Togo Afrique Monde
Togo  -

Kako Nubukpo: 'Mon combat contre le Franc CFA'


L’ancien ministre Togolais de la prospective, le guerrier anti F CFA brise le silence, depuis que certains de ses propos lors d’une conférence universitaire à Lomé, avaient fait tollé. Pour l’homme, il ne faut pas traduire le besoin de quitter le F CFA comme une révolution, encore moins une solution magique et indéfectible contre la situation d’extrême pauvreté en Afrique. Ça ne devrait pas non plus être un travail de farce: «je voudrais que nous préparions le changement, un vrai changement» lance-t-il. Qu’est-ce que le professeur Kako Nubukpo entend par quitter le franc CFA et quels sont les enjeux liés à un tel engagement ? quels défis ? Réponses dans le message intégral ci-dessous.

Abolir le franc CFA, c’est la mission, le combat qui m’anime depuis une quinzaine d’années. Docteur en économie et agrégé des Facultés de Sciences Economiques, j’ai exercé des fonctions de macro économiste, chef de service au siège de la BCEAO à Dakar, été ministre de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques du Togo, chercheur à l’Université d’Oxford (University College) et, aujourd’hui, je suis directeur de la francophonie économique et numérique au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie à Paris.

Je ne me paye pas de titres, je cumule les expériences. Mes interrogations sur le franc CFA ne sont pas un objet d’étude de tour d’ivoire. Chercheur, acteur institutionnel, j’ai éprouvé, sous diverses facettes, les limites de notre système monétaire, frein au développement des pays qui en sont encore tributaires. C’est contre cette servitude volontaire que je m’élève pour l’avenir de nos pays et de nos enfants. Comment leur expliquer demain que nous avons laissé faire ? Que nous avons nourri les caisses du Trésor Public français ? Tandis que les réserves qu’il nous impose avec notre pleine allégeance pourraient être réinjectées dans nos économies pour construire des écoles, des dispensaires, pour électrifier les zones rurales, construire des infrastructures modernes, dignes du 21e siècle, permettre aux jeunes d’accéder au crédit bancaire et financer des activités génératrices de revenus. Je ne suis pas un militant, je suis un intellectuel engagé. Je souhaite que, par-delà toute faillibilité humaine, le débat, parce qu’il dépasse ma seule personne, ait lieu.

Il me paraît d’autant plus urgent à mener que, faute d’avoir pu diversifier leurs économies au moment du cycle décennal haussier des matières premières, notamment du pétrole, les pays de la zone Franc exportateurs de pétrole subissent actuellement de plein fouet le retournement du cours des matières premières. Une telle situation laisse planer le spectre d’une nouvelle dévaluation du franc CFA dans les semaines ou mois à venir. Elle rend en partie caduc en l’état le débat sur l’utilisation optimale de réserves de changes, ces dernières ayant fondu comme neige au soleil dans le compte d’opérations détenu auprès du Trésor français, et ce au rythme de l’accroissement des déficits jumeaux accumulés par les économies de la zone Franc.

En tant qu’observateur averti, et de concert avec mes collègues investis dans ce combat, nous observons que nombreux sont celles et ceux qui nous rejoignent et viennent grossir nos rangs parce que la cause que nous défendons est juste. Nous ne sommes pas des pyromanes, nous ne souhaitons pas déstabiliser nos économies déjà fragiles, argument qu’on nous oppose trop facilement. Nous souhaitons que nos Etats puissent jouir pleinement de leur souveraineté dans un cadre économique rénové au service du plus grand nombre.

La parité fixe avec l’euro prétendument gage de stabilité, la totale garantie de convertibilité du franc CFA en euro et la libre circulation des capitaux restent la voie royale de l’accumulation hors de nos frontières. Il y a une manne, bas de laine dans les banques européennes, qui nous échappe tandis que la majorité de nos populations restent acculées dans des conditions de pauvreté sans qu’aucun horizon ne se dégage, au risque d’emprunter parfois des pirogues sépultures de leur dernier voyage. Je vous le dis ça suffit. Nous sommes responsables et nous ne pouvons pas nous défausser de nos responsabilités.

Dans une série récente d’articles et d’interviews, les responsables politiques et économiques français nous mettent devant nos responsabilités et affirment que la France prendra simplement acte de la voie que les africains auront décidé de suivre en matière de gestion monétaire au sein de la zone Franc. S’il y a lieu de critiquer un manque d’élégance de la part d’un partenaire qui, par le passé, a fait preuve de beaucoup moins de pudeur à propos des affaires africaines, chiche, prenons nos responsabilités, faisons des propositions audacieuses mais responsables.

Entendons-nous bien, le changement de système monétaire au sein de la zone Franc ne sera pas une révolution. Je ne crois guère au grand soir. Il faudra d’abord opter pour un franc CFA moins rigide, rattaché à un panier de devises. Il faudra négocier l’abandon du système du compte d’opérations, véritable assurance tous risques contre les défaillances de la gouvernance africaine au lieu d’assurer contre les chocs exogènes-sa vocation première- et donc couper le cordon ombilical avec le Trésor français. Faisons donc attention aux spécialistes du maquillage, qui revêtent les apparences de la réforme. Je ne souhaite pas un simple changement de dénomination de la monnaie CFA, pâle cache-misère.

Je voudrais que nous préparions le changement, un vrai changement.
Le changement peut faire peur, peur parce qu’il y a l’inconnu. Ceci n’est pas nouveau, la question est existentialiste. En économie monétaire ce sentiment porte un nom : « la peur du flottement ». Mais pour y parer, il faut s’y préparer, débattre, envisager différents scenarii, agir et justement ne pas avoir peur, avoir confiance en nous. L’abolition du franc CFA, vestige amovible de la colonisation, n’est pas une idée, c’est un programme.

J’en appelle à toutes les bonnes volontés, aux forces vives de nos pays, à rejoindre le débat, nous éclairer de leurs réflexions, de leurs talents. Il nous faut nous fixer un cap. Une autre Afrique est possible et ce n’est pas seulement une utopie. L’Histoire nous regarde.


Togo  - Nicolas Lawson : « Aucune féodalité, aucune coterie ne doit s’accrocher à lui pour conduire le pays vers le chaos » iciLome - [9/23/2017]

Voici le bulletin de presse du Parti du renouveau et de la rédemption (PRR) de Nicolas Lawson. Bonne lecture !


Togo  - Le Directeur de Publication de L’Alternative dans le viseur Lalternative-togo.com - [9/23/2017]

Le Directeur du bihebdomadaire L’Alternative doit-il craindre pour sa vie? Visiblement oui, au regard des informations alarmantes qui parviennent à sa Rédaction. Après le coup raté du projet de son arrestation le vendredi 15 septembre à l’aéroport de Lomé, ceux qui pensent détenir le droit de vie et de mort sur les citoyens au Togo ne sont pas prêts de lâcher prise.


Togo  - Prudence ILLENE, le coureur qui fait la fierté du Togo iciLome - [9/23/2017]

D’origine Togolaise, Prudence ILLENE, la trentaine largement entamée, a participé au semi-marathon de Newcastle (Angleterre), en ce début du mois de septembre.


Togo  - Répression : Mme Brigitte Adjamagbo confirme la mort de 2 jeunes dans le fleuve Oti iciLome - [9/23/2017]

Nous l'écrivions hier. Deux jeunes, fuyant les balles des militaires déchaînés sur les manifestants pacifiques, ont dû se jeter dans le fleuve Oti, espérant arriver à l'autre rive.


Togo  - Bafilo : Le jeune Rachad conduit à sa dernière demeure ce matin iciLome - [9/23/2017]

Il a rendu l'âme hier suite aux balles qu'il a reçues mercredi dernier, lors de la répression des manifestations de l'opposition par des militaires. Le jeune Rachad Agrigna, 15 ans, est décédé à la suite d'une opération chirurgicale.


Togo  - UNIR et ses stratégies politiques : le copier-coller se poursuit Le Correcteur - [9/23/2017]

Les 29, 30 et 31 août derniers, les partis politiques de CAP 2015, appuyés par le PNP et le Groupe des six avaient appelé la population togolaise à des manifestations à Lomé. Le pouvoir en place ayant flairé le degré de cette mobilisation a vite trouvé une formule qui a sonné comme une façon de contrer l’événement : les militants de l’UNIR, parti présidentiel devraient aussi faire une marche aux mêmes dates.


Togo  - Résumé de la rencontre gouvernement-CSET d’hier iciLome - [9/23/2017]

Hier vendredi, des membres du gouvernement et ceux de la Coordination des syndicats de l’éducation du Togo (CSET) se sont encore retrouvés pour poursuivre les discussions relatives au statut particulier des enseignants. Sans conclusion définitive.


Togo  - Me Jean Yaovi DEGLI réexplique la nécessite de la phrase « En Aucun cas, nul ne peut exercer plus deux mandats » iciLome - [9/23/2017]

Avocat de profession, observateur avisé de la vie politique togolaise, président de l’Association « Bâtir le Togo », Me Yaovi Jean Dégli fait une réflexion dans laquelle il souligne la nécessité de la limitation du nombre de mandats présidentiels et que nul n'a le droit de faire plus de deux mandats. Lisez plutôt.


Togo  - Militaires dans les manifestations : intimidation, provocation, ou mesure de sécurité iciLome - [9/23/2017]

La nouvelle communication du gouvernement suite aux manifestations des 20 et 21 Septembre 2017 a, tout comme la précédente, épousé la ligne éditoriale du gouvernement : condamner et accuser, avec des menaces à peine voilées.


Togo  - Au nom de la sécurité, le gouvernement coupe Internet iciLome - [9/23/2017]

Tout comme au lendemain des manifestations des 06 et 07 Septembre 2017, deux émissaires de la présidence et une députée du parti UNIR ont rencontré la presse pour une «communication gouvernementale». L’occasion était pour eux de réaffirmer l’indéfectible attachement du gouvernement à la coupure d’Internet pour, disent-ils, « assurer la sécurité nationale ».


Togo  - Le monde s’effondre autour de Faure Gnassingbé qui persiste dans une voie suicidaire Lalternative-togo.com - [9/23/2017]

C’est l’histoire d’un président décrié qui se la coulait douce confiant d’avoir rendu son opposition inaudible mais aussi inoffensive. Du haut de son siège de Président de la CEDEAO qu’il a fini par obtenir auprès de ses pairs après avoir été éconduit durant des années, il projetait être au centre du monde par la tenue de plusieurs conférences à Lomé à coups de milliards, alors que son peuple a de la peine à trouver la ration d’une journée et toutes les difficultés à se soigner dans des hôpitaux qui ont pris l’image des mouroirs. Lorsque le peuple togolais est calme, il faut s’attendre à un danger imminent, disait un homme politique averti.


Togo  - Togocom en chiffres iciLome - [9/23/2017]

Thomas Koumou continue son analyse sur la transformation de la société Togotelecom en Togocom.


Togo  - Christophe Tchao : 'La phrase « en aucun cas... » ne gêne personne' iciLome - [9/23/2017]

Alors que tous les Togolais réclament haut et fort le retour à la Constitution 92 dans sa forme originelle, les adeptes du régime RPT-UNIR font tout pour offrir d'autres mandats supplémentaires à Faure Gnassingbé.


Togo  - VIDEO/ Les responsables du mouvement citoyen « TOGO DEBOUT » répondent aux questions des journalistes - - [9/23/2017]


Togo  - Encore un mort à Bafilo... iciLome - [9/22/2017]

Il a été blessé par balle le mercredi 20 septembre dernier. Les médecins n'ont pas réussi à sauver Agrigna Rachad.


Togo  - Les ambassades et chancelleries appellent les Togolais au calme iciLome - [9/22/2017]

Les diplomates accrédités au Togo suivent de près l'actualité sociopolitique de ces derniers jours dans le pays. Ils appellent les acteurs politiques au dialogue et au calme. Lire la déclaration !


Togo  - "Togo Debout" veut reprendre le flambeau de la lutte iciLome - [9/22/2017]

"Togo Debout" soutient les manifestations publiques pacifiques pour le retour à la Constitution de 1992. Voici la déclaration qui a sanctionné la conférence de presse servant de lancement officiel de ce mouvement ce matin.


Togo  - Alerte ! Expédition punitive des bérets rouges dans des maisons à Bafilo : 4 compatriotes arrêtés, passés à tabac, détenus sans soins à la prison civile de Kara - - [9/22/2017]

Ouro-Nini Kamalodine, Djagouni-Nini Abdou, Djobo Kamari et Affo Ramdan sont les quatre (4) compatriotes togolais, résidents à Bafilo qui ont reçu le mercredi 20 septembre 2017 dans leur domicile, la visite des bérets rouges. Séquestration, passage à tabac avec de ces quatre compatriotes à l’aide de gros gourdins et battons par ces bérets rouges. Ouro-Nini Kamalodine, Djagouni-Nini Abdou, Djobo Kamari et Affo Ramdan ont été sérieusement blessés mais n’ont pas eu droit aux soins jusqu’au moment où nous écrivions ces lignes.


Togo  - Témoignage d’un observateur des droits de l’Homme à Bafilo iciLome - [9/22/2017]

Avec des images à l’appui, Assiba Johnson, président de REJADD-Togo, actuellement au Nord du pays, fait un témoignage sur les exactions commises par les forces de sécurité et des militaires sur les populations civiles à Bafilo. Et pourtant, la manifestation était autorisée. Voici son témoignage !


Togo  - Noël De Pouk’n : 'Nous préparons déjà nos militants pour le referendum' iciLome - [9/22/2017]

C'est ce qu'a déclaré hier le Président de la Nouvelle Jeunesse pour le soutien du président Faure (NJPSF), lors de la contre-manifestation organisée par les collectif des associations et mouvements de la majorité présidentielle (qui poussent comme des champignons dans les coins de rue au Togo).


Togo  - Le "Togo Debout" pour une "lutte sans défaillance" iciLome - [9/22/2017]

Ils sont actuellement en conférence de presse à Lomé. Les combattants de la liberté mettent sur les fonts baptismaux le mouvement "Togo Debout".


Togo  - Réaction d’Amnesty international suite à la mort de l’enfant de 9 ans iciLome - [9/22/2017]

Un enfant est décédé lors de la manifestation de l’opposition le 20 septembre dernier. L’ONG Amnesty international s’indigne de la mort d’un « enfant de neuf ans… tué à Mango au nord du pays ».


Togo  - Mango : Un bilan assez lourd, un champ de guerre… iciLome - [9/22/2017]

Deux jeunes poursuivis et cernés de tous côtés par des militaires se sont jeté dans le fleuve Oti, un dernier recours pour eux. Sûrement, espéraient-ils nager et s’en sortir. Ils se voyaient peut-être déjà à l’autre rive, loin des balles réelles de ces militaires déchaînés sur la population civile à mains nues. Malheureusement, on les a retrouvés morts noyés. C’est ce qu’on apprend ce matin dans l’émission « Audi Actu » sur la radio Victoire FM.


Togo  - Revue de presse du 22 septembre 2017 iciLome - [9/22/2017]

La tension reste palpable dans le pays. Les manifestations des 20 et 21 septembre occupent une place importante dans les journaux parus ce matin.


Togo  - Des manifestants grièvement blessés jetés en prison à Kara iciLome - [9/22/2017]

Bafilo, Sokodé et Mango ne se remettent pas de la répression dont ils font l'objet depuis quelques jours de la part du régime Faure Gnassingbé.


Togo  - Des heurts à Deckon dans la soirée d’hier iciLome - [9/22/2017]

Des heurts entre certains manifestants et les forces de l’ordre se sont déroulés jeudi au carrefour Deckon, après la chute de la marche de l’opposition.