortie honorable.

Après trois mandats de cinq ans, Faure Gnassingbé n’a plus rien à montrer ou démontrer. Et comme lui-même l’avait déjà déclaré sur DeutscheWelle, pour la stabilité politique en Afrique tout au plus trois mandats au pouvoir reste un gage.

Kokou AGBEMEBIO


Togo  - L’essentiel de ce mercredi 21 novembre 2018 sur icilome.com iciLome - [11/21/2018]

La crise politique togolaise constitue les principaux sujets traités à la une de votre site icilome.com ce mercredi 21 novembre 2018.


Togo  - Taxi Presse du mercredi 21 novembre 2018 iciLome - [11/21/2018]

Saint Eric Gato et ses confrères Olivier Adja du site d'information afreepress.info, Jean Paul Agbo du journal Focus Info, Tchakala Halirou de Courrier de la République et Isidore Akollor de l'hebdomadaire Actu Express, décryptent l'actualité sociopolitique du pays dans l'émission "Taxi Presse de ce 21 septembre 2018. Bonne écoute!


Togo  - Pasteur Bavon: 'La CEDEAO ne devrait pas miser trop sur les législatives' iciLome - [11/21/2018]

Pasteur Johannes Bavon, président du Front des Architectes de la République (FAR) a été l'invité dans l'émission "Audit-Actu" ce mercredi sur la radio Victoire Fm. L'homme de Dieu s'est prononcé sur plusieurs sujets brûlants de l'actualité sociopolitique du pays. Bonne écoute.


Togo  - Revue de presse du 21 novembre 2018 iciLome - [11/21/2018]

Le quotidien LIBERTÉ, LA MANCHETTE et LA DÉPÊCHE sont les trois journaux parvenus ce mercredi matin à la Rédaction d’iciLome.com.


Togo  - L’édition 2018 de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique célébrée à Lomé AfreePress - [11/21/2018]

La communauté internationale a célébré mardi 20 novembre 2018, la Journée de l’industrialisation de l’Afrique. Au Togo, cet évènement a été commémoré à travers une manifestation organisée par le ministère de l’Industrie et du Tourisme.


Togo  - Université de Lomé : SEET et doctorants en AG ce matin iciLome - [11/21/2018]

La misère faite aux doctorants et aux étudiants en Master par les autorités universitaires et le ministre en charge du secteur a été au menu d’une rencontre entre la Synergie des élèves et étudiants du Togo (SEET) et la presse mardi à Lomé.


Togo  - Crise politique : La mise en garde de la Conférence des Evêques iciLome - [11/21/2018]

La session ordinaire de la Conférence des Evêques du Togo s’est à nouveau tenue à Lomé et à Aného du 12 au 16 Novembre dernier. Une des occasions privilégiées par l’Église catholique au Togo pour se prononcer sur la situation sociopolitique du pays. Dans le communiqué ayant sanctionné les travaux de cette troisième session ordinaire de l'année 2018, la CET met en garde contre le processus électoral tel qu'il est conduit en ce moment par la CENI. Suivez plutôt le communiqué final de la CET.


Togo  - Rapport définitif de l’expert de la CEDEAO : Faure Gnassingbé dans de beaux draps iciLome - [11/21/2018]

Les choses se précisent quant au texte de l’expert constitutionnaliste commis par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour proposer un projet de loi portant réformes constitutionnelles au Togo. Le rapport définitif et authentique remis aux chefs d’Etat de l’institution communautaire, aux Facilitateurs et dont la Coalition des 14 partis de l’opposition a également eu copie, présente un autre visage de ce seront ces réformes.


Togo  - Les activistes africains demandent la libération de Folly Satchivi - - [11/21/2018]

Ces activistes africains regroupés dans plusieurs mouvements et associations viennent de saisir l’Union africaine, l’ONU et des ambassades occidentales. Lire la lettre !


Togo  - Média : Sokodé accueille du 27 au 30 novembre, les JPO de la presse togolaise AfreePress - [11/21/2018]

C'est parti pour la 5e édition des Journées Portes Ouvertes du Conseil national des patrons de presse (CONAPP).


Togo  - Le Togo et l’UE organiseront en 2019 “un Forum des Affaires Togo-UE” - - [11/21/2018]

L'annonce a été faite mardi lors de la 19e session du dialogue Togo -UE tenue à Lomé. L’Union Européenne et le Togo se sont accordées mardi à Lomé, pour organiser au deuxième trimestre 2019 “un Forum des Affaires Togo-UE”.


Togo  - L’UE invite à la « tenue d’élections crédibles et transparentes »… iciLome - [11/21/2018]

A la 19e session du dialogue politique Togo-UE tenue ce mardi à Lomé, le processus électoral en cours s’est invité au débat. C’était en présence des membres du gouvernement togolais, notamment de Gilbert Bawara, Payadowa Boukpessi, Kossi Assimadou et Robert Dussey, dont le ministère a accueilli cette rencontre.


Togo  - L’ambassadeur de France s’est rendu au vernissage d’une exposition pour l’association NOHA iciLome - [11/21/2018]

Vendredi 16 novembre, l’ambassadeur de France, M. Marc VIZY, s’est rendu au vernissage d’une exposition des jeunes artistes du collège Saint Joseph organisée par l’association NOHA.


Togo  - Comuniqué de presse du PRR du 20 Novembre 2018 iciLome - [11/21/2018]

VIVE LA CRISE !


Togo  - Réformes constitutionnelles : La CEDEAO désavoue le RPT/UNIR Lalternative-togo.com - [11/21/2018]

Le régime RPT/UNIR vient d’enregistrer un cinglant désaveu de la part de la Commission de la CEDEAO par rapport à la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles. En effet, alors que l’institution communautaire avait recruté un expert en droit constitutionnel, en l’occurrence le Prof Allioune Badara Fall pour soumettre un texte portant réforme (dont nous avions publié le rapport dans la précédente parution), le régime cinquantenaire, fidèle à ses méthodes de fourberie, s’était précipité pour envoyer un vieux texte dénué de toute substance sur la table des députés. Seulement, son étude en commission des lois, étape qui devrait baliser la voie à son adoption en plénière, a été reportée sine die. Cette sortie de la Commission de la CEDEAO en date du 18 novembre sonne comme un recadrage au gouvernement de Faure Gnassingbé qui s’entête dans ses dérives.


Togo  - L’essentiel de ce mardi 20 novembre 2018 sur icilome.com iciLome - [11/20/2018]

La politique domine l’actualité sur icilome.com ce mardi 20 novembre 2018.


Togo  - RFI dans le viseur du régime de Faure Gnassingbé iciLome - [11/20/2018]

Le régime de Faure Gnassingbé n'aime plus la façon dont le confrère Peter Sassou Dogbé, correspondant de RFI au Togo, traite les informations, notamment la crise sociopolitique dans le pays. Le gouvernement, à travers le ministre en charge de la Communication, a saisi la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC) qui, à son tour, a contacté Paris.


Togo  - Taxi Presse du lundi 19 novembre 2018 iciLome - [11/20/2018]

Saint Eric Gato et ses confrères Michel Tchadja du journal Wara les vainqueurs, Jacques Djakouti (Éditorialiste), Gérard Weissan du journal Sikaa et Elom Attissogbe du journal La Nouvelle Tribune, décryptent l'actualité sociopolitique et sportive du pays dans l'émission "Taxi Presse de ce 19 novembre 2018. Bonne écoute.


Togo  - Nicolas Lawson: « Les protagonistes de la crise nous prennent en otage » iciLome - [11/20/2018]

Les dernières évolutions de la situation sociopolitique et économique du Togo inquiète, au plus haut point, le président du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR). Dans un communiqué de presse rendu public ce mardi, Nicolas Lawson estime que les protagonistes de la crise sociopolitique prennent en otage tout le pays. "Ils jouent à leur jeu habituel depuis 28 ans. Et leur ballon de jeu actuellement est Monsieur Faure Gnassingbé. Les protagonistes de la crise cohabitent gentiment à l'Assemblée Nationale, s'octroient de confortables rémunérations et font échec aux projets et aux propositions de réformes. Leur mandat vient d'être prorogé, alors tout va bien jusqu'aux prochaines élections avec les fraudes, les violences et puis tout recommence. Le peuple n'est qu'un instrument, il sert aux uns comme aux autres", a-t-il regretté. Suivez plutôt l'intégralité de son communiqué en audio.


Togo  - Les Togolais sur le rapport de l'expert de la CEDEAO iciLome - [11/20/2018]

Suite au report de l'étude en commission du projet introduit par le gouvernement, comment obtenir le consensus autour d'un texte de révision constitutionnelle au Togo ? C'est le thème retenu ce mardi matin dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana FM. Sur 16 intervenants, 3 ont estimé que le chef de l’État Faure Gnassingbé, une fois le texte adopté, devrait avoir encore la possibilité de briguer deux autres mandats. 2 des intervenants ont estimé qu'il faut couper la poire en deux, c'est-à-dire qu'on adopte le texte, on considère que le mandat actuel est le premier et qu'il a encore la possibilité de briguer un dernier mandat. Les 11 autres intervenants ont estimé que la formule "En Aucun Cas" ne devrait poser aucun problème. C'est-à-dire qu'une fois le texte adopté, cela devrait immédiatement mettre Faure Gnassingbé qui est actuellement à son 3e mandat, hors course. Suivez plutôt!


Togo  - Amélioration du climat des affaires : Les magistrats à l’école des textes de l'OHADA AfreePress - [11/20/2018]

Lomé accueille depuis lundi 19 novembre 2018, une session de formation de cinq (5) jours dédiée aux réformes de l'acte uniforme sur les sûretés et recouvrements des créances. La rencontre regroupe les magistrats togolais et le personnel du Centre de Formation des Entreprises (CFE).


Togo  - Réformes constitutionnelles : La CEDEAO recadre le gouvernement iciLome - [11/20/2018]

L’on comprend mieux aujourd’hui pourquoi l’Assemblée nationale a reporté sine die, jeudi dernier, l’examen du projet de loi portant réformes constitutionnelles, un texte envoyé par le gouvernement à la table des députés. Par la suite, le gouvernement a retiré son projet de loi. La pression internationale, notamment de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est donc passée par là.


Togo  - Litige foncier : Le CRAPH s’inquiète de la situation dans le canton d’Abobo iciLome - [11/20/2018]

Les collectivités Zoumakpe-Dara et Guidigna se disputent depuis plusieurs années, un lopin de de terrain à Lébé-Lowoè dans le canton d’Abobo. Le Comité de réflexion et d’action pour la promotion des droits de l’Homme (CRAPH)s’en inquiète et alerte les autorités compétentes.


Togo  - Le MCD de Me Tchassona Traoré exige de meilleures conditions d'organisation des élections iciLome - [11/20/2018]

Après avoir appelé, contre toute attente, ses militants et sympathisants à se faire recenser lors de la session de rattrapage, le Mouvement Citoyen pour la Démocratie (MCD) dans un communiqué rendu public, demande au gouvernement la révision du chronogramme du processus électoral.


Togo  - Gestion durable des terres : Le Guide des bonnes pratiques en étude à Tsévié AfreePress - [11/20/2018]

Les principaux acteurs du secteur agricole et environnemental sont réunis depuis le 10 novembre 2018 à Tsévié (35 km au nord de Lomé) en rencontre régionale axée sur l'examen du Guide simplifié des bonnes pratiques agricoles sur la gestion durable des terres et le changement climatique.


Togo  - Célébration du mariage civil, c’est désormais possible à la Préfecture d’Agoè-Nyivé AfreePress - [11/20/2018]

Les populations d’Agoè et de ses environs n’auront plus besoin de se rendre au centre de la capitale togolaise pour s’unir devant le maire. Ils ont dorénavant la possibilité de le faire à la préfecture d’Agoè-Nyivé.