Togo Afrique Monde
Togo  -

Lettre ouverte pour le salut public



Excellence
Monsieur Faure Gnassingbé
Chef de l’Etat
Présidence de la République
LOME – TOGO
Objet : Lettre ouverte pour le salut public.

Monsieur le Chef de l’Etat,
Je vous écris à nouveau, pour vous dire d’abord, que comme toutes les créatures humaines de Dieu, il brille en vous aussi cette lumière et il existe cette faculté de changer la réalité. Nous sommes un canal du pouvoir créateur de l’univers. Je veux que vous trouviez le chemin pour accéder à ce pouvoir afin de changer la gouvernance actuelle du pays, qui nous conduits irrésistiblement vers le chaos. La sourate XLV, verset 2 du Coran nous révèle que : « Il y a dans les cieux et sur la terre des signes d’avertissements pour les croyants ». Le Coran nous ordonne également dans la même sourate, verset 7, que : « Qui entend la lecture des enseignements de Dieu et persévère néanmoins dans l’orgueil, comme s’il ne les avait jamais entendus. Annonce à celui-là un châtiment cruel ».
Monsieur le Chef de l’Etat, vous êtes à la direction d’un Etat économiquement en faillite et dont les mœurs sont socialement dissolues. Par un perfide machiavélisme, une infime minorité de nos concitoyens est entrain de vous égarer et de ruiner le pays. Habitué maintenant aux jouissances du pouvoir, vous participez avec eux à élever une nouvelle tyrannie et une nouvelle impudence sur les débris de l’ancien despotisme. Si vous étiez à la place de Mr Jean-Pierre FABRE, confirmé par décret pris en conseil des ministres, comme Chef de file de l’opposition, seriez-vous enchanté d’écrire au Chef de l’Etat et de ne pas recevoir de réponse ? Si vous étiez à la place de Nicolas LAWSON, seriez-vous bien aise d’apprendre par des inspecteurs du Criminal Investigation Department (CID) et du BNI du Ghana que Mr Esso SOLITOKI est venu à Tema et à ACCRA pour corrompre des officiels ghanéens afin de vous faire disparaître ? Seriez-vous revenu au Togo pour remercier le Chef de l’Etat parce que l’Ambassadeur du Togo au Ghana a cosigné la caution devant protéger les officiels ghanéens corrompus ? Je suis un chrétien, honnête et j’ai toujours œuvré pour la paix, la concorde des enfants du Togo et la stabilité politique du pays. C’est pour cette raison que j’ai essayé de vous aider gracieusement depuis des années. Mais continuer à le faire, malgré le désastre en cours et votre dédain pour les gens probes et intègres, sera un plus grand des crimes et ce sera favoriser l’esclavage des générations futures.
Monsieur le Chef de l’Etat, la gouvernance du pays est trop propice aux injustices sociales, propage trop la misère dans la population et couve les dépravés, les pendards, les marauds et les vénaux. Il y a ainsi un océan de mœurs invétérées et de viles attitudes, qui offusquent la raison. Si vous étiez dans l’opposition, accepteriez-vous que le Chef de l’Etat en place nomme une quelconque citoyenne comme Directrice de son cabinet et en même temps lui fasse cumuler 5 portefeuilles ministériels et la laisse se balader avec l’argent de l’Etat à l’intérieur du pays pour transformer nos femmes en misérables de la micro-existence ? Trouveriez-vous normal qu’un retraité cumule les positions de Maire de la capitale, de Directeur Général du port de Lomé et de Président de plusieurs conseils d’administration, etc ? Quelles injustices et quel mépris pour les autres togolais ! Le pire, c’est que la minorité odieuse, que vous avez dénoncée vous-même, ne semble pas inquiétée, en vue d’expier toutes ses scélératesses pour faire cesser les atroces résultats de ses crimes. Au contraire, cette minorité est favorisée et souvent promue. Certains ont même actuellement la charge de nous produire une nouvelle constitution. Quelle dérive ! Seriez-vous content si vous étiez Mr Jean-Pierre FABRE et que le Chef de l’Etat en place nomme, après une fraude massive à l’élection présidentielle et après le renvoi de vos représentants de la CENI, des membres de cette CENI comme des ministres de l’administration territoriale, des mines et de l’énergie, etc. ? Où allons-nous ?
Monsieur le Chef de l’Etat, sachez que nous nous battons principalement pour la justice sociale dans le pays et contre son abaissement. Nous nous sommes engagés en politique pour élever les togolais à la dignité humaine, promouvoir le bien-être de la population et les libertés fondamentales puis préserver l’unité nationale et faire cesser la mendicité de nos élites actuelles. Quand un gouvernement transforme les étudiants et des enseignants du pays en indigents et en vagabonds et voit de sang-froid leur misère, fruit de la funeste opulence, de la corruption, de la méchanceté et de l’incompétence d’une infime minorité crapuleuse, alors les patriotes cherchent tous les moyens pour mettre un terme à son inhumanité et à son despotisme. Depuis moins de 10 ans, vos gouvernements successifs ont reconstitué le taux de l’endettement du pays, en le portant de 20% à 75% du PIB, au-delà du plafond de 70% prescrit par l’UEMOA. Est-ce une réussite, si nous savons que tous les projets exécutés sont improductifs et alourdissent plutôt la dette du pays ? La surfacturation de ces projets et les détournements d’une bonne partie des crédits contractés ne permettent pas d’envisager les remboursements attendus par nos créanciers.
Par ailleurs et c’est extrêmement grave, si vous êtes un patriote, accepteriez-vous qu’on aille chercher un rwandais, ne parlant pas français, pour venir occuper et cumuler les positions de patron des directions générales des douanes, des impôts et des régies financières de votre pays ? Quelle insulte et quel mépris pour les togolais ! Si vous êtes un chrétien ou tout simplement un humaniste, comprendrez-vous qu’on brûle les principaux marchés de votre pays et que l’on ne juge pas les vrais criminels et que l’Etat n’indemnise pas les victimes ? Nous avons les cœurs ulcérés et nous sommes en colère. Même Dieu est agacé par autant de forfaits et de crimes dans un pays qu’il aime, au point de laisser se brûler la sacristie de la grande cathédrale de Lomé.
Monsieur le Chef de l’Etat, sans considération pour la minorité criminelle qui est habitée par le mal, pourquoi vous ne m’aimez pas particulièrement ? Pourquoi cherchez-vous à détruire Mr Pascal BODJONA, qui est votre seul véritable ami et grand défenseur ? Pourquoi vous ne libérez pas Mr Kpatcha GNASSINGBE après plus de 7 ans d’emprisonnement, alors qu’il n’est accusé que de tentative de coup de force ? Si vous n’arrivez pas à pardonner à ceux que vous considérez comme fautifs, alors pourquoi les togolais vont-ils vous pardonner les crimes abominables d’avril 2005 qui vous ont portés au pouvoir mais dont vous êtes actuellement le grand jouisseur avec vos ami(e)s ? Vous avez saboté vous-même le processus de réconciliation nationale avec des manœuvres scandaleuses de création de pléthore de commissions (CPDC, CPDC rénové, CVJR, HCCRUN, Commission d’intellectuels, etc.). Tout ce qui se fait après la signature de l’APG avilit tous ceux qui ont collaboré et collaborent avec vous pour avoir la paix dans le pays. Vos véritables ennemis et les ennemis du peuple togolais sont les jacquots du genre des lycaons, qui vous entourent et pérorent à longueur de temps que ce qu’ils font, c’est sur instruction personnelle du Chef de l’Etat. Est-ce sur votre instruction personnelle qu’ils s’accaparent des ressources nationales et qu’ils violent les libertés publiques et individuelles ? Est-ce sur votre instruction personnelle qu’ils ont détourné les 26 milliards de FCFA destinés à la construction de la route Lomé-Vogan-Anfoin ?
Monsieur le Chef de l’Etat, sachez que nul ne peut comprimer le feu sacré de la liberté, de la dignité et de l’humanité qui brille en nous. Pour que ce feu ne devienne pas trop fort et explosif chez les jeunes, considérez cette lettre comme une plaidoirie des droits éternels de notre peuple et un jugement prononcé par la vertu contre le crime supposé puissant. Nous ne vous haïssons pas encore mais nous haïssons déjà et fortement les actes liberticides, impopulaires et antisociaux de votre gouvernance. Pour faire cesser cette gouvernance de lèse-nation, je vous demande fraternellement de rencontrer sans délai Mr Jean-Pierre FABRE, Chef de file de l’opposition et de s’accorder avec lui pour :

- Faire former une nouvelle CENI présidée par un membre de l’opposition démocratique,

- Renouveler la Cour Constitutionnelle, en admettant Mr Abdou ASSOUMA à la retraite,

- Mettre en place une Commission Constituante consensuelle, chargée de préparer un avant-projet de constitution à soumettre au référendum,

- Former un gouvernement de salut public avec un Premier Ministre choisi dans l’opposition,

- Changer les Présidents actuels des institutions nationales, préfectorales et locales de façon consensuelle,

- Appeler ensemble le peuple souverain à l’unité nationale, à la solidarité et à l’effort pour le redressement national, etc.

Nous vivons un temps d’incertitudes, de crise économique sérieuse, de corruption et de perversité. Vous devez renoncer à toute réticence, à tout faux-fuyant et à toute dénégation car je n’ai pas énuméré ici tous les forfaits et tous les crimes de la gouvernance actuelle du pays. Si vous n’écoutez pas mon avertisseur pour agir humblement et sagement alors votre salut ne résidera plus que dans votre démission comme le Pape Benoit XVI l’a fait au Vatican. Il sera alors mis en place un Directoire militaire pour réaliser sur 12 mois les tâches dévolues à un gouvernement de salut public avant d’organiser des élections présidentielles à deux tours pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois. Vous n’ignorez pas que la liberté est l’acte de réflexion, de décision et de réponse à l’intérieur de notre nature orientée comme l’a affirmé un grand pasteur de Dieu. Vous ne pouvez plus fuir la réalité au risque d’une tragédie personnelle et nationale. Vous devez vous débarrasser sans délai de la minorité, qui vous a pris en otage et qui croit vous avoir rendu schizoïde. Elle a déjà transformé nos frustrations en aigreurs et en ressentiments. Elle vous abandonnera s’il y a une insurrection populaire dans le pays. Détachez-vous de ses maléfices pour arrêter cette fêlure fatale, qui s’étend au travers de nos vies, et cette fissure dangereuse et irrationnelle, qui traverse notre histoire. Soyez courageusement avec nous le cohéritier d’une nouvelle promesse et d’une nouvelle espérance pour le Togo. N’acceptez pas que le sang versé par nos compatriotes en 2005 et depuis vous écrase sous le poids de ses malédictions. C’est ici au Togo que vous recevrez la miséricorde de Dieu, par vos seuls actes pour le changement et non au VATICAN. C’est le message de Dieu et je suis chargé de vous le délivrer. Qu’il vous inspire lui-même.
Veuillez trouver ici, Monsieur le Chef de l’Etat, l’assurance de mes sentiments fraternels et patriotiques.

Nicolas LAWSON
Président du PRR
Copie : Chef de file de l’opposition, Ambassadeurs et Presse.


Togo  - Une marée humaine dans les rues de Lomé ce jeudi iciLome - [12/14/2017]

Ils sont encore nombreux ces Togolais, épris de liberté et d'alternance politique, dans les rues de Lomé ce jeudi 14 décembre.


Togo  - Le stade de Kégué en rénovation iciLome - [12/14/2017]

Inauguré en 2000, le stade de Kégué, d’une capacité de 30 000 places, est l’antre des Eperviers, la sélection nationale de football du Togo. Les travaux de sa rénovation ont été lancés le mardi 12 décembre dernier.


Togo  - Fabre, Adjamagbo et autres font le départ à Atikoumé iciLome - [12/14/2017]

Les leaders de la coalition sont arrivés au point de départ d'Atikoumé. Après la prière et l'exécution de l'hymne national, le cortège s'est ébranlé.


Togo  - Jean-Pierre Fabre : « Nous sommes solidaires avec les enseignants » iciLome - [12/14/2017]

Ce n'est un secret pour personne. Aujourd'hui, le secteur de l'éducation togolaise est dans un état critique. Il est en souffrance. Entre les grèves à répétition des enseignants et l'entêtement du gouvernement togolais, les élèves ne savent plus à quel saint se vouer. La situation inquiète de plus en plus les acteurs politiques du pays.


Togo  - Faure Gnassingbé aujourd’hui à Atakpamé, la population dans la rue pour son départ iciLome - [12/14/2017]

Atakpamé est l’une des villes très mobilisées pour le départ de Faure Gnassingbé. Elle reste déterminée pour les trois jours de manifestations de la coalition de l’opposition, qui a débuté hier mercredi. La manifestation continue ce jour, avec des centaines de personnes attendues dans les rues de la ville.


Togo  - D1 : Le leader tombe à Lomé iciLome - [12/14/2017]

Sémassi de Sokodé perd son fauteuil de leader au cours de la sixième journée de championnat de première division de football disputée hier mercredi sur toute l’étendue du territoire.


Togo  - L’AS Togo Port affronte AC Léopard en tour préliminaire de la ligue africaine des champions iciLome - [12/14/2017]

L’AS Togo Port de Lomé, champion en titre du Togo, donc qualifié pour la Ligue africaine des champions, affronte l’AS Léopard de Dolisi du Congo Brazzaville au premier tour.


Togo  - Le CNDS invite le gouvernement et les syndicats des enseignants au dialogue iciLome - [12/14/2017]

Le Conseil national du dialogue social (CNDS) préconise, pour une sortie de crise dans le monde de l’éducation, un dialogue entre le gouvernement et les fédérations syndicales des enseignants.


Togo  - Me ABI TCHESSA: ''Il faut qu'on dise a FAURE dans toutes les langues qu'on ne le supporte plus'' - - [12/14/2017]

Intervention de Maitre ABI TCHESSA du PSR lors du meeting des forces démocratiques à la fin des marches pacifiques.


Togo  - Déclaration de la coalition présentée par le député Jean KISSI du CAR iciLome - [12/14/2017]

Jean-Kissi, député du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR), parti membre de la coalition des 14, livre la déclaration liminaire ayant sanctionné la 18e marche de l'opposition.


Togo  - Jean Pierre Fabre : 'Nous avons tiré des leçons de l’expérience et nous ne lâcherons rien' iciLome - [12/14/2017]

En quoi les manifestations de rue sont-elles encore nécessaires alors qu'un dialogue profil à l'horizon? Jean-Pierre Fabre, Chef de file de l'opposition, en marge de la mobilisation des 14 partis de l’opposition ce matin, répond. Lire !


Togo  - Le paradoxe togolais - - [12/14/2017]

Dix ans après la levée formelle de l’embargo par l’Union européenne, le Togo connaît est marqué par une crise politique importante et des vagues de manifestations politiques. Pourtant, au cours de ces dernières années, le pays a énormément progressé sur le plan économique et sociale.


Togo  - PNP Kara ne se mobilisera que le samedi, contraintes administratives obligent iciLome - [12/14/2017]

« Kara n’est pas intéressée par ce qui se passe », arguait dans une de ses récentes sorties, Yark Damehame, ministre de la Sécurité et de la Protection civile. Derrière cette déclaration, des agressions sont orchestrées contre toute rencontre politique de l’opposition à Kara. Le gouvernement ayant promis cette fois de remédier à cette situation, le parti rouge veut mobiliser dans cette ville.


Togo  - La Voix du Peuple du 12 décembre 2017 (2) - - [12/14/2017]


Togo  - La Voix du Peuple du 12 décembre 2017 (1) - - [12/14/2017]


Togo  - AUDIO/ Pour Atchadam TIKPI, « le Togo gagnant n’est une honte pour personne » - - [12/14/2017]


Togo  - Déclaration de la rencontre de Paris iciLome - [12/14/2017]


Togo  - Appel sur l'actualité: Suivez les réactions des Togolais sur la crise politique iciLome - [12/13/2017]

Les Togolais, où qu'ils soient, suivent attentivement la situation politique dans leur pays. Sur RFI ce matin, ils ont réagi à la crise politique. Suivez plutôt !


Togo  - Togbui Dagban: 'Leur énième fourberie ne passera pas par notre coalition' iciLome - [12/13/2017]

Le Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) est l'un des partis de la coalition que le régime a invité pour une consultation pré-dialogue. Togbui Dagban, l'un des cadres du parti, livre son analyse de la dernière tentative du régime visant à casser la coalition des 14.


Togo  - Fulbert Atisso: 'Nous savons que le régime n'est pas prêt à dialoguer' iciLome - [12/13/2017]

Fulbert Atisso, président du parti "Togo Autrement" revient sur la dernière tentative du gouvernement qui consiste à consulter un à un les leaders politiques du pays avant le démarrage du dialogue. Et à l'instar des autres leaders de la coalition des 14, Fulbert Atisso estime que le pouvoir de Faure Gnassingbé n'a pas le droit de se lancer dans une quelconque consultation de l'opposition.


Togo  - Gabriel Dossey-Anyron : 'Faure et son gouvernement ne pensent pas à l'avenir du Togo' iciLome - [12/13/2017]

Depuis le début de la crise politique, le président du parti le NID affiche son désire de marcher ensemble avec les forces démocratiques du pays. Ce mercredi à la 18e manifestation, Gabriel Dossey-Anyron s'est prononcé ouvertement sur la crise et le dialogue en vue.


Togo  - Les rues de Lomé déjà noires de monde iciLome - [12/13/2017]

Les trois jours de mobilisation ont commencé ce matin à Lomé et dans plusieurs villes du pays.


Togo  - Revue de presse du 13 décembre 2017 iciLome - [12/13/2017]

Le prochain dialogue s’impose, il tient la une des parutions de ce mercredi. L’hebdomadaire Le Triangle des Enjeux et le quotidien Liberté en parlent. Aussi le Magazine Santé Education prévient contre l’intoxication alimentaire.


Togo  - L’ASVITTO contre le déploiement des forces de l’ordre dans les établissements scolaires iciLome - [12/13/2017]

Pour empêcher les élèves de sortir de leurs établissements scolaires et de se retrouver dans les rues, des gendarmes et policiers sont déployés dans certaines écoles. Une situation que dénonce l’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO) qui parle de « torture morale ». Lire plutôt !


Togo  - Levée du voile sur le 'mystère' qui entoure l'exploitation du phosphate depuis 1961 iciLome - [12/13/2017]

Des années indépendance à nos jours, l’extraction du phosphate togolais mené par la CTMB, OTP, IFG et actuellement la SNPT a généré 3 917 milliards de F CFA dont une perte potentielle de 204,29 milliards de F CFA, seulement entre 2005-2015. Thomas Koumou fait un travail de veille économique et alerte les populations sur la gestion faite de ce minerai du sous-sol.


Togo  - Des élèves en colère à Badou iciLome - [12/13/2017]

La crise dans le secteur de l’éducation, avec la descente des élèves dans les rues, commence par gagner les autres villes du pays. Ce matin, ce sont les élèves de Badou (243km au nord de Lomé), dans la préfecture de Wawa, qui se font parler d’eux.