Togo Afrique Monde
Togo  -

Face aux grands signes d’une possible autre Afrique : Faure Gnassingbé, le paradoxe de la mal inspiration


Tout change pour que rien ne bouge. La semaine dernière en Afrique a été marquée par deux événements majeurs qui confirment qu’une autre Afrique est possible. Il s’agit notamment de l’amnistie de 800 détenus politiques en Côte d’Ivoire et la candidature de Emmanuel Ramazani Shadary en République Démocratique du Congo pour le compte de la majorité présidentielle. Ceci dans l’espace de 48 heures. Deux faits majeurs qui ont pour soubassement la volonté affichée du départ du pouvoir. Chose un peu rare dans certains pays d’Afrique dont le Togo.

Ouattara et Kabila, des signes du départ acté

Le lundi 06 août, la veille du 58ème anniversaire de l’Indépendance de la Côte d’Ivoire, le chef de l’Etat est attendu pour la traditionnelle adresse à la nation. Rien ne présageait une grande annonce. Le Président Alassane Dramane Ouattara ayant déclaré quelques jours plus tôt qu’il s’apprêtait à rendre le pouvoir à une jeune génération. Mais voilà que Ouattara, tout bien pesé pour sortir par la grande porte, qui annonce avoir procédé à la signature d’une ordonnance portant amnistie de 800 détenus poursuivis pour des crimes qui ont eu lieu avec la crise postélectorale de 2010-2011, mais aussi pour des infractions contre la sûreté de l’Etat commises après son investiture le 21 mai 2011 « Sur les 800, environ 500 sont déjà en liberté provisoire ou en exil et verront leur condamnation pénale effacée », at-il précisé. Parmi les personnes concernées par l’amnistie figurent l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, les ex-ministres Lida Kouassi et Assoa Adou, ou encore Souleymane Kamaraté Koné, alias Soul to Soul, le Directeur de Protocole de Guillaume Soro. « Ils seront libérés prochainement », a expliqué le chef de l’État. « Il s’agit là d’une mesure de clémence de la nation entière envers ses filles et ses fils. J’invite tous les bénéficiaires de cette amnistie à faire en sorte que notre pays ne revive plus jamais de tels événements et ne sombre plus jamais dans la violence », a-t-il poursuivi.

Incarcérée depuis avril 2011, Simone Gbagbo avait été condamnée à vingt ans de prison pour atteinte à la sûreté de l’État. L’ancienne Première dame avait par la suite été innocentée par la Cour d’assises d’Abidjan des accusations de « crime contre l’humanité » et de « crime de guerre ». Néanmoins ce jugement avait été cassé jeudi 26 juillet par la Cour suprême, ouvrant la voie à un nouveau procès.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tous les amnistiés sont dehors tout au plus, 48 heures après la décision du président Ouattara. Les images les plus commentées sont celles de Simone Gbagbo au milieu d’une foule de militants du Front Populaire Ivoirien (FPI). Sans doute, une prochaine libération de Laurent Gbagbo de la Cour Pénale Internationale (CPI) ne serait plus une surprise. Tous les signaux sont au vert et corroborés par l’acquittement de l’autre célèbre prisonnier congolais, Jean-Pierre Bemba qui ajoute aux pronostics d’une libération prochaine de l’ancien président ivoirien. Au-delà de toutes les contingences à l’origine de cette décision historique en Côte d’Ivoire, il est une évidence que Ouattara prépare son départ du pouvoir en 2020. Pour ce faire, il faut s’attirer la grâce de ses adversaires politiques et revenir aux fondamentaux de la réconciliation.

Tout est à son honneur. Si l’ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny nourrissait l’envie d’un 3ème mandat, ce geste de dégel politique ne sera pas d’actualité dans son agenda politique. Vivement que cela puisse inspirer d’autres chefs d’Etat à savoir quitter les choses avant que les choses ne les quittent.

Un peu plus loin de la Côte d’Ivoire, c’est bien Joseph Kabila qui a surpris son monde 48 heures après Ouattara.

C’est au bout d’un suspense devenu intenable pour les prétendants du camp présidentiel que le verdict est tombé. Emmanuel Ramazani Shadary, jusqu’ici Secrétaire permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, principale formation politique de la coalition au pouvoir), sera le candidat du Front commun pour le Congo (FCC), plateforme électorale de Joseph Kabila, pour la présidentielle du 23 décembre prochain en RDC.

L’annonce a été faite ce mercredi 8 août par le ministre Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais, lors d’un point presse longuement retardé : vingt heures après la rencontre entre Joseph Kabila et les représentants des partis et regroupements du FCC.

Originaire de la province du Maniema, dans l’Est de la RDC, Emmanuel Ramazani Shadary est l’un des caciques de la Majorité présidentielle. Surnommé « coup sur coup », cet ancien vice-Premier ministre et ministre en charge de l’Intérieur fait partie des personnalités congolaises frappées en 2017 par des sanctions de l’Union européenne pour « entraves au processus électoral et violation des droits de l’homme ».

Là encore, c’est un point de marqué pour le fils de LaurentDésiré Kabila. Après 17 ans de pouvoir et au terme de son second mandat réglementaire, Joseph Kabila Kabenge n’a aucunement le droit à un 3ème mandat. Il a longtemps nourri ce rêve à l’origine de plusieurs manifestations meurtrières. Dans un concert de pressions internes et externes, Kabila-fils a fini par céder en désignant son oncle maternel comme dauphin au grand soulagement du peuple congolais épris de justice, de liberté et du changement.

Là encore une fois, en dehors de toutes les pressions, Kabila a mis une dose de volonté politique pour finalement lâcher prise.

Faure Gnassingbé, le paradoxe de la mal inspiration

De ces grands événements de la semaine dernière en Afrique, beaucoup de Togolais se demandaient si cela est aussi possible dans leur pays régenté depuis 51 ans par la famille Gnassingbé. Quand bien même, il faut forcément que le pouvoir togolais tende vers cette réalité, les velléités d’un accrochage au pouvoir tel une chauve-souris, sont encore réelles. Rien qu’à voir les premiers faits et gestes au lendemain du sommet de la CEDEAO du 31 juillet à Lomé notamment le traficotage de la feuille de route et le nouveau coup de passage en force de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Pourtant, tout semble à portée de Faure Gnassingbé pour sortir par la grande porte comme Ouattara et surtout Kabila qui a inauguré la dynastie dans une république en 2001 en RD Congo. Il suffit pour Gnassingbé-fils d’amnistier tous les prisonniers politiques y compris son demi-frère Kpatcha et s’atteler à désigner son dauphin à la présidentielle de 2020. Malgré les crimes qui lui sont reprochés, la libération des otages politiques et la décision de renonciation au pouvoir en 2020 peuvent tout effacer. Le Togolais n’étant pas rancunier. Mieux encore, les recommandations de la CEDEAO tombent à pic et Faure Gnassingbé peut bien s’abriter derrière les balises de l’institution régionale pour opérer sa mue. Le contraire, comme le montre les tentatives de la CENI bancale ne peut conduire le Togo qu’à l’irréparable. Pendant que les bons exemples sont là fraîchement, l’autre héritier, incarnation de la dynastie « républicaine » doit entendre raison pour une sortie honorable.

Après trois mandats de cinq ans, Faure Gnassingbé n’a plus rien à montrer ou démontrer. Et comme lui-même l’avait déjà déclaré sur DeutscheWelle, pour la stabilité politique en Afrique tout au plus trois mandats au pouvoir reste un gage.

Kokou AGBEMEBIO


Togo  - Les forces de l’ordre débarquent à l’ambassade du Ghana iciLome - [9/24/2018]

Il y a six (06) jours que le président du parti Les Démocrates, Nicodème Habia est entrée en grève de la faim devant l’ambassade du Ghana à Lomé. Samedi dernier, il a reçu la visite des médecins qui ont constaté qu’il dépérit et perd le poids. Pour le reste il tient le coup, car lui-même a indiqué qu’il continuera sa grève jusqu’à libération des prisonniers politiques.


Togo  - Communiqué final du Comité de suivi iciLome - [9/24/2018]

Voici le communiqué final qui a sanctionné la deuxième rencontre du Comité de suivi et de l'application de la feuille de route de la CEDEAO à Lomé le 23 septembre 2018.


Togo  - Gilbert Bawara : « Le processus va se poursuivre dans un élan d’inclusion et de participation plus grande de toutes les parties prenantes » iciLome - [9/24/2018]

La deuxième rencontre du Comité de suivi a pris fin hier tard dans la soirée. Gilbert Bawara, chef de la délégation du parti au pouvoir se prononce sur les travaux. Suivez !


Togo  - Rentrée doctorale sur fond d’attentes non comblées Lalternative-togo.com - [9/24/2018]

Du 17 au 19 octobre prochain, les étudiants inscrits aux études doctorales feront leur rentrée. A quelques jours de la reprise, les autorités universitaires étaient face aux doctorants afin de les situer sur les dispositions prises par l’Université de Lomé. Mais nombreux sont les étudiants déçus de la rencontre.


Togo  - Me Dodji Apévon : « Ce que nous avons pu obtenir aujourd’hui, c’est la recomposition de la CENI » iciLome - [9/24/2018]

Le président des Forces démocratiques pour la République (FDR, membre de la Coalition des 14), Me Paul Dodji Apevon se réjouit d'un acquis lors de cette deuxième réunion du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO : la recomposition de la CENI. Suivez plutôt !


Togo  - Togo Debout prévient la Coalition des 14... iciLome - [9/24/2018]

Par lettre ouverte, le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) a saisi la Coordinatrice de la Coalition des 14 partis de l'opposition, en lui faisant part des dissensions qui fuitent au sein de ce regroupement de partis, notamment sur l'agenda électoral. Lisez plutôt !


Togo  - Fin des travaux à l’hôtel 2 Février : La recomposition de la CENI d’ici 30 septembre iciLome - [9/23/2018]

Les travaux de la deuxième réunion du Comité de suivi et de l’application de la feuille de route de la CEDEAO viennent de prendre fin à l’hôtel 2 Février de Lomé. Un communiqué final a sanctionné les travaux, avec des mesures importantes.


Togo  - 2e réunion du Comité de suivi : L'ouverture des travaux en images iciLome - [9/23/2018]

Mots de bienvenue et Discours ont meublé l'ouverture des travaux de la deuxième réunion du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO.


Togo  - Dr Albert Kan-Dapah aux acteurs politiques togolais iciLome - [9/23/2018]

Le ministre ghanéen de la Sécurité, représentant du président de la République du Ghana, Facilitateur dans la crise politique togolaise, Nana Akufo-Addo, s'est adressé aux acteurs politiques togolais lors de son discours à l'ouverture des travaux de ce jour.


Togo  - Jean-Claude BROU présente l'ordre du jour de la réunion iciLome - [9/23/2018]

A l'ouverture de la deuxième réunion du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO, le président de la Commission de cette institution a présenté l'ordre du jour de la rencontre. Suivez plutôt !


Togo  - Les travaux ont démarré à l'hôtel 2 Février iciLome - [9/23/2018]

Nous vous proposons de suivre (vidéo) le démarrage des travaux de la deuxième réunion du Comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO.


Togo  - 2e réunion du Comité de suivi : La composition des délégations iciLome - [9/23/2018]

Les protagonistes de la crise politique togolaise sont réunis ce dimanche autour du Comité de suivi et de l’application de la feuille de route de CEDEAO pour une sortie de crise, à l’hôtel 2 Février de Lomé. Diverses personnalités composent les délégations présentes à la salle Evala de cet hôtel.


Togo  - Le Comité de suivi aborde la question de la CENI à l’hôtel 2 Février iciLome - [9/23/2018]

La deuxième rencontre du Comité de suivi et de l’application des recommandations de la CEDEAO, vient de s’ouvrir à l’hôtel 2 Février de Lomé. Sont présents à cette réunion, les deux protagonistes, les membres du Comité de suivi, les diplomates accrédités au Togo et les représentants des deux Facilitateurs. Dans son discours d’ouverture, le Président de la Commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou a dévoilé l’ordre du jour de cette deuxième réunion.


Togo  - L’opposition togolaise dénonce un « piège » après l’annonce de la tenue de trois élections - - [9/23/2018]

Outre les législatives, un référendum et des scrutins locaux devraient avoir lieu en décembre. Une « précipitation » qui inquiète les adversaires du pouvoir.


Togo  - 2e réunion du Comité de suivi : L'arrivée de la C14 à l'hôtel 2 Février iciLome - [9/23/2018]

La délégation de la Coalition des 14 partis de l'opposition est arrivée à l'Hôtel 2 Février où vont s'ouvrir tout à l'heure les travaux de la deuxième rencontre du Comité de suivi et de l'application de la feuille de route de la CEDEAO pour une sortie pacifique, définitive et durable de la crise politique au Togo. Suivez l'arrivée des leaders de la Coalition à travers cet élément !


Togo  - 2e réunion du Comité de suivi à Lomé : Les travaux sur le point de démarrer iciLome - [9/23/2018]

Les travaux de la deuxième rencontre du Comité de suivi et de l’application des recommandations de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour une sortie de crise au Togo, vont incessamment démarrer à l’Hôtel 2 Février.


Togo  - CENI : Des élections à hauts risques ! Lalternative-togo.com - [9/23/2018]

Malgré les appels de la Coalition des 14 partis de l’opposition, de la société civile et autres observateurs de la vie politique togolaise pour la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales (avant bien sûr les élections) et la recomposition de la CENI, le régime de Faure Gnassingbé fonce droit dans le mur avec cette institution décriée par tous. Au RPT/UNIR, on ne jure que par les élections. C’est à croire que ce sont ces consultations, organisées dans des conditions actuelles, qui sauveront le Togo et le peuple togolais. Ces élections sont devenues le messie que prient tous les jours Faure Gnassingbé et son régime, au point de sembler répondre à toutes les inquiétudes (liées au lendemain de ces consultations) par « les élections soient avec vous ! » (allusion faite à une salutation des prêtres au début d’une messe catholique). Tout ceci, sans mesurer la poudrière que constitue tout ce que fait la CENI, peinte par Gilbert Bawara comme un « train qui est déjà parti ».


Togo  - Jean-Pierre Fabre : « On participera à la mise en place de la CENI » iciLome - [9/23/2018]

Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l'opposition se prononce sur les grandes décisions arrêtées par le Comité de suivi de la CEDEAO, à la fin de la deuxième rencontre dimanche à Lomé. Pour lui, l'opposition, notamment la Coalition des 14 partis participera à la mise en place de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).


Togo  - La politique s’offre la une de la presse électronique togolaise Apanews - [9/22/2018]

La nouvelle réunion du comité de suivi de la feuille de route de la CEDEAO et le groupe de facilitateurs mis en place par l’organisation font ce samedi la une des sites d’informations.


Togo  - Crise togolaise : La CEDEAO a-t-elle encore une marge de manœuvre pour ramener les deux protagonistes à la raison ? iciLome - [9/22/2018]

« La Coalition des 14 ne croit toujours pas aux travaux de la CENI et s’en remet aux Facilitateurs. Mais en conseil des ministres jeudi à Lomé, les propositions du recensement électoral faites par la CENI ont été validées par le gouvernement togolais. Devant une telle situation, les Facilitateurs disposent-ils encore une marge de manœuvre pour ramener les deux protagonistes de la crise à la raison? ». Voilà la question ayant meublé le débat dans l’émission « Audit Actu » sur la radio Victoire Fm vendredi matin. Selon bon nombre des intervenants, c'est au peuple togolais de prendre ses responsabilités. Suivez plutôt!


Togo  - Locales, référendum… puis législatives: Vive le forcing NO LIMIT ! Fraternité - [9/22/2018]

La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) projette l’organisation couplée, le 16 novembre prochain, des élections locales et du référendum. L’annonce a été faite mardi, après une réunion de travail avec les partis politiques, à son siège à Lomé. Un nouvel élément qui vient donc s’ajouter à la problématique dejà latente de la volonté unilatérale du pouvoir de Lomé d’organiser coûte que coûte les législatives, le 20 décembre 2018, malgré les lourds désaccords de la coalition des 14 partis de l’opposition, l’autre protagoniste de la crise ouverte depuis le 19 août 2017.


Togo  - Dr Georges William Kouessan : « Aujourd’hui, la CENI avance comme si de rien n’était » - - [9/22/2018]

En meeting d'information et de sensibilisation de la population d'Adikopé mercredi dernier, Dr Georges William Kouessan, président du parti "Santé du Peuple" a beaucoup insisté sur la nécessité des réformes avant la tenue d'une quelconque élection au Togo. Selon, Kodjona Kandaga et sa CENI sont en train de piétiner la feuille de route de la CEDEAO.


Togo  - Robert Yao Daté : « Le gouvernement est en train de chosifier la CENI » iciLome - [9/22/2018]

Dans une interview accordée à la radio La Voix de Danyi, Robert Daté, ancien rapporteur de la CENI désapprouve le fonctionnement de la CENI actuelle. Selon lui, le gouvernement togolais est en train de chosifier cette institution en charge de l'organisation et de la supervision des élections au Togo. Suivez plutôt!


Togo  - L’OMCT et la FIDH s’inquiètent de la situation des droits de l’Homme au Togo - - [9/22/2018]

L’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), à travers un communiqué, s’inquiètent de la situation des droits de l’homme au Togo. Lisez plutôt !


Togo  - Protection sociale : Le Togo enregistre d’importants progrès, selon l’OIT AfreePress - [9/22/2018]

La protection sociale, un impératif économique et social. C’est le sujet qui a été au centre d’une table ronde organisée jeudi 20 septembre 2018 à Lomé par le ministère de Fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative.


Togo  - Chronique de Kodjo Epou : La Marche à Reculons iciLome - [9/22/2018]

Une nation fait des choix. Être en harmonie avec elle-même pour s’émanciper en tant qu’entité liée par le même destin ou alors, avoir en permanence à gérer des histoires qui la divisent et l’appauvrissent. Entre les deux, notre pays a choisi les histoires dont certaines, à l’instar des scrutins annoncés pour décembre, sont simplement idiotes, à l’encontre du bon sens. N’est-ce pas qu’au Togo on avance à reculons, sans voir le précipice?