Togo Afrique Monde
Togo  -

Agriculture/Suspension des enquêtes agricoles : Menace sur le financement du FMI et de la FAO ?


Le système permanent d’enquête est en panne ! De Djankassé à Cinkassé, ils sont plus de 200 agents à être déployés sur le terrain à travers toutes les régions du Togo, par le gouvernement. Leur mission : interviewer les chefs d’exploitations agricoles et les responsables des parcelles, mesurer les parcelles à l’aide du GPS, poser les carrés de densité et de rendement, effectuer les récoltes dans les carrés de rendement, procéder à l’inventaire du cheptel et consigner les résultats sur les questionnaires sur le terrain. Permettre la conception, la mise en œuvre, le suivi de projets et programmes de développement du secteur rural, contribuer au calcul du PIB national dont l’agriculture occupe 40%, tels sont aussi leurs objectifs. Eux, ce sont des agents enquêteurs agricoles chargés de collecter toutes les informations, auprès des exploitants agricoles et sur les marchés ruraux.

Recrutés, certains en 1995, d’autres en 2012, par l’Etat, ils travaillent dans le cadredu Système Permanent d’Enquête (SPE), un service de la de la Direction des Statistiques Agricoles de l’Informatique et de la Documentation (DSID) placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. « Le Système Permanent d’Enquête (SPE) pour lequel les agents enquêteurs agricoles sont recrutés, est une opération de collecte des données statistiques postérieures au Recensement national de l’Agriculture (RNA) permettant au ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP), d’avoir un dispositif intégré de collecte et de suivi des campagnes agricoles et de l’élevage capable de fournir des informations fiables, riches et variées sur le secteur agro-pastoral. Vu le caractère complexe de l’opération, l’agent enquêteur doit être en contact permanent avec les exploitants agricoles pendant toute la période que dure la campagne agricole », indique-t-on.

Colère. Les opérations (y compris des enquêtes spécifiques ponctuelles), s’étendent sur une campagne agricole et couvrent treize (13) mois sur douze (12). Mais sur des coups de tête, Komi Djeguema, directeur de la DSID dont le SPE est une activité principale, réduit le contrat des enquêteurs de 1 mois et demi. Un contrat qui, à vrai dire, ne permet pas à ces derniers de capter les données de façon exhaustive pouvant servir la fiabilité des statistiques.

« Tout comme les critères et profils de recrutement, les contrats aussi varient et ont évolué de façon régressive. Il s’agit des Contrats à Durée Déterminée (CDD) évoluant de sept (07) mois dans les années 80, 90 et 2000 à six (06) mois en 2012 à 2014 et un mois et demi à partir de 2015 jusqu’à nos jours », pestent les enquêteurs qui dénoncent aussi leurs mauvaises conditions de vie et de travail. « Au départ à pied, ensuite à vélo et de nos jours à motos pas très adaptées, le matériel de travail à l’instar du profil et du contrat, aussi a connu des fortunes diverses. Certes, les agents disposent de matériels et équipements mais très peu adaptés : les motos sont de type Accès AC125-16, immatriculées RTG, sont mises en circulation depuis octobre 2012, les GPS sont distribués dont la plupart est obsolète. Le reste du matériel, notamment les piles des GPS, les sacs de protection des documents, les raglans, les bottes et les crédits de communication sont à la charge de l’agent », nous confient-ils. Les conditions de travail ne sont pas roses ; elles sont précaires et se dégradent, elles aussi, avec des contrats à durée déterminée d’un mois et demi. Sans garantie de sécurité, exposés à tous les risques, ces agents enquêteurs qui bravent les dangers du terrain dans les zones profondes broient du noir. «Pas de couverture sociale pour les cas de maladies ni accidents professionnels, non déclaration à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). Ce qui prouve le caractère d’insécurité, d’instabilité et de précarité du travail. Les nombreux cas de décès, d’accidents professionnels, de maladies sont à la charge des agents eux- mêmes, de leurs familles ou de leurs proches.

Chaque agent a en moyenne, une dizaine d’exploitants agricoles actuellement à visiter dans un laps de temps d’environ un mois au lieu de toute la campagne agricole pour mesurer toutes les superficies emblavées et produire des fiches récapitulatives retraçant les superficies cultivées pour chaque culture, les différentes spéculations, les variétés, la qualité et la quantité de semences utilisées, l’itinéraire technique des cultures de chaque parcelle, la quantité d’engrais utilisé ou non et le coût de mise en valeur de chaque parcelle. Le même parcours se fait au moment des récoltes afin d’évaluer la production de chaque parcelle récoltée au cours de la campagne agricole. Et chaque agent doit en moyenne visiter une dizaine d’exploitants agricoles dans le but d’avoir des informations liées à leurs activités jusqu’à la mesure des parcelles», crient-ils.

Suspension. A toutes leurs doléances, la DSID oppose un refus. Face au dilatoire, en 2015, un mouvement est suscité. Ces agents ont décidé de se constituer en syndicat « pour mieux défendre leur intérêt ». Le Syndicat des Agents Enquêteurs Agricoles Contractuels de la Direction des Statistiques Agricoles de l’Informatique et de la Documentation (SYACO-DSID), est donc né.

A Atakpamé, un atelier qui s’est déroulé du 31 janvier et du 1er février derniers à l’initiative de la DSID a regroupé les acteurs nationaux et les enquêteurs agricoles. Les recommandations sont relative à l’«amélioration des conditions de travail des agents et proposition de mécanismes pour une meilleure valorisation du personnel de la DSID en vue de mieux se préparer à aborder les échéances à venir, d’assurer l’efficacité et l’efficience dans la réalisation de toutes les activités ». Mais depuis, c’est le statu quo. Les recommandations des différents ateliers ne sont toujours pas appliquées.

Menace. Les doléances n’étant toujours pas satisfaites, les enquêteurs agricoles ont refusé de reprendre les travaux tant que leurs contrats ne sont pas revus. « Les agents enquêteurs agricoles contractuels, à l’unanimité dans les cinq (05) régions, exigent sous forme de pétition adressée au Directeur: la signature d’un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) de douze (12) mois ; rémunération mensuelle de cent cinquante mille (150 000) francs cfa payable à temps ; la couverture sociale maladies et accidents professionnels ; la déclaration à la CNSS ou la CRT ; la dotation mensuelle de cinquante (50) litres de carburant ; les frais d’entretien mensuel des engins (motos) à dix mille (10 000) francs cfa ; la mise à disposition de tous les agents une copie des contrats dûment signés par toutes les parties ; la notification des invitations aux agents enquêteurs soixante-douze (72) heures avant, pour tout déplacement en région et l’allocation de primes de déplacement, d’hébergement et de restauration ». Ce sont là les « seules conditions pour tout démarrage ou reprise des activités de terrain du Système Permanent d’Enquête (SPE) », selon eux. Il faut noter que sur la liste des propositions de la direction, mis à part le Système Permanent d’Enquête (SPE), qui normalement doit occuper les agents durant toute la campagne agricole est réduite à deux (02) mois, pour la grande saison et deux (02) mois pour la petite saison, pour les régions Maritime et Plateaux. Par contre, pour les régions Centrale, Kara et des Savanes, la même campagne agricole, elle ne couvre que deux (02) mois non renouvelable. Ce qui fait que tout bien jugé, l’agent enquêteur peut rester par moment sans salaire pendant environ huit (08) mois, selon qu’il soit de la région Maritime ou des Plateaux, voire dix (10) mois, selon qu’il soit de la région Centrale, de la Kara ou des Savanes », ont-ils avancé. En réalité, il a été proposé à ces derniers un contrat d’un mois et demi. Après 22 ans pour les uns et 6 ans pour d’autres, convient-il de maintenir ces agents au titre de temporaires ?

En réponse au mouvement de cessation du travail, le Directeur de la DSID, Komi Djeguenou ne compte pas céder. Il évoque un déficit budgétaire. Dans ce dossier, la Synergie des travailleurs du Togo (STT), la centrale à laquelle ces agents sont affiliés, a cherché à rencontrer le directeur pour un dénouement de la crise. Mais sa demande d’audience n’a pas pu trouver de suite favorable.

Actuellement, les agents ne sont pas sur le terrain. Alors qu’ils devraient rendre leurs chiffres le 15 juillet pour faire des statistiques agricoles annuelles. Le rapport du traitement des données prend alors du retard et le risque est grand et le financement de l’agriculture par les partenaires extérieurs est dans l’impasse. Puisque bientôt, les partenaires techniques et financiers, notamment la FAO et le FMI vont réclamer ces données en vue du financement de la prochaine campagne.

Joint hier au téléphone par L’Alternative, le Directeur parle de coup monté et de « manipulation ». A l’en croire, les enquêtes du SPE n’ont jamais dépassé 2 mois. « Le SPE n’a jamais fait 12 mois ou un an d’enquête. Le SPE fait seulement 2 mois d’enquête. Il arrive de faire plusieurs enquêtes pendant 6 mois, mais l’enquête du SPE dure toujours 2 mois. Ça n’a jamais dépassé ce délai », confie-t-il.

Selon lui, cette période de 2 mois couvre la phase de mesure de superficie et celle de rendement de mesure de récolte. Il ajoute que dans la plupart des régions, à l’instar de celle Maritime, le déploiement des enquêteurs est effectif sur le terrain, sauf dans certaines zones où les gens sont manipulés.

Estimant qu’ils ne sont pas en retard en ce qui concerne le rapport annuel, le Directeur explique qu’il ne pense pas que la situation actuelle va compromettre le financement de la part des partenaires. Toutefois, il relativise : « on verra ».




Togo  - L’essentiel de ce jeudi 13 décembre 2018 sur icilome.com iciLome - [12/13/2018]

La crise togolaise a encore occupé une large partie des sujets traités sur icilome.com ce jeudi.


Togo  - Nathaniel Olympio:'Nous sommes dans un pays où les choses se déroulent toujours à l'envers' iciLome - [12/13/2018]

Nathaniel Olympio, président du "Parti des Togolais" a été l'invité ce jeudi matin dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana FM. Le responsable de la Coalition des 14 s'est prononcé sur les derniers développements de l'actualité politique du pays. L’émission dans son intégralité.


Togo  - Résolution de la crise : Des Togolais font toujours confiance à la CEDEAO iciLome - [12/13/2018]

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dispose-t-elle encore une marge de manœuvre dans la résolution de la crise togolaise ? C’est le thème retenu hier mercredi dans l’émission Audi-Actu sur la radio Victoire FM. Selon bon nombre des intervenants, la Communauté sous régionale a encore une chance pour régler la crise politique togolaise. Suivez plutôt!


Togo  - Réaction du G5 sur les derniers événements au Togo iciLome - [12/13/2018]

Les Ambassades d'Allemagne, des Etats-Unis d'Amérique, de France, de la Délégation de l'Union européenne et la Coordination du Système des Nations Unies ont réagi suite aux derniers événements survenus dans le pays. C'est à travers une déclaration dont voici la teneur.


Togo  - Crise politique/Publication d'images choquantes : L'OTM appelle les journalistes à la retenue iciLome - [12/13/2018]

La répression qui s'abat sur les manifestations de la Coalition des 14 partis de l'opposition fait des morts et des blessés. Des journaux et sites internet publient ces images de compatriotes tués ou blessés avec du sang un peu partout. Des publications qui violent le Code de déontologie du métier du journalisme. Une situation qui fait réagir l'Observatoire togolais des médias (OTM). Voici le communiqué !


Togo  - Nathaniel Olympio : « La République togolaise est en danger » iciLome - [12/13/2018]

Pendant que des voix s’élèvent pour demander le report des élections législatives prévues pour le 20 décembre prochain, et ainsi éviter un bilan macabre pour le Togo, les thuriféraires du régime de Faure Gnassingbé, notamment le porte-parole du gouvernement, Gilbert Bawara continue de persister que ces élections auront bel et bien lieu à cette date. Une sortie qui radicalise un peu plus la position de la Coalition des 14 partis de l’opposition.


Togo  - Crise politique : Les personnes handicapées font part de leur inquiétude iciLome - [12/13/2018]

Hier mardi, le Réseau des journalistes et communicateurs sur le Handicap au Togo (RJCHT) a lancé un appel suite à la recrudescence de la violence dans le pays, avec son lot de morts et de blessés. Ce réseau s’inquiète pour les personnes handicapées et appelle les différents protagonistes pour la préservation de la vie humaine, afin d’éviter l’augmentation du nombre des personnes handicapées au Togo.


Togo  - Togo Debout interpelle les forces de sécurité et de défense iciLome - [12/13/2018]

C’est un message que le Front Citoyen Togo Debout (FCTD) a adressé aux forces de sécurité et de défense au cours d’une conférence de presse hier à Lomé. Le mouvement demande aux hommes en treillis de soutenir le peuple, en barrant la route au « fort » qui le marginalise.


Togo  - DOSSEH David: 'Si vous avez un coeur, il y a des propos qu'il faut éviter de tenir' - - [12/13/2018]

Les violences inouïes qu'exercent les corps habillés sur les citoyens togolais ces derniers jours inquiètent les responsables du Front Citoyen Togo Débout. Le Prof David Dosseh, 1er porte-parole du FCTD, se dit être « écœuré » par ce comportement barbare des forces de l’ordre et de défense qui, normalement, étaient censé « protéger » ces citoyens togolais qui manifestent les mains nues.


Togo  - Message du Front Citoyen Togo Debout à l'armée togolaise - - [12/13/2018]

En conférence de presse mercredi à Lomé, les responsables du Front Citoyen Togo Debout ont adressé un message citoyen à tous les corps habillés du pays. Suivez plutôt!


Togo  - SORTIR DU RAPPORT DE FORCE AU TOGO : Société civile et Diaspora exigent un regain de résistance CVU Togo-diaspora - [12/13/2018]


Togo  - Communiqué de TogoDebout relatif une mission d’observation électorale conduite par Madame Aude BONO-VANDORME iciLome - [12/13/2018]

Communiqué de TogoDebout relatif une mission d’observation électorale conduite par Madame Aude BONO-VANDORME députée LREM, Membre de la commission de la défense nationale


Togo  - Le Togo sous étau militaire - - [12/13/2018]

Le Togo sous étau militaire. Bastonnades sauvages, saccages de biens et exécutions sommaires de citoyens à Lomé et surtout à Sokodé.


Togo  - Le double langage de Paris : La France s’apprête à envoyer des parlementaires pour cautionner la farce électorale du régime RPT/UNIR Lalternative-togo.com - [12/13/2018]

Le régime autocratique et totalitaire qui regente le Togo, à l’image de la Corée du Nord, porte la marque de la France. Depuis 1963 que la France s’est impliqué dans le crime crapuleux qui a coûté la vie au père de l’indépendance Sylvanus Olympio, une première en Afrique francophone, Paris n’a jamais lâché le système Gnassingbé malgré les discours hypocrites de ses chefs d’Etat successifs. A chaque fois que le régime de Gnassingbé Eyadema était en difficulté, chahuté par le peuple qui exige son départ, la France vole toujours à son secours, et de manière ostensible. En 2005, après le décès de celui qui a tenu le pays d’une main de fer durant presque 40 ans, c’est Jacques Chirac, ami personnel d’Eyadema, selon ses propres paroles, qui s’est personnellement investi dans la succession monarchique au Togo en mettant au pas la CEDEAO.


Togo  - L’essentiel de ce mercredi 12 décembre 2018 sur icilome.com iciLome - [12/12/2018]

La crise politique et sa spirale de violence ont largement occupé la grande partie des sujets abordés ce mercredi 12 décembre sur icilome.com.


Togo  - Revue de presse de mercredi 12 décembre 2018 iciLome - [12/12/2018]

Répression des manifestants à Lomé tout comme à l’intérieur du pays ; présence du Gal Félix Abalo Kadanga, Chef d’Etat-major Général des FAT sur les lieux des manifestations, le quotidien LIBERTE en parle.


Togo  - Cybercriminalité : Le gouvernement prend des mesures sécuritaires iciLome - [12/12/2018]

Le progrès numérique a influencé le quotidien de bon nombre de Togolais. Plusieurs services peuvent s’offrir en ligne grâce à l’internet, surtout en ce qui concerne les besoins les plus vitaux de l’homme. Parallèlement, la cybercriminalité ne cesse de gagner du terrain et l’intérêt de la population est menacé. Il faut donc trouver une solution.


Togo  - Me Célestin AGBOGAN : « Un subalterne ne peut pas tirer lorsque son supérieur hiérarchique ne lui en donne pas l’ordre » - - [12/12/2018]

En marge d'une rencontre organisée par la Ligue Togolaise des Droits de l'Homme (LTDH), son président, Me Célestin Agbogan s'est prononcé sur la sortie du ministre de la Sécurité et de la Protection civil, Yark Damehame, sur les tueries d'Agoè-Zongo samedi dernier. L'avocat a complètement démonté les arguments du ministre selon lesquels le Général Felix Kadangah était sur les lieux ce samedi pour vérifier le dispositif sécuritaire. « Cette sortie de Yark Damehame sur la TVT prouve à suffisance que nous sommes constamment en danger dans le pays. C’est une sortie ratée, un aveu d’impuissance. Lorsqu’on n’a rien à dire de sérieux, le silence est le plus grand remède. Pour une fois, il va falloir qu’une enquête internationale sérieuse soit diligentée pour situer les responsabilités », a-t-il suggéré.


Togo  - Quatrième décaissement du FMI : 35 Millions de dollars pour le Togo iciLome - [12/12/2018]

Ce lundi lors de son conseil d’administration, le Fond Monétaire International (FMI) a octroyé au Togo, pour une quatrième fois, une tranche de 34.9 millions de dollars. Le FMI se dit satisfaite l’évolution du cadre macroéconomique.


Togo  - Djimon Oré dénonce la barbarie et la folie meurtrière des corps habillés sur les Togolais iciLome - [12/12/2018]

Le Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD) est très préoccupé par l’allure que prenne la crise sociopolitique togolaise. Intervenant ce matin sur les ondes de la radio Zéphyr, le député Djimon Oré, président dudit parti, se dit très remonté contre le régime de Faure Gnassingbé, contre la CEDEAO et contre ses « aînés » de la Coalition des 14. Il dénonce la barbarie et la folie meurtrière des corps habillés sur les Togolais. « On aurait pu éviter tout cela », a-t-il déclaré. Selon lui, seule une "assise nationale" pourrait sortir le pays de l’ornière.


Togo  - TAMEA: 'Et si c'était leurs enfants, seront-ils contents? - - [12/12/2018]

Taméa, la fervente militante de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC, parti membre de la C14) n’est plus à présenter. Dans une interview accordée à la chaîne YouTube « iVisages-Togo », elle rejette tous les arguments du ministre Yark Damehame justifiant la présence du général Félix Kadangah samedi dernier à Agoè, lors des affrontements entre les forces de défense et de sécurité et les manifestants. Taméa dénonce également la « folie meurtrière » du régime RPT-UNIR.


Togo  - Le PDP était à Kpalimé ce mardi iciLome - [12/12/2018]

Le Parti Démocratique Panafricain a tenu un meeting ce mardi à l'endroit des militants et militantes de la ville de Kpalimé. A la place publique d'Agomé-Kpodji, la foule était au rendez-vous pour accueillir la délégation du parti conduite par son président national, Dr Bassabi Kagbara.


Togo  - Le parti Les Démocrates exige la démission du Gal Kadangha et appelle le peuple à la résistance iciLome - [12/12/2018]

Le parti Les Démocrates est remonté contre l’assassinat des Togolais lors des manifestations du samedi 8 décembre dernier, surtout la mort du jeune de 11 ans fauché par une balle. Le parti pointe du doigt le chef d’Etat-Major général, Félix Kadangha et exige sa démission. Lecture !


Togo  - Les revendeuses du marché d’Adidogomé Assiyéyé ont rencontré Kossi Aboka iciLome - [12/12/2018]

Les autorités municipales comptent accéder aux revendications des femmes du marché d’Adidogomé Assiyéyé qui ont organisé une manifestation de rue la semaine dernière. Ce lundi, le président de la délégation spéciale de la préfecture du Golfe, Kossi Aboka, lors d’une rencontre avec les femmes du marché, a promis aux femmes de trouver des solutions à un certain nombre de leurs revendications. La réduction des taxes fait partie de cette promesse.


Togo  - CEDEAO : Un sommet des chefs d’Etat demain pour prendre une décision sur le Togo iciLome - [12/12/2018]

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se réveille-t-elle enfin ? Il est trop tôt pour le dire, puisqu’on ne connaît pas encore la nature de la décision qui sera prise demain jeudi lors du sommet extraordinaire des chefs d’Etat qui se tiendra à Abuja, même si on sait que c'est le report des législatives qui sauverait la situation. Les élections législatives contestées par la Coalition des 14 partis de l’opposition soutenue par le peuple togolais, seront-elles enfin reportées ?


Togo  - L’interdiction des manifestations de Coalition des 14 est illégale, insiste le CACIT iciLome - [12/12/2018]

Le gouvernement justifie la répression des manifestations de la Coalition des 14 partis de l’opposition, samedi dernier, parce qu’elles ont été interdites par le ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales. Au Collectif des associations contre l’impunité au Togo (CACIT), une telle interdiction est tout simplement illégale.