Togo Afrique Monde
Togo  -

Université de Lomé : Les étudiants en Médecine saisissent Dodzi Kokoroko


Il devient le centre de tous les intrigues, dans cette affaire de notes truquées. Tous les doigts sont pointés vers sa personne. Mais le Prof-président de l'Université de Lomé, Dodzi Kokoroko, puisque c'est de lui qu'il s'agit, semble s'enfermer dans sa tour d'ivoire pour ne pas se rendre compte de la gravité de la situation qui prévaut au sein de son institution. Les étudiants de la Médecine, après des mouvements sur le campus, ont décidé de le réveiller par une lettre ouverte dont voici la teneur.
Prof Komlan Dodji Kokoroko, Président de l'UL
Lettre ouverte des étudiants en Médecine et en Pharmacie au Président de l'Université de Lomé, Pr KOKOROKO

Lomé, le 10 Mars 2018

A
Monsieur le Président de l’Université de Lomé,
Lomé-TOGO.

Objet : Lettre ouverte sur l’affaire de ‘notes’ à la FSS.

Monsieur le président,

Votre nomination à la tête de l’université en Mai 2016, a suscité beaucoup d’espoir aussi bien parmi les étudiants que dans le corps enseignant. Connaissant votre parcours, la renommée dont vous jouissez dans le monde universitaire, et aussi votre rêve de mettre l’université au niveau des standards internationaux, plusieurs ont misé sur le fait que des transformations positives seraient observées, entre autres, dans la qualité de l’enseignement, les conditions d’étude des étudiants, la situation des enseignants et du personnel administratif, la qualité des infrastructures pour ne citer que ces aspects. Dès les premiers mois, certaines des actions ont commencé par porter leurs fruits à la grande satisfaction des acteurs du monde universitaire.

Mais depuis quelques semaines, vous aurez dû remarquer que certains événements de remettre en cause l’appréciation positive que certains ont de votre personne et de vos actions. Et cela nous attriste.

Au-delà de l’ambiance délétère qui est en train de s’instaurer à l’université et surtout au niveau du corps enseignant, nous sommes encore plus peinés par le fait que la faculté des sciences de la santé censée être au cœur de la formation de ceux qui s’occupent du bien-être des citoyens connaît des événements dont la gravité aurait dû vous interpeller non seulement en tant que président de l’institution de formation mais aussi en tant que citoyen dont les frères, sœurs, amis, collègues et compatriotes attendent que le pays dispose d’un système de santé de qualité.

Monsieur le président, nous sommes très attristés par les événements qui secouent une fois de plus l’université de Lomé en général et notre faculté en particulier. Nous nous permettons de vous faire un petit rappel :

- Notre vice doyen et unique Professeur de maladies infectieuses et tropicales au Togo, le Professeur Majesté IHOU WATEBA a été arrêté, retenu en détention pour une supposée affaire académique, maltraité et est maintenant hospitalisé vraisemblablement suite aux sévices subis. Hospitalisé dans les locaux d’un des hôpitaux pour lequel il a de tous temps demandé l’amélioration du plateau technique.
- Notre jeune collègue Yann DOSSEH, étudiant en deuxième année de médecine est retenu, du haut de ses 18 ans, pour des raisons qui le dépassent lui-même au service de renseignement et d’investigation de Lomé.
- Notre maitre, le Professeur David DOSSEH, Professeur de chirurgie générale, coordonnateur du DES de chirurgie générale et chef du département de chirurgie du CHU Sylvanus Olympio est implicitement retenu au SRI parce que son fils y est détenu et donc dans l’incapacité de poursuivre son travail de formateur.
- Nos examens ont été suspendus.
- Nos cours ont été suspendus.
- Nos stages ont eux aussi été suspendus.
- La régularité et la qualité des soins accordés à nos compatriotes dans les différents centres de santé sont très affectées par cette situation.

Nous avons appris ce matin qu’un second étudiant de la FSS serait détenu au SRI.

Toutes ces situations concernent votre institution et vos administrés. Malgré cela, monsieur le président, vous êtes d’un silence assourdissant. Nous osons une question : quelle interprétation voudriez-vous que nous donnions à votre silence ? Devons vous donner raison à ceux qui estiment que ce silence serait coupable ? Dites-nous monsieur le Président.

Depuis quatre mois, nous avons un problème avec les nouveaux frais d’inscriptions que vous avez fixé par arrêté. Frais d’inscriptions ou de bibliothèque, nous vous laissons le soin du choix des mots. Nous avons simplement constaté qu’il nous a été demandé de verser une somme qui va jusqu’à de 1333,33% pour cent d’augmentation à une semaine de la rentrée académique 2017-2018. Au cours de ce feuilleton, vous n’avez jamais eu le temps de nous recevoir, vous n’avez jamais répondu à nos messages… nous avons essayé de vous parler par personnes interposées et encore quelles personnes ?

Monsieur le président de l’université de Lomé, nous voulons bien croire que nous pouvons continuer par vous faire confiance. Mais en même temps, nous constatons que :
- Vous semblez avoir abandonné votre institution.
- Vous semblez avoir abandonné vos collègues.
- Vous donnez l’impression de ne pas protéger vos étudiants.

Le doute commence à nous envahir. Nous avons des raisons de nous inquiéter surtout au regard des événements de cette semaine. Vous qui, d’habitude, êtes prompt à communiquer avec la communauté estudiantine à travers les réseaux sociaux, vous voici subitement aphone. Quelle est votre position ? Allez-vous nous parler ? Quand ?

L’université de Lomé a-t-elle toujours un conseil de discipline ? Ce même conseil qui pour le compte de l’année académique 2014-2015 avait pris en main une affaire de tricherie, mené des enquêtes et tiré les conclusions, conduisant à l’exclusion de nombreux étudiants.

Nous, étudiants en médecine et en pharmacie du Togo, disons qu’il est inconcevable que pour une affaire de notes mal attribuées, nos collègues et nos maitres soient ainsi malmenés et gardés par des services de renseignements.

Sont-ils des terroristes ? Ou ont-ils attenté à la sécurité de l’Etat ?

Monsieur le Président, nous ne le souhaitons pas, mais si, par le plus grand des hasards, il advenait que vous fassiez un accident de la circulation à Lomé et qu’on décidait, de vous conduire au CHU Sylvanus Olympio ; si, par un second hasard, tout aussi grand, on décidait de vous prendre en charge comme le citoyen lambda :

- C’est un interne de chirurgie (étudiant en septième année) qui vous aurait reçu. Il aurait prescrit de quoi vous faire les premiers soins et aurait posé le diagnostic de la lésion et proposé un traitement sous la supervision des médecins en spécialisation et du spécialiste de garde.
- C’est un pharmacien qui aurait préparé et conditionné les solutés et médicaments divers dont on aurait besoin pour vous stabiliser.
- C’est un interne de pharmacie ou un pharmacien qui aurait supervisé le conditionnement, le stockage des médicaments, la dispensation de l’ordonnance qu’on vous aurait prescrite (la bonne molécule, la bonne présentation, la bonne dose).
- C’est un externe (étudiant en troisième ou en quatrième année) qui vous aurait pris un abord veineux, vous aurait administré les médicaments nécessaires. C’est aussi lui qui aurait suturé et pansé vos plaies sous la supervision d’un senior.
- C’est un chirurgien qui vous aurait pris en charge selon vos lésions. Un chirurgien traumatologue si vous aviez une fracture ouverte des deux os de la jambe type 3 de Cauchoix et Duparc. Ou un chirurgien général (comme le professeur DOSSEH) si vous aviez une rupture d’organes pleins intra abdominaux.
- Pour peu que vous ayiez fait par la suite une surinfection en relation avec les conditions peu adaptées de votre transport à l’hôpital ou à l’ouverture cutanée, votre condition aurait nécessité l’intervention de médecins biologistes pour identifier le germe et de médecins infectiologues (dont le professeur IHOU WATEBA) pour ajuster la prise en charge. Prions que vous ne tombiez pas sur une bactérie mangeuse de chair, car ici ou ailleurs le pronostic d’une fasciite nécrosante reste ce qu’il est.

Cela fait beaucoup d’hypothèses farfelues…nous le savons. Mais sachez que tout ce beau monde est désormais absent de son poste à cause de votre gestion des évènements en cours.

Monsieur, fraude ou pas fraude, rien ne justifie ce qui se passe.

L’opinion retiendra que nous avons de tout temps fait les choses dans les normes mais nous frisons à présent le ridicule et l’absurde.

Nous vous en conjurons, revenez à de meilleurs sentiments, revenez sur la voie du légal et du raisonnable. Laissez les juridismes livresques à vos collègues de Lomé ou de Poitiers qui vous écoutent encore car nous n’y comprenons rien.

Monsieur le président de l’université de Lomé, faites libérez nos collègues !

Monsieur le président de l’université de Lomé, faites libérez nos maitres !

Que par la suite les procédures académiques soient enclenchées pour dire ce qui est.

Monsieur le président de l’université de Lomé, si quelque chose vous empêche de faire ce qui doit être fait, la démission est une sortie honorable, sinon d’ici peu, et nous ne le souhaitons pas non plus, vous risquez de n’être plus que le président des arbres, des bâtiments nouvellement peints, du Wi-Fi campus et des nouvelles routes de l’université de Lomé.

Monsieur le président, nous sommes des étudiants :

- Nous voulons étudier.
- Nous voulons nos cours et nos enseignants pour nous les dispenser.
- Nous voulons nos stages et nos enseignants pour nous encadrer.
- Nous voulons notre faculté et notre vice doyen pour assurer la bonne marche des affaires académiques.

Nous réclamons la libération de nos collègues.

Le Bureau Exécutif de l’AEMP-Togo


Togo  - Jean Kissi: « Nous n'avons pas encore la CENI du peuple togolais, nous avons seulement une CENI RPT-UNIR » iciLome - [8/17/2018]

En conférence de presse jeudi à Lomé, Jean Kissi, député du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) est revenu sur la question de la CENI. L'homme politique estime que la CENI actuelle pilotée par Prof. Kandaga Kodjona est une CENI du régime, et non celle du peuple togolais.


Togo  - Gnimdéwa Atakpama sur la nécessité d’une audience foraine au Togo iciLome - [8/17/2018]

Les responsables de la Coalition ne veulent pas aller aux élections avec l'actuel fichier électoral. Ils exigent la réalisation d'un recensement électoral biométrique. Cette opération devra être couplée à des audiences foraines pour la délivrance des cartes nationales d'identité aux électeurs qui n'en disposent pas.


Togo  - Me Dodji Apévon : « Pour un fichier électoral crédible, il faut qu’on permette aux Togolais d’avoir la carte nationale d'identité » iciLome - [8/17/2018]

En conférence de presse à Lomé, les responsables de la Coalition des 14 sont revenus sur la question du fichier électoral. Pour ces leaders de l'opposition togolaise, la délivrance de la carte nationale d'identité est une nécessité pour un assainissement du fichier.


Togo  - Jean-Pierre Fabre : « C’est lorsque toutes les conditions seront réunies qu’on pourra aller voter » iciLome - [8/17/2018]

Intervenant jeudi lors de la conférence de la presse de la Coalition des 14 à Lomé, Jean-Pierre Fabre, chef de file de l'opposition togolaise, a déclaré que la date pour la tenue des législatives importe peu. Ce qui est impératif, c'est la mise œuvre des réformes nécessaires. « C’est lorsque toutes les conditions seront réunies pour une élection libre, transparente et crédible qu’on pourra aller voter », a indiqué le président de l'ANC.


Togo  - 19 Août 2017-19 Août 2018: 12 mois de révolte, de répressions, de résistance et d´espoir iciLome - [8/17/2018]

«Les calamités arrivées à leur comble enfantent souvent d'étonnantes révolutions.» (Euripide)


Togo  - Déclaration liminaire de la Coalition des 14 iciLome - [8/16/2018]

Les responsables de la Coalition des 14 partis de l'opposition ont animé ce jeudi matin à Lomé, une conférence de presse pour informer l'opinion nationale et internationale qu'ils ont pris acte des recommandations de la CEDEAO relative à la situation sociopolitique togolaise. La déclaration liminaire sanctionnant cette rencontre avec la presse a été lue par Gnimdéwa Atakpama, membre du "Parti des Togolais". Bonne écoute.


Togo  - Francis Pédro : « Le régime veut mettre la charrue avant les bœufs » iciLome - [8/16/2018]

Francis Pédro, membre de l'Alliance Nationale pour Changement (ANC, parti membre de la Coalition des 14) a été l'invité dans l'émission "Débat" ce jeudi matin sur Nana Fm. L'homme politique décortique point par point la feuille de route de la CEDEAO. Il désapprouve également les dernières sorties de la CENI. Bonne écoute!


Togo  - Le NET plaide pour la libération des prisonniers politiques - - [8/16/2018]

C'est à travers un plaidoyer dont voici la teneur.


Togo  - La Coalition des 14 tient à une période transitoire iciLome - [8/16/2018]

La feuille de route de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), rendue publique le 31 juillet dernier lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Lomé, contient des insuffisances sur lesquelles revient la Coalition des 14 partis de l’opposition. Devant la presse ce matin à Lomé, les responsables de cette coalition ont présenté un mémorandum qui rassemble ces insuffisances.


Togo  - Revue de presse du 16 août 2018 iciLome - [8/16/2018]

Ce jeudi, plusieurs parutions à la Rédaction de iciLome. Liberté, La Nouvelle Tribune et Le Potentiel reviennent essentiellement sur la mort d’Atsustè Agbobli et la profanation des mosquées.


Togo  - Nathaniel Olympio : « Il est préférable que les autorités togolaises reviennent à la raison... » iciLome - [8/16/2018]

Dans une interview accordée au confrère Pyramide Fm ce jeudi matin, Nathaniel Olympio, président du "Parti des Togolais" (parti membre de la Coalition des 14) est revenu sur les dernières "gesticulations" du Prof. Kodjona Kandaga et sa CENI. Selon lui, le régime fait la sourde d'oreille, veut un passage en force au mépris de tous les efforts que l'opposition et le peuple togolais ont consenti. "On ne peut pas accepter cette situation. Nous allons nous dresser contre cette pratique de la CENI", a-t-il déclaré. Suivez plutôt!


Togo  - Me Isabelle Améganvi : « La réunion entre le Comité de suivi et les protagonistes de la crise est reportée au 27 août 2018 » iciLome - [8/16/2018]

Le Comité de suivi de la CEDEAO poursuit en coulisse son travail devant permettre la mise en œuvre effective de la feuille de route pour une sortie de crise au Togo. Intervenant ce jeudi matin sur Taxi Fm, Me Isabelle Améganvi, députée de l'ANC, membre de la Coalition des 14 partis de l'opposition, a indiqué que normalement le 14 août dernier, le Comité de suivi de l'instance sous-régionale devrait rencontrer les deux protagonistes de la crise. Mais à la dernière minute, cette rencontre a été avortée et reportée au lundi 27 août prochain. A cet effet, la coalition des 14 animera une conférence de presse ce matin à Lomé.


Togo  - CODITOGO interpelle Yark Damehame sur la profanation des mosquées iciLome - [8/16/2018]

Malgré les promesses du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Yark Damehame, de traquer, trouver et punir les auteurs de profanation des mosquées, le drame continue de prendre de l'ampleur. La Coalition de la diaspora togolaise pour la démocratie et l'alternance (CODITOGO), indignée par ces actes, interpelle Yark Damehame « à mettre tout en œuvre pour faire aboutir l’enquête afin que les auteurs et les commanditaires de ces sacrilèges soient traduits devant la justice et punis conformément à la loi ». Lisez plutôt !


Togo  - La CENI décidée à défier la CEDEAO iciLome - [8/16/2018]

Malgré les protestations de l’opposition, notamment de la Coalition des 14 partis, des organisations de la société civile et surtout l'existence de la feuille de route de la CEDEAO, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) continue de foncer tout droit dans le mur. L’organisation unilatérale des élections, avec une CENI partisane reste la logique dans laquelle s’inscrit le régime en place.


Togo  - Mgr Barrigah montre la voie de libération des peuples Lalternative-togo.com - [8/16/2018]

Le 4ème congrès panafricain du renouveau charismatique tenu à Lomé a pris fin dimanche dernier. Cette rencontre internationale des fidèles catholiques a été encore l’occasion pour eux de prier pour leurs pays. Elle leur a aussi permis de bénéficier de diverses prédications et communications comme celle du monseigneur Nicodème Barrigah-Benissan. Retour sur une communication qui a cerné les maux dont souffre le continent et proposé les remèdes pour sortir l’Afrique de son cycle d’éternels recommencements.


Togo  - Législatives du 20 décembre : Gerry Taama appelle à une CENI technique iciLome - [8/16/2018]

Recommandant la tenue des législatives au 20 décembre 2018, la feuille de route de la CEDEAO suscite encore et toujours des réactions. Le président du Nouvel Engagement Togolais (NEET), parti membre des centristes, Gerry Taama, principal communicateur au cours d’un forum de discussions s’est prononcé. C’était ce mardi 14 août 2018, à Lomé.


Togo  - Face aux grands signes d’une possible autre Afrique : Faure Gnassingbé, le paradoxe de la mal inspiration Le Correcteur - [8/16/2018]

Tout change pour que rien ne bouge. La semaine dernière en Afrique a été marquée par deux événements majeurs qui confirment qu’une autre Afrique est possible. Il s’agit notamment de l’amnistie de 800 détenus politiques en Côte d’Ivoire et la candidature de Emmanuel Ramazani Shadary en République Démocratique du Congo pour le compte de la majorité présidentielle. Ceci dans l’espace de 48 heures. Deux faits majeurs qui ont pour soubassement la volonté affichée du départ du pouvoir. Chose un peu rare dans certains pays d’Afrique dont le Togo.


Togo  - Brigitte Adjamagbo: « On ne votera plus au Togo sans la diaspora » iciLome - [8/16/2018]

Le droit de vote de la diaspora était au menu de la conférence de presse de la Coalition 14 hier à Lomé. Pour Brigitte Adjamagbo Johnson, la coalition des 14 fera le nécessaire pour que le vote des Togolais de l'extérieur soit effectif.


Togo  - Nicodème Habia: « Le régime ne peut pas nous pousser à aller à une élection frauduleuse » iciLome - [8/16/2018]

Les responsables de la Coalition des 14 sont catégorique là-dessus. Pas d'élection sans les réformes institutionnelles, constitutionnelles et électorales. Selon Nicodème Habia, président du parti "Les Démocrates", le régime de Faure Gnassingbé ne peut plus pousser l'opposition à aller à une élection frauduleuse dans ce pays.


Togo  - Brigitte Adjamagbo Johnson : « Ce mémorandum est un document de travail… » iciLome - [8/16/2018]

Les responsables de la Coalition des 14 viennent de produire un mémorandum dans lequel ils formulent un certain nombre de "propositions concrètes" pour la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO en vue d'un règlement pacifique de la crise politique togolaise. Selon la Coordinatrice de la C14, Brigitte Adjamagbo Johnson, ce mémorandum n'est qu'un document de travail, et non une nouvelle feuille de route.


Togo  - Chronique de Kodjo Epou : Atsutse Agbobli ou l'implacable sentence d'un martyr. iciLome - [8/15/2018]

Le 15 août 2008, dix ans jour pour jour, le cadavre de l’historien Kokouvi Joachim Atsutsè Agbobli a été retrouvé à la plage de Lome. Plus que quiconque, de son vivant, Mr Agbobli savait qu’au Togo, la brutalite du pouvoir et la peur des citoyens ont toujours cheminé main dans la main, se nourrissant l’une de l’autre, et les deux du mutisme coupable de ceux a qui la terreur profite. D’où le procès permanent de cet illustre patriote contre un pouvoir qui etrangle et tue. En ce jour anniversaire de son assassinat, ses paroles interpellatrices, toujours d'actualite, pressent et exhortent la C14 au courage, denoncent, par son silence eternel, les oripeaux du regime failli.


Togo  - 15 Août 2008 – 15 Août 2018 : Assassinat de Kokouvi ATSUTSE AGBOBLI, 10 ans après, où en est l’enquête ? iciLome - [8/15/2018]

Il y a sept (10) ans, le 15 août 2008, le corps nu et sans vie de l’opposant togolais Atsutsè Kokouvi AGBOBLI a été retrouvé sur une plage de Lomé. Le pouvoir togolais avait promis de « faire toute la lumière » sur la mort dramatique du journaliste et homme politique togolais. Sept (10) ans après, où en est l’enquête ?


Togo  - Hédjranawé : Ces femmes qui dorment à la belle étoile... iciLome - [8/15/2018]

« A qui appartiennent ces bagages ? Tu vois bien écrit Fermé puisqu’on n’a pas payé les impôts… Ramasse tes colis, nous voulons ouvrir la boutique », c’est ainsi que nous surprenons une discussion houleuse entre un Ibo (Nigérian) et une dame, la cinquantaine, dans les environs du marché de Hédzranawé la semaine dernière, alors que tout le monde s’activait ce soir-là pour rentrer à la maison.


Togo  - Travaux Publics/Impunité : Qui protège Ninsao Gnofam dans ses dérives ? Lalternative-togo.com - [8/15/2018]

Il est incontestablement l’un des ministres les plus controversés de ces dernières années. Son nom est collé à tous les scandales qui entachent les travaux publics (routes, port, aéroport); mais contre toute attente, il a toujours survécu à tous les remaniements ministériels. Simple agent de la BTD (Banque Togolaise pour le Développement) avant d’être appelé au gouvernement, cet homme est devenu en quelques années l’un des ministres les plus riches du gouvernement de Faure Gnassingbé.


Togo  - L’après Feuille De Route De La Cedeao: Déjà Une Semaine De Statu Quo Consommée Fraternité - [8/15/2018]

Déjà une semaine que le CEDEAO rendait publique, sa feuille de route, élaborée pour une sortie de crise au Togo. Déjà connu des acteurs politiques et de l’opinion nationale et internationale, l’on pensait à une entame rapide des recommandations contenues dans ce document. Mais tout semble dire que l’exercice qu’est cette feuille de route semble plus compliqué à manœuvrer que prévu pour le pouvoir de Lomé.


Togo  - Nuisance sonore : De la nécessité de recadrer les tenanciers de bars iciLome - [8/15/2018]

Le développement des axes routiers à Lomé et ses environs n’est pas sans danger. La première conséquence visible des routes nouvellement construites ou rénovées est la prolifération des débits de boissons qui, installés aux abords de ces voies (parfois mal faites), nuisent à la tranquillité de paisibles citoyens.