Togo Afrique Monde
Togo  -

Grand reportage : Kara, la ville « présidentielle », la ville de misère …


Après Lomé la capitale du Togo, Kara reste sans nul doute l’une des villes les plus connues du pays. Chef-lieu de la Région dont elle porte le nom, la ville de Kara est située à 400 km environ au nord de Lomé. Historiquement, Kara est à l'origine une extension du village de Lama près d’un pont traversant la rivière Kara, construit par les Allemands, d’où son appellation originelle Lama-Kara. La ville est au pied du massif montagneux du pays Kabyè. La particularité de cette agglomération est qu’elle a «donné» la famille présidentielle (Gnassingbé) qui régente le Togo depuis un demi-siècle. Peuplée de près de 150 mille habitants, cette municipalité est également riche en patrimoine culturel comme l’attestent les nombreuses fêtes traditionnelles dont les luttes Evala qui se déroulent chaque année en juillet. L’université de Kara, le CHU, les hôtels hissent cette cité au rang des villes togolaises, qui, a priori, devrait donner un cadre de vie idéal aux uns et aux autres. Mais, Kara offre à ses visiteurs, un visage de ville fantôme où la construction architecturale reste discutable, la vie excessivement chère, les vices en pleine expansion, le déséquilibre des couches sociales remarquable… Kara, cette forteresse « imprenable » du pouvoir togolais, aux multiples facettes, est l’objet de notre reportage.

La ville présidentielle

Parler de Kara sans faire allusion à la famille présidentielle qui régente la vie politique du Togo depuis des décennies serait faire preuve d’une malhonnêteté intellectuelle impardonnable. La ville s’identifie, ou a pris sa notoriété en partie grâce à la famille Gnassingbé. En effet, l’ancien président togolais feu Gnassingbé Eyadéma, père de l’actuel Faure Gnassingbé, est originaire de Pya, un canton de la Kozah. « Le fait que la famille présidentielle soit originaire de cette localité a été un atout pour nous. Il y a des réalisations chez nous qui ne se retrouvent pas dans d’autres villes du pays. Des résidences présidentielles, le palais de congrès, une université et bien d’autres choses. Je ne pense vraiment pas que c’est le fruit du hasard. Nous avons également des cadres, fils du milieu, qui ont eux aussi réalisé des choses qui donnent une image plus ou moins agréable de la ville », estime Makitina, la trentaine, natif du milieu.

D’ailleurs, Kara est considérée comme la deuxième ville du pays. L’aéroport «international» de Niamtougou qui se trouve à quelques kilomètres en est une parfaite illustration. Il n’est pas rare de voir les présidents (l’ancien comme l’actuel) y recevoir de visites officielles, tenir des conseils des ministres et organiser d’autres évènements officiels majeurs.

La tradition en pays Kabyè reste un élément incontournable pour les ressortissants de cette cité. Chaque année, la seconde moitié du mois de juillet est consacrée aux rites Evala. Fête traditionnelle au départ, l’évènement a pris depuis des dizaines d’années, une envergure politique et internationale, attirant quelques touristes et curieux. L’administration centrale se vide durant des semaines pour l’occasion. Les chefs traditionnels désertent leur palais pour être dans les loges officielles en vue d’assister aux différentes compétitions et autres. Feu Gnassingbé en avait fait une fête « presque » nationale. Son fils a naturellement perpétué la tradition. « Les moments d’Evala sont les meilleurs à Kara. L’affluence est au comble, les hôtels débordés. Tous les cadres de Lomé reviennent à la maison. Kara devient pour quelques semaines la capitale du Togo. C’est une fierté pour nous, même si la différence par rapport au niveau de vie est plus que perceptible. Malgré tout, la tradition a gardé sa sacralité en pays Kabyè », souligne Mèza, résidant du quartier Chaminade.

Une ville de contrastes

Au-delà de son statut de ville «présidentielle», Kara n’est pas une ville extraordinaire. En dehors de quelques édifices publics comme privés, le reste du paysage présente un visage contrastant. Les routes goudronnées en bon état se comptent sur le bout des doigts. Les quartiers comme Chaminade, Kara Sud, Tchintchinda, Dogoyo, Tomdè, qui sont les plus ou moins présentables, illustrent fort bien une réalité. A côté des châteaux appartenant à des « pontes » du régime, on retrouve des habitations de fortune où résident les classes déshéritées.

« La conception architecturale même de la ville est à revoir, ou on doit du moins faire quelques aménagements. Les rues qui relient les quartiers entre eux sont quasi impraticables. Après Radio Kara, Adaboaré, Wakada, il n’y a plus rien. Il faut repenser la construction de cette ville, surtout avec des terres rocheuses qui pourront être un atout si les spécialistes planchent sur cela. Le carrefour Tomdè qui est une référence pour la ville doit abriter au moins une statue symbolique. Récemment, on devrait y ériger la statue d’Eyadéma, mais avec des manipulations politiciennes, elle s’est retrouvée devant le palais des congrès, alors que cette zone est déjà aménagée », regrette Alphonse, la vingtaine, étudiant en fin de cycle à l’Université de Kara.

Le niveau de vie à Kara, contrairement à ce que l’on pourrait penser, n’est pas du tout aussi enviable. En dehors d’une « minorité » qui vit dans une opulence indescriptible, en s’offrant une vie de prince, la majorité de la population côtoie « quotidiennement » la misère. « La vie est trop chère ici, alors que rien ne marche comme activité dans la ville. La pauvreté se remarque sur les visages. Il n’est point besoin d’aller fouiller dans les marmites des ménages pour s’en apercevoir. Les activités économiques sont au ralenti. Pourtant, une pièce ne se loue pas à moins de 8 000F CFA. Pour avoir un logement plus ou moins décent, il faut alors dépenser 10 voire 15 000F CFA », souligne Hervé. Compte tenu de la pauvreté des sols cultivables dans cette région, la plupart des Kabyè se sont rués vers le sud du pays pour pratiquer l’agriculture, laissant ainsi les terres rocheuses en jachère.

« Il n y a pas d’eau à Kara », darde une dame, la quarantaine, rencontrée près du stade municipal de Kara, avec un bidon de 25 litres rempli d’eau. Cette dame, comme la plupart des autres, souffrent avant de trouver de l’eau potable. La vétusté des installations de la TdE (Togolaise des Eaux) conjuguée à la qualité approximative des forages privés dans les maisons, fait qu’il faut s’armer de patience avant de trouver ce liquide vital. « Les puits sont rares ici dans les maisons, et c’est pour cela que ceux qui ont les moyens, recourent aux forages. Mais là aussi, la qualité de l’eau n’est pas irréprochable », renchérit Abalo.

Le problème de l’électricité est très récurent à Kara. « Ici, on coupe le courant presque quotidiennement. Le jour où on n’est pas privé de l’électricité, on rend grâce à Dieu. Cette situation a des répercussions sur nos activités car l’énergie électrique reste au cœur de tout. Si on ne l’a pas, on ne fait rien», évoque un tenancier de bar.

L’université, le CHU, le stade municipal

Une ville, ce sont des infrastructures tant publiques que privées qui la déterminent. Kara est la seconde ville du Togo qui abrite une université publique à part celle de Lomé. Créée en 1999 par feu Gnassingbé Eyadéma, l’Université de Kara (UK) peine à prendre ses marques. Si la qualité de l’enseignement n’est pas remise en cause, les conditions de vie et d’études des étudiants restent des plus misérables.

« Aux premières années de sa création, les difficultés étaient moindres. Mais actuellement avec le nombre pléthorique d’étudiants, c’est un véritable enfer. Pour trouver une place assise et suivre les cours, c’est un véritable parcours du combattant. La majorité des étudiants les suivent en dehors des amphithéâtres qui ne sont que de nom. Même avec la création du Campus Nord l’année dernière et l’ouverture de la Faculté de médecine, la situation ne s’améliore guère. La Flesh, qui est l’une des facultés les plus peuplées, ne dispose pas d’agora. Outre ces difficultés, l’UK ne dispose pas de latrines. Il faut payer 10F CFA quelque part avant de se soulager. Pour la connexion Internet afin de pouvoir faire des recherches, un projet d’installation de Wifi sur le campus est en cours, mais visiblement cela traine », décrit Mèyé, étudiant en 2ème année de sciences politiques.

Le CHU Kara, comme les autres centres hospitaliers du Togo, est un véritable mouroir. Seul centre de référence dans la région, cette structure n’offre pas toutes les garanties à ses visiteurs (patients) de ressortir dans des conditions meilleures que celles dans lesquelles ils étaient arrivés. Situé non loin du palais des congrès et de la Caisse nationale de sécurité sociale, le CHU Kara présente un visage hideux où règne une malpropreté flagrante. Pourtant, on s’aperçoit qu’il regorge plus d’agents de ménage que de personnel soignant. « Cela est dû au « mendèfrèrisme » (népotisme), à des récompenses pour militantisme et à des combines de tout genre », peste une sage femme.

« Il y a un manque criard de médecin ici. Il y a quelques jours, j’ai été témoin d’un évènement qui m’a beaucoup marqué. La femme d’un ami devrait accoucher ici, alors qu’elle nécessitait une césarienne. Mais curieusement, toutes les trois assistantes qui devraient s’occuper d’elle sont en congé. C’est moi qui ai finalement, grâce à mes contacts, supplié une parmi elles qui est venue nuitamment sauver la dame, et elle garde toujours les séquelles de cette opération tardive », raconte un infirmier d’un autre centre de santé de la localité. Le CHU Kara ne dispose que d’un seul gynécologue, d’un scanner qui ne fonctionne presque jamais. « Parfois les scanners se font à Lomé et il faut dépenser plus de 150 000 FCfa pour les frais d’ambulance et autres », rajoute l’infirmier.

Le stade municipal de Kara est à l’image de la ville. Pour une grande ville comme Kara, avec cette batterie de cadres et de ressortissants qui vivent comme des princes de « Doha », disposer d’un tel stade est une honte. Les tribunes sont dans un état de délabrement repoussant alors que la pelouse ressemble fort bien à un champ de tirs à Alep en Syrie. On se demande par ailleurs comment les joueurs d’Asko de Kara se démerdent pour y jouer les matches du championnat national de D1. Pourtant, la mairie a construit des boutiques avec des conteneurs tout autour du stade et qui rapportent beaucoup d’argent à la municipalité. Malgré tous les « nouveaux riches » dont dispose la ville, personne n’est prêt à offrir un terrain synthétique d’à peine 150 millions FCFA.

Kara et les vices

La ville de Kara et le vice font bon ménage. Elle est sans doute l’une des plus vicieuses du Togo. Dans cette localité, les hôtels, bars, chambres de passage encore appelés « ambassades », etc. pullulent un peu partout. La floraison de ces cadres favorise la prostitution sous toutes ses formes dans le milieu. Les travailleuses de sexe qui s’exposent en pleine nuit se retrouvent dans des coins chauds comme Lufthansa et autres. Les étudiantes, parfois en quête de moyens de survie, s’adonnent malgré elles à cette pratique. « En période d’Evala, il se passe des choses terribles ici à Kara. Les filles parmi lesquelles des femmes mariées courent derrière ceux qui sont venus d’ailleurs. Parfois, il y en a qui s’en sortent avec une fortune, sans oublier l’autre revers de la médaille : grossesse indésirée, VIH-SIDA », explique Kondo.

A Kara, où la population est assez cosmopolite, on adore boire. Mais en dehors de la bière de la BB, les gens préfèrent la boisson locale. « Tchoukoutou », « Kablèmissine » ou « Lossomissine », c’est selon. Moins chère, elle est consommée « sans modération » par les couches sociales. Faite à base du mil cultivé localement, cette boisson reste un des produits qui distinguent cette ville. « Le mil est nutritionnel », estime tout en sourire un inconditionnel du « Tchouk ».

Région militarisée avec le Camp Gal Ameyi, des camps de gendarmerie, de police et autres, Kara est l’une des villes les plus sécurisées. Le banditisme de grand chemin est pratiquement inexistant, il arrive parfois où les forces de l’ordre sont requises, mais elles arrivent souvent très tard pour constater les dégâts.

Kara est une ville bien connue au-delà du Togo grâce en partie à la famille présidentielle qui est originaire de cette localité. Mais si on parcourt un peu cette localité, on n’y trouve rien d’extraordinaire, si ce n’est le palais des congrès et quelques résidences présidentielles, sans oublier les « châteaux » construits par les membres de la minorité et qui sont malheureusement mitoyens des taudis où croupissent, sous une misère généralisée, la plupart des populations. Malgré tout, ce bastion (sic) du parti présidentiel reste pour l’heure imprenable…

Shalom Ametokpo, de retour de Kara


Togo  - LEADER A L'ÈCOUTE : Le ministre Ohin Eliott fait des révélations sur l'accord UFC-RPT iciLome - [6/25/2017]


Togo  - Les députés UNIR ont voté le projet de loi portant création de nouvelles communes au Togo sous une haute protection sécuritaire - - [6/25/2017]

Présence massive mais inhabituelle des forces de sécurité et de défense, pour la plupart bérets verts à bord de jeeps militaires bien armés et patrouillant aux alentours du parlement du Togo. Présence massive également d’autres agents en civil et de renseignements au sein même de l’Assemblée nationale.


Togo  - Me Isabelle Améganvi fustige le découpage des communes voté par la majorité iciLome - [6/25/2017]

Voici l’intervention de la présidente du groupe parlementaire ANC, Me Isabelle Améganvi, après le vote de la loi sur le découpa des communes vendredi dernier par les députés UNIR. Bonne lecture !


Togo  - Délégations spéciales : L’ANC dénonce la manipulation du ministre de l’Administration territoriale iciLome - [6/25/2017]

En lieu et place des élections locales en vue d’une bonne décentralisation, le régime se donne le plaisir de multiplier des délégations spéciales à travers le territoire. Pour ce faire, il débauche des militants des partis de l’opposition. Dans certaines localités comme le Kozah, Mô, Akébou et Kpélé, le régime met dans les délégations spéciales des pseudo-militants de l’ANC, alors qu’en réalité, ce sont des produits UNIR. Une situation qui fait réagir le premier Vice-président du parti, Patrick Lawson


Togo  - La dénutrition et la malnutrition: des états nutritionnels différents mais liés iciLome - [6/25/2017]

Que ce soit pour les adultes ou les enfants, on distingue fondamentalement deux types de problèmes nutritionnels : ceux qui résultent d’un apport inférieur aux besoins nutritionnels et ceux qui résultent de l’apport excessif ou déséquilibré d’un aliment ou d’une composante particulière du régime alimentaire. Au Togo et dans plusieurs pays en développement, les problèmes alimentaires relèvent plutôt du premier groupe.


Togo  - Jean Kissi dénonce les critères du découpage des communes Togovisions.com - [6/25/2017]

Jean Kissi, député de la coalition Arc-en-ciel, désavoue les critères du découpage des communes. C'était lors du vote de la loi du gouvernement togolais portant création des communes.


Togo  - "La réconciliation ne se décrète pas", selon Les Démocrates iciLome - [6/25/2017]

Les cérémonies de purification initiées par le Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l'unité nationale (HCRRUN) continue de faire des vagues.


Togo  - Ouro-Akpo Tchagnao: la loi portant création des communes n'est pas approuvée par le peuple Tem Togovisions.com - [6/25/2017]

La réaction du député ANC, Ouro-Akpo Tchagnao, lors de la séance du vote de la loi du gouvernement portant création des communes au Togo.


Togo  - FDR : La fédération de Yoto installée dans une liesse populaire iciLome - [6/25/2017]

Une délégation des Forces démocratiques pour la République (FDR), avec à sa tête le président national, Me Paul Dodji Apévon, s’est rendue à Tabligbo dans la préfecture de Yoto ce samedi, où elle a procédé à l’installation du bureau fédéral du parti dans la localité. Un événement qui a mobilisé les populations venues de divers horizons de la préfecture dans la ville de Tabligbo.


Togo  - Alimentation : Du formol dans les assiettes Lalternative-togo.com - [6/25/2017]

Le formol encore appelé méthanal ou formaldéhyde ou aldéhyde formique, composé organique de la famille des aldéhydes, une solution liquide, fixateur et conservateur de cadavre d’animaux ou d’humains, est de plus en plus utilisé dans l’alimentation. A Lomé, il se développe cette pratique malsaine consistant à utiliser du formol à la place du sucre pour rendre plus sucrés les boissons et autres aliments. Il s’agit, entre autres, des jus de fruit, des amuse-gueule, des gâteaux, de la bouillie, des boissons diverses et autres aliments sucrés. Cette pratique est adoptée par beaucoup de vendeuses pour plusieurs raisons. Certaines bonnes dames vendeuses de jus de fruit en font usage du fait de son gout plus sucré que le sucre ordinaire, couramment utilisé.


Togo  - Elections locales : Le Togo en 116 communes iciLome - [6/25/2017]

Le projet de loi portant création des communes, vivement critiqué par l’opposition, a été voté vendredi par les députés de la majorité. 59 députés, y compris ceux de l’Union des forces de changement (UFC), ont voté pour. L’opposition est restée dans sa logique en votant contre le texte.


Togo  - Finalisation des préparatifs du Forum AGOA au Togo Radio Lome - [6/24/2017]

Une délégation de fonctionnaires des États-Unis, y compris des représentants du Bureau du Représentant Commercial Américain, du Département d’État, du Département du Commerce et de l’Agence Américaine pour le Développement International, s’est rendue au Togo du 19 au 23 juin pour finaliser les préparatifs du Forum de la Loi sur la Croissance et les Opportunités en Afrique (Africa Growth and Opportunity Act AGOA) qui se tiendra à Lomé, au Togo, du 8 au 10 août 2017.


Togo  - Un chèque de 14 millions de F CFA d’Orabank en faveur du programme PDCplus AfreePress - [6/24/2017]

Elargir l’accès des communautés démunies aux infrastructures socioéconomiques de base et aux filets de protection sociale. Tel est l’objectif du Programme de Développement Communautaire et des filets sociaux (PDCplus) qui vient de bénéficier d’un accompagnement financier d’Orabank. Cette institution bancaire a remis vendredi 23 juin 2017 à Lomé, un chèque de 14.025.000 FCFA au projet PDCplus, une somme destinée à assurer une journée de repas scolaire à 85.000 élèves bénéficiaires du programme sur toute l’étendue du territoire togolais.


Togo  - Déclaration des OSC engagées pour la libération des deux étudiants, toujours en détention à la prison civile de Lomé iciLome - [6/24/2017]


Togo  - Aimé Gogué: ça m'embête qu'on arrive pas à trouver un consensus sur ce projet de loi Togovisions.com - [6/24/2017]

Vendredi à l'Assemblée Nationale, les députés Unir ont voté le projet de loi du gouvernement portant création des communes au Togo. La réaction du président de l'Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI), Aimé Gogué, au cours de la séance.


Togo  - G20 sans le Président en exercice de la CEDEAO : Quelle leçon pour Faure Gnassingbé? Le Correcteur - [6/24/2017]

A l’initiative de l’Allemagne d’Angela Merkel, le sommet du G20 qui s’est tenu dans la capitale allemande la semaine dernière a vu la participation de certains chefs d’Etat africains et plus particulièrement de l’Afrique de l’Ouest.


Togo  - Les « grands travaux » de Faure Gnassingbé prennent l’eau : Rencontres, témoignages et échanges : descente dans des quartiers qui vivent l’apocalypse depuis plusieurs jours Lalternative-togo.com - [6/24/2017]

L’inondation que connaissent plusieurs quartiers de Lomé depuis plusieurs jours, ne serait peut-être une surprise pour personne si les gouvernants, au nom d’une certaine politique des grands travaux lancée depuis des années, ne chantent pas à qui veut les entendre que le problème est résolu. Ils vont plus loin, comme Faure Gnassingbé, en déclarant que la capitale est désormais à l’abri de ce phénomène d’inondation. Il a fallu que cette saison pluvieuse pointe son nez pour convaincre l’opinion des contrevérités servies aux Togolais, surtout aux partenaires en développement dont ils visent les poches. Puisque ce sont ces derniers qui financent la construction de ces nouvelles routes qui, à chaque gouttelette de pluie, se retrouvent sous l’eau.


Togo  - 200 veuves soignées, habillées et soutenues par Fondavo iciLome - [6/24/2017]

La journée internationale de la veuve est célébrée ce 23 juin. Pour le Fonds d’Aides aux Veuves et Orphelins (Fondavo), la vraie religion consiste à soutenir la veuve et l’orphelin. Ainsi, avec le sponsor du Cabinet Audit Expertise Comptable (AEC) et l’Ecole Supérieure des Affaires (ESA), cette ONG, pour cette septième édition, a organisé une séance de bilan de santé suivie de débat et distribution de vivres.


Togo  - Difficile d’être veuve au Togo iciLome - [6/24/2017]

La caractéristique principale des veuves au Togo demeure leurs vulnérabilités, malgré les efforts entrepris par des bonnes volontés et le gouvernement. L’association Espérance et vie relance le débat sur cette problématique.


Togo  - Faure Gnassingbé et Ibn Chambas discutent sécurité iciLome - [6/24/2017]

Jeudi 22 juin 2017, Faure Essozimna Gnassingbé a reçu en audience Mohamed Ibn Chambas, le Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations unies pour l’Afrique de l’ouest et le Sahel. Menu des discussions la sécurité.


Togo  - Un jeune togolais champion avec Génération Foot iciLome - [6/24/2017]

Le centre de formation Génération Foot a créé la surprise dans le football sénégalais. Promu en championnat d’élite, il décroche le titre de champion de la saison 2016-2017. Dans son effectif, il y a un jeune latéral gauche, Moussa Bilal.


Togo  - Abalo Dosseh croit en l’avenir du foot togolais iciLome - [6/24/2017]

Sélectionneur des Eperviers locaux qui se préparent actuellement pour les éliminatoires du CHAN 2018 au Kenya, Jean-Paul Abalo Dosseh, dans un entretien accordé à togofoot, estime que le football togolais a de l’avenir.


Togo  - Le point de Kodjo Epou : Objectif 2020: tous les compteurs à zéro iciLome - [6/24/2017]

La projet de loi sur le découpage des communes est voté. Dans les mois à venir, au Togo, des communes fantômes régentées par des maires falots débarqués du néant, en dehors des urnes transparentes. L’avalanche des lois viciées va se poursuivre, jusqu’à ce que les compteurs soient remis à zéro, en 2020. Est-ce de ce découpage alambiqué que le Togo a besoin? Tout le monde voit, à l’exception des zélateurs et missi dominici du régime RPT/UNIR, que l’état, en chûte libre, a besoin de reconstruire son centre de gravité. Ceci ne peut se faire que par des réformes idoines, débarassées de tout soupcon et qui ne visent que le Togo de demain, au-delà des convenances personnelles et des contingences bassement matérielles. Seulement, dans le méninge de ces arlequins messéants, les réformes politiques ne peuvent se réaliser qu’à condition de faire fi du passé, d’accepter que Gnassingbé et son clan aient le beurre, l’argent du beurre et la culotte de la crémière.


Togo  - Le coup de force vient de passer ! iciLome - [6/23/2017]

Les députés UNIR viennent de voter la loi controversée sur le découpage inique des communes.


Togo  - "Les Démocrates" proteste contre la loi sur le découpage des communes iciLome - [6/23/2017]

Les députés de la majorité s'apprêtent à voter, à l'Assemblée nationale, le projet de loi sur le découpage des communes, envoyé par le gouvernement.


Togo  - Jean Kissi taxe l'unicité d'action entre CAP 2015 et le G6 d’OVNI GLOBAL ACTU - [6/23/2017]

Au Comité d’action pour le renouveau (CAR), on pense que l’unicité d’action qu’ont créée les partis membres du Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) et le Groupe de six (6) partis politiques de l’opposition est un objet à valeur non identifiable (OVNI).