Togo Afrique Monde
Togo  -

Crise politique : Topanou Prudent répond à Kossivi Hounake


Kossivi Hounake, lors du colloque « Crise du pouvoir et le développement de l’Afrique » organisé les 2 et 3 mars derniers à l’Université de Lomé, s’est mis à défendre le régime de Faure Gnassingbé. Il ne s’est pas arrêté là. Il a pris en partie ses collègues qui, par des arguments avec des preuves à l’appui, ont estimé que le pouvoir togolais n’est pas légitime. Pire, Kossivi Hounaké a fait publier un article dans un journal de la place et sur les réseaux sociaux, article dans lequel il a tenté de faire des leçons de droit constitutionnel à ses collègues. Voici la réponse du Prof Topanou Prudent à Kossivi Hounake.

Réponse de Topanou Prudent Victor K. Kouassivi, Maître de conférences de science politique à Kossivi HOUNAKE, Maître de conférences agrégé de droit public.

Monsieur Kossivi HOUNAKE, j’ai mis une semaine à me décider à vous répondre. J’avoue sincèrement que je n’aurais pas voulu le faire mais j’ai dû m’y résoudre après avoir lu et relu non seulement les quelques lignes que vous avez bien voulues me consacrer mais aussi et surtout la réponse de Monsieur Komi WOLOU empreinte de sobriété et d’hauteur d’esprit. Comme lui, vous m’avez interpelé directement dans votre papier et comme lui, j’ai décidé de vous répondre.

Ce qui est frappant à la lecture de votre article paru dans le numéro 134 de l’hebdomadaire togolais « Vision d’Afrique » daté du 07/03/2018 (p.4), c’est votre volonté de refaire le colloque dans les médias et sur les réseaux sociaux, sans contradicteur. Je ne connaissais pas cette technique. Pour ce faire, vous avez biaisé les faits au lieu de les restituer fidèlement, honnêtement et sincèrement. La réponse de Monsieur Komi WOLOU le montre à satiété. Il en est de même de la restitution que vous avez bien voulu faire de nos échanges. Il y a un détail important qui ne m’a pas échappé, c’est que l’hebdomadaire a publié votre article dans la rubrique politique et vous l’avez accepté !!!

Je ne sais pas si vous vous êtes relu avant de publier votre texte ou si vous l’avez fait relire par vos mentors (ils se reconnaîtront). Comment pouvez-vous, sans gêne, vous mettre dans la posture du seul contre tous, du donneur de leçon et répondre sans modestie aucune, ainsi que vous le faites, à des juristes privatistes, à des politistes, à des philosophes, à des sociologues et à des littéraires ? Comment pouvez-vous traiter vos collègues « d’esprits moyens », de « gens d’intelligence limitée » (c’est même le titre de votre article), de « faux intellectuels » après vous êtes autoproclamé « intellectuel » du fait que « vous enseignez à l’Université, que vous dirigez des mémoires et des thèses » ? Comment pouvez-vous les traiter de « gens qui étaient plus dans la sensation que dans la réflexion », de gens qui sont caractérisés par une « faiblesse d’esprit critique et d’analyse » et qui disent des « imbécilités » ? Comment pouvez-vous traiter le public de « gens pas intelligents » et comment pouvez-vous traiter le colloque de « rendez-vous scientifique sur fond d’arguties politiques » ? Comment et pourquoi osez-vous faire cela ? Qui vous a mis dans la tête que vous êtes le plus intelligent du monde au point de défier ainsi tous vos collègues de toutes ces différentes disciplines ? Seriez-vous le nouveau modèle incarné du détenteur du savoir encyclopédique des temps modernes ?

En parlant de moi, vous avez écrit : « il urge de savoir que l’intéressé ne peut me donner une leçon de droit constitutionnel. Il n’a pas la compétence et ne peut avoir la prétention. Il sait en son fort intérieur qu’il ne peut discuter de droit constitutionnel. Si mes contradicteurs avaient fait preuve ne serait-ce que d’une fidélité d’esprit louable, ils auraient dû constater que lors de notre discussion, le Prof. Topanou n’a fait que tourner le débat vers la science politique sans convaincre comme d’habitude ».

Monsieur Kossivi HOUNAKE, en vous lisant, j’ai eu le faible de penser, un instant, que vous étiez devenu paranoïaque et ce, pour deux raisons, d’abord parce, je n’ai jamais eu la prétention de vous donner quelque leçon de droit constitutionnel que ce soit. Jamais. Je n’en ai jamais eu l’intention, je ne l’ai jamais pensé et je ne l’ai jamais exprimé. Au demeurant, j’ai des opinions personnelles dont je m’assure au préalable qu’elles sont cohérentes et rigoureuses avant de les défendre au mieux. Au surplus, je ne vous connaissais pas, je ne vous avais jamais rencontré et je n’avais jamais échangé avec vous, aussi directement. Je n’ai donc jamais eu l’occasion de chercher à vous convaincre de quoi que ce soit. Ensuite parce que vous semblez réduire tous les problèmes de légitimité dont souffre le pouvoir politique togolais à vos seuls acquis obtus de droit constitutionnel. Dois-je vous rappeler que vous n’étiez pas dans un colloque de droit constitutionnel, ce que pourtant les organisateurs avaient pris soin de rappeler en précisant qu’il s’agissait d’un « colloque international interdisciplinaire » qui, comme son nom l’indique, faisait de la place à autre chose qu’au seul droit constitutionnel. Au demeurant, laissez-moi vous dire que vous n’avez pas le monopole du droit constitutionnel et que vous n’êtes pas une référence dans la discipline ni dans l’espace CAMES et encore moins en Afrique et dans le monde. Je n’ai encore vu, à ce jour, aucune de vos contributions décisives pour le droit constitutionnel. J’ai cherché et je continue encore de chercher des traces de vos publications ; je n’ai encore vu aucun livre de doctrine ni même un manuel signé de vous. Alors, même si c’était un colloque de droit constitutionnel, vous gagneriez à être un peu plus modeste et humble.

En fait ce que vous n’avez pas écrit dans votre texte et qui a fait l’objet du seul échange direct que j’ai eu avec vous au cours de ces deux journées de réflexion, c’est que vous souteniez, d’une part, que le pouvoir du Président Faure E. GNASSINGBE est légitime parce que découlant d’élections conformes à la Constitution togolaise qui dispose en son article 146 que « la source de toute légitimité découle de la présente constitution » et, d’autre part, que « les opposants qui parlent au nom du Peuple violent l’article 4 de la Constitution togolaise qui dispose que la souveraineté appartient au peuple… Aucune fraction du Peuple, aucun corps de l’État ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ». Or moi, je considérais que Faure E. GNASSINGBE n’est pas légitime ; qu’il ne suffit pas d’être élu conformément à une constitution pour être légitime, qu’un Président qui tue ses concitoyens ne peut être légitime (I) et, d’autre part, que les opposants peuvent très bien parler au nom du peuple sans qu’on ne puisse leur reprocher de violer l’article 4 de la Constitution (II).

I / Le Président Faure E. GNASSINGBE n’est pas légitime

Le pouvoir de Faure E. GNASSINGBE n’est pas légitime pour deux raisons, la première, c’est que depuis 2015 qu’il est réélu, il n’a toujours pas été investi alors que la Constitution le prescrit (articles 63.2 et 64) et la seconde, c’est qu’un gouvernant qui tue ses concitoyens ne peut être légitime, ce qui est le cas de ce pouvoir.

En ce qui concerne le moyen tiré de la non-investiture, il convient de rappeler que le droit constitutionnel moderne organise le statut de « Président de la République » autour de deux conditions à savoir une condition substantielle qui est l’élection et une condition formelle qui est l’investiture. Ce sont ces deux conditions réunies qui confèrent le statut de Président de la République. L’une quelconque de ces deux conditions viendrait à manquer que la légitimité constitutionnelle du Président de la République est remise en cause. Car en effet, quand un Président est élu, il acquiert le statut de « Président élu » et ce n’est qu’après l’investiture qu’il acquiert le statut de « Président de la République » et qu’il devient pleinement Président. La durée de la période qui sépare le statut de « Président élu » et celui de « Président de la République » varie selon les systèmes politiques. Aux Etats-Unis, le Président est élu en Novembre et il est investi en Janvier. Au Bénin, le Président est élu en Mars et il est investi en Avril. Au Togo, le « Président élu » « entre en fonction dans les quinze jours qui suivent la proclamation des résultats de l’élection présidentielle » (article 63.2) et en France, le Président est élu en Avril et il est investi en Mai, pour ne citer que ces exemples. Durant cette période « le Président élu » ne peut exercer les fonctions de « Président de la République » pour la simple raison que le mandat du « Président sortant » court encore. Il peut donc très bien arriver qu’un « Président élu » sans jamais avoir été Président de plein droit, c’est-à-dire sans jamais avoir été « Président de la République ». Georges Burdeau ne dit pas autre chose quand il affirme que « la source de l’autorité des gouvernants, c’est la régularité constitutionnelle de leur investiture ». Et comme pour laisser croire que la constitution du Togo n’a pas prévu de cérémonie d’investiture, vous écrivez injustement pour, disiez-vous, « expliciter » la pensée de Georges BURDEAU que « l’investiture régulière dont il s’agit est le mode de désignation de l’autorité appelée à exercer une fonction. Cela n’a rien à voir avec le fait qu’un Chef de l’État ait été investi ou non frisant un populisme ridicule. L’investiture régulière dont il s’agit dans ce cas reste l’élection ». Ce faisant, vous reconnaissez implicitement que le Président Faure E. GNASSINGBE n’a jamais été investi après son élection contestée de 2015 mais pour vous, peu importe qu’il l’ait été ou pas. Monsieur Kossivi HOUNAKE, c’est ridicule et lamentable, c’est même honteux et à la limite, ce n’est pas sérieux et je comprends mieux pourquoi une partie de l’intelligentsia togolaise vous méprise autant !!! Il découle de tout ce qui précède, que le Président Faure E. GNASSINGBE demeure encore un « Président élu », que la régularité constitutionnelle de son investiture n’est pas établie et qu’en conséquence il n’est pas légitime.

En ce qui concerne le moyen tiré du fait qu’un gouvernant qui tue ses concitoyens n’est pas légitime, il convient de rappeler que l’avancée conceptuelle décisive de « l’État de droit » réside dans le fait que le droit s’applique non seulement aux citoyens mais également à l’État, à l’administration et aux gouvernants contrairement à « l’État de police » dans lequel le droit ne s’appliquait qu’aux citoyens et pas à l’État, à l’administration et aux gouvernants. Or de nos jours, l’État de droit se confond avec le respect par l’Etat des droits de l’homme conçus comme antérieurs et supérieurs à l’État. Et le premier des droits de l’homme qu’il revient à l’Etat de garantir, c’est le droit à la vie. D’où je tire comme conséquence qu’un Président qui tue ses concitoyens, c’est-à-dire qui viole leur droit à la vie est un Président illégitime. Dans le cas du Togo, les différents rapports internationaux ainsi que les bilans officiels des répressions des manifestations de l’opposition font état de plusieurs morts. Ce qui constitue une violation flagrante et répétées des dispositions pertinentes des articles 10, 13, 15 et 21 de la Constitution togolaise. Et donc, parce que le Président Faure E. GNASSINGBE a le sang de ses concitoyens sur les mains, il ne peut être légitime. Voilà pourquoi, je soutiens que le Président Faure E. GNASSINGBE est doublement illégitime : premièrement parce qu’il demeure un « Président élu » et deuxièmement parce qu’il viole au quotidien le droit à la vie des Togolais. C’est pour les mêmes raisons que je soutiens que le Togo n’est pas encore entré en démocratie.

Mais au-delà de Faure E. GNASSINGBE, il importe de conscientiser les gouvernants Africains, d’une part, à l’idée que leur légitimité réside aussi dans leur capacité à garantir la sécurité physique et par delà l’épanouissement entier de leurs concitoyens et que, d’autre part, l’exercice par eux de la souveraineté nationale n’empêche pas les leaders de l’opposition de parler au nom du peuple.

II / Les leaders de l’opposition ont aussi le droit de parler au nom du Peuple

Le fait pour les leaders politique de parler au nom du Peuple est une pratique démocratique consacrée. En effet, en démocratie, tous les gouvernants, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, parlent au nom du Peuple auquel appartient la souveraineté ; ceux qui sont au pouvoir exercent la souveraineté en son nom et ceux qui sont dans l’opposition luttent pour conquérir le pouvoir en son nom. Le député de l’opposition qui est membre de la Représentation nationale parle aussi bien au nom du Peuple que les députés de la majorité. Et ce n’est pas parce que les leaders de l’opposition demandent le départ d’un Président en exercice que celui quitte effectivement le pouvoir. Monsieur Kossivi HOUNAKE, ce n’est sans doute pas du droit constitutionnel mais cela se conçoit très bien en science politique : on parle de pratique démocratique consacrée. Or, vous, vous considérez que « en toute objectivité, celui qui est habilité à parler au nom du peuple c’est celui qui est revêtu de l’onction populaire acquise lors du vote », peu importe pour vous que ce vote ne soit pas transparent, pas sincère et pas honnête. Mieux, vous semblez limiter le vote à la seule désignation du Président de la République comme si les Députés n’étaient pas élus au Togo et que donc de ce fait le Député Togolais, qu’il soit de la majorité ou de l’opposition ne peut parler au nom du peuple. C’est vrai aussi que cela fait longtemps que le Togo n’a pas organisé d’élections communales, municipales et locales sinon, même les élus communaux, municipaux et locaux sont habilités en démocratie à parler au nom du peuple qu’ils représentent. Vos prismes d’analyse sont définitivement ceux de quelqu’un qui vit en dictature. Le pire, c’est que vous estimez que le fait pour les leaders politiques « de parler au nom du peuple, y compris de demander au nom du peuple au chef de l’État de quitter le pouvoir » est une violation de l’article 4 qui dispose que « la souveraineté appartient au peuple… Aucune fraction du Peuple, aucun corps de l’État ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ». Parler au nom du peuple quand on est dans la posture de l’opposition ne signifie pas exercer la souveraineté nationale. L’opposition n’est pas dans une posture d’exercice du pouvoir, elle est dans une posture de conquête du pouvoir ; elle ne peut donc violer l’article 4. Au contraire, c’est l’opposition qui peut accuser le régime au pouvoir de violer l’article 4 parce qu’il représente une fraction du Peuple qui a confisqué et qui exerce la souveraineté du Peuple en son nom.

Monsieur Kossivi HOUNAKE, en publiant dans la presse cet article, vous avez raté une occasion de vous taire. Ceux qui vous ont demandé ce service et qui vous ont récompensé en vous nommant Directeur adjoint de la DAAS de l’UL par Arrêté N° 012 MESR/2018 en date du 1er Mars, c’est-à-dire, comme par hasard, daté de la veille du colloque, ne vous ont pas rendu service et ni vous, ni eux, vous ne rendez pas service au Président Faure GNASSINGBE qui, empêtré dans sa gouvernance, aurait mérité meilleur soutien que vous. Au final, il vous arrive ce qui arrive aux laudateurs de tous les régimes et encore plus aux laudateurs des régimes dictatoriaux que vous avez choisis de servir : le zèle aveuglant. Ressaisissez-vous !!.



Togo  - Décés de Brim Diabacté, député de l’opposition togolaise Apanews - [5/26/2018]

Hamadou Brim Bouraïma-Diabacté, député de l'Union des forces de changement (UFC, opposition), est décédé samedi à Lomé des suites d’une courte maladie, a appris APA.


Togo  - Kadangha aux antipodes de son discours Le Correcteur - [5/26/2018]

Lundi 14 mai dernier, les chefs d’Etat-major des armées des pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se sont réunis à Lomé. L’objectif de cette 38ème session était de réfléchir aux stratégies à adopter afin de lutter efficacement contre les menaces d’insécurité dans l’espace CEDEAO.


Togo  - Zone portuaire sinistrée : Calvaire des usagers Lalternative-togo.com - [5/26/2018]

S’il y a une zone à Lomé qui devrait attirer les gens de par ses infrastructures routières et autres, ce devrait être la zone où loge le poumon de l’économie togolaise, le Port autonome de Lomé (PAL). Ceci suppose que les centaines de millions générés par ce port devraient servir d’abord à aménager la zone où transitent la plupart des marchandises pour le pays. Sauf que l’on est au Togo, un pays où une minorité rapace prend en otage les richesses et se la coule douce, au détriment du peuple obligé de subir les conséquences de cette méchanceté gratuite. La zone portuaire n’est aujourd’hui que l’ombre d’elle-même. Chaque saison avec ses difficultés pour les riverains qui finissent par les prendre comme une fatalité, puisque les autorités auxquelles ils font appel, pensant que ces dernières pouvaient lever le petit doigt pour mettre fin à leur calvaire, sont tellement imbues d’elles-mêmes qu’elles ignorent tout simplement ce quotidien des riverains. La zone continue de sombrer, encore et encore.


Togo  - Economie : L'UEMOA en session de sensibilisation des industriels sur le PRMN AfreePress - [5/26/2018]

Un séminaire d’information et de sensibilisation sur le Programme de Restructuration et de Mise à Niveau (PRMN) de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), a ouvert ses portes mercredi 23 mai 2018 à Lomé. Il regroupe les industries de l'espace.


Togo  - Pasteur Johannes Bavon : « L’alternance politique n’est pas dirigée contre quelqu’un » iciLome - [5/26/2018]

Le pasteur Johannes Bavon est le président du Front des Architectes de la République (FAR). Reçu vendredi dans l'émission "Audi Actu" sur Victoire Fm, l'homme de Dieu a donné son point de vue sur la situation politique du pays. Bonne écoute.


Togo  - Les demi-finales de la Coupe du Togo ont lieu le 30 mai iciLome - [5/26/2018]

Le tirage au sort des demi-finales de la Coupe du Togo a été effectué. Et les confrontations sont programmées le mercredi 30 mai prochain.


Togo  - Me Dodji Apévon : « Qu’est-ce que Faure Gnassingbé veut faire encore après et qu’il n’a pas fait depuis 15 ans ? » iciLome - [5/26/2018]

Me Dodji Apévon, président des Forces Démocratiques pour la République (FDR), était en Allemagne la semaine dernière, où il animé des conférences débats avec la diaspora togolaise. Dans une interview accordée à Deutsche Welle, l’avocat s’est prononcé sur les derniers développements de l’actualité sociopolitique au Togo. Suivez plutôt !


Togo  - Tortures et violences militaires sur les personnes arrêtées et gardées au camp de la Gendarmerie : Le récit poignant et écœurant d’une victime... « On nous arrosait d’eau pour nous empêcher de dormir Le Correcteur - [5/26/2018]

Depuis que la crise politique togolaise a commencé en août 2017, le pouvoir de Faure Gnassingbé a fait montre d’ingéniosité pour contrecarrer la fougue contestatrice qui, au fil du temps ne cesse de croitre. Répression, arrestations, miliciens dits groupes d’auto-défense, interdictions de manifestations, état de siège, bastonnades sont entre autres méthodes régulièrement utilisées pour étouffer ceux qui se battent pour plus de liberté au Togo. A cette liste vient s’ajouter depuis quelques semaines une nouvelle pratique qui montre non seulement les habitudes violatrices des droits humains du régime togolais mais aussi et surtout son envie sans faille de continuer par faire de ce pays ce que bon lui semble.


Togo  - L'ANC annonce une tournée dans le grand nord du pays iciLome - [5/26/2018]

Dès la semaine prochaine, l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC, parti membre de la Coalition des 14) effectuera une tournée dans la partie septentrionale du pays.


Togo  - Brigitte Adjamagbo Johnson : « Il est important que nous continuions à mobiliser » iciLome - [5/26/2018]

Les trois grands meetings d’information, de remobilisation et de galvanisation prévus par la Coalition des 14 partis de l’opposition, auront bel et bien lieu ce dimanche 27 mai 2018 à Lomé.


Togo  - Tomber de rideau sur les Assemblées 2018 de la Banque africaine de développement en Corée dans un climat de satisfaction générale AFRICAHOTNEWS.COM - [5/26/2018]

Les 53e Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement se sont achevées, vendredi 25 mai 2018 à Busan, en Corée, dans un climat de satisfaction générale marqué, notamment, par la décision du Conseil des gouverneurs d’autoriser l’ouverture des consultations en vue de l’augmentation générale du capital de la Banque.


Togo  - UNHCR : APPEL A MANIFESTATION D'INTERET iciLome - [5/25/2018]

L’objectif de l’Appel à manifestation d’intérêt est de susciter l’intérêt des partenaires actuels et potentiels qui souhaitent participer à une opération du HCR et contribuer aux ressources complémentaires (ressources humaines, connaissances, financement, contributions en nature, fournitures et/ou équipement) de façon à atteindre les objectifs communs comme convenu dans un Accord de partenariat de projet.


Togo  - La 1ère convention nationale de l’ANC tient demain à Lomé iciLome - [5/25/2018]

L’Alliance nationale pour le changement (ANC) organise sa première convention nationale ce samedi 16 mai au Foyer de l’EEPT, Paroisse de Nyékonakpoè à Lomé sur le thème « L’Alternance politique pour mieux vivre ensemble au Togo ».


Togo  - Des agents de l’administration pénitentiaire déférés en prison pour torture iciLome - [5/25/2018]

Neuf (9) employés du Service de l’administration pénitentiaire (SAP) de Kpalimé, accusés d’avoir torturé à mort un détenu, sont déférés en prison civile de Lomé ce jeudi.


Togo  - Revue de presse du 25 mai 2018 iciLome - [5/25/2018]

La crise politique et Zone portuaire sont les sujets abordés dans les colonnes des journaux parvenus à la Rédaction ce matin.


Togo  - Togo : Des médias audiovisuels appelés par la HAAC à régulariser leur situation avant le 29 juin 2018 AfreePress - [5/25/2018]

Dans un communiqué rendu public le 22 mai dernier, le Président de la Haute Autorité de l'Audiovisuel et de la Communication (HAAC), Pitalounani TELOU rappelle les promoteurs et directeurs des médias audiovisuels à se soumettre à la tradition de renouvellement de leurs autorisations d'installation et d'exploitation et ce, avant le 29 juin prochain.


Togo  - Assainir les finances publiques iciLome - [5/25/2018]

Le ministère de l’Economie et des Finances organise un séminaire au profit des présidents d’institution et secrétaires généraux des ministères afin de mieux gérer les ressources publiques.


Togo  - Emploi des jeunes : La ministre Victoire Dogbé à la rencontre des jeunes entrepreneurs soutenus par le FAEIJ AfreePress - [5/25/2018]

Lucia Allah-Assogba, Wounséou Napo et le duo Komlan Bessanh & Kossi Addor sont des jeunes entrepreneurs qui s’illustrent de par leur travail et dynamisme. Ils ont reçu jeudi 24 mai 2018, la visite d’une délégation du Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des Jeunes (FAIEJ), conduite par Mme Victoire Tomegah Dogbé, ministre du Développement à la Base, de l'Artisanat, de la Jeunesse et de l'Emploi des Jeunes.


Togo  - Validation du rapport national sur l’examen de mise en œuvre de la DAAPD+5 AfreePress - [5/25/2018]

Les acteurs de la société civile et des représentants des ministères sectoriels ont procédé mardi à Lomé à la validation du rapport national d’examen des cinq (05) ans de mise en œuvre de la Déclaration d’Addis-Abeba sur la Population et le Développement en Afrique (DAAPD+5).


Togo  - Pour résoudre le problème togolais : Le groupe des Centristes recommande l’organisation des élections dans un meilleur délai AfreePress - [5/25/2018]

C'est à travers un communiqué rendu public jeudi 24 mai que le groupe des Centristes, un regroupement de trois partis politiques s’est prononcé sur la situation sociopolitique actuelle du Togo caractérisée par un enlisement du dialogue et la radicalisation des positions des camps en conflit.


Togo  - Basket : La Coupe du Togo démarre demain iciLome - [5/25/2018]

La Coupe du Togo de basketball commence demain samedi. La finale est programmée le 2 juin prochain au stade omnisports de Lomé.


Togo  - Meetings de la Coalition des 14 à Baguida, Avenou et Agoè Zongo iciLome - [5/25/2018]

Baguida, Avénou et Agoè Zongo, ce sont les trois quartiers de Lomé qui abriteront les meetings organisés par la Coalition des 14 partis de l’opposition ce dimanche 27 avril 2018 à partir de 14 heures. Voici le communiqué !


Togo  - Banque privée HSBC / Scandale Swissleaks : Patrice Yao Kanekatoua, le baron togolais planqué derrière le compte secret « 33863 KY » en Suisse Lalternative-togo.com - [5/25/2018]

Au début des années 2000, la banque privée suisse HSBC a hébergé discrètement des comptes offshores de plus de 100. 000 fortunes parmi les plus grosses du monde. Parmi ces fortunés, le journal Le Monde a identifié « des trafiquants d’armes ou de stupéfiants, des financiers d’organisations terroristes ». Il faudra désormais y compter un Togolais, au cœur du pouvoir de Lomé, qui a aussi dissimulé ses avoirs en Suisse. Enquête !


Togo  - Francis Ducreux analyse le cyclisme togolais iciLome - [5/25/2018]

Le promoteur du tour cycliste international du Togo (et un peu partout sur le continent africain) reste confiant en l’avenir de la petite reine au Togo.


Togo  - Les centristes s’inquiètent du blocage du dialogue iciLome - [5/25/2018]

Dans un communiqué rendu public ce jeudi, le groupe des centristes dit se préoccuper du blocage du dialogue entre la mouvance et la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition.


Togo  - Edition 2018 de l’étude « Climatescope » : Une mission de l’Agence Bloomberg au Togo AfreePress - [5/25/2018]

Une équipe de l’Agence Bloomberg séjourne au Togo du 23 au 25 mai 2018 à la recherche de données pour la réalisation de l’édition 2018 de l’étude « Climatescope » consacrée à la mesure de l’évolution économique, financière et technologique dans le secteur des énergies renouvelables dans une centaine de pays en développement à travers le monde.